FIMAV | La Société d’Information Naturelle vous informe !

Entrevue réalisée par Alain Brunet

renseignements supplémentaires

Originaire de Philadelphie, où il a débuté sa carrière parmi les membres du groupe The Roots, Joshua Abrams est depuis longtemps un musicien clé de la nouvelle musique créative de Chicago, hybridant le free jazz avec le minimalisme occidental, la musique gnawa nord-africaine et d’autres sources culturelles. Cette version à huit musiciens de son groupe Natural Information Society – qu’ABRAMS appelle « Community Ensemble » – joue des rythmes et des mélanges qui se déploient et se superposent, induisant la transe, parmi d’autres éléments. Scott Thomson, le nouveau directeur artistique du FIMAV, a déclaré à PAN M 360 que ce groupe était l’un des plus beaux concerts qu’il ait donnés au festival de musique de Guelph, dont il a été le directeur artistique pendant 7 ans. Et alors ? Nous en parlons à Joshua Abrams !

PAN M 360 : Le guimbri, un luth gnawa que de nombreux Occidentaux ont découvert avec le célèbre groupe marocain Nas El Ghiwane au début des années 80, est un instrument central de la société de l’information naturelle. Pouvez-vous nous dire comment votre amour et votre dévouement pour cet instrument ont commencé ? Qu’apporte le guembri au son de votre ensemble ? Comment le voyez-vous en tant qu’instrument soliste ?

Joshua Abrams : J’ai entendu pour la première fois le guimbri joué par Malleem Mahmoud Ghania sur le disque qu’il a réalisé avec Pharoah Sanders, The Trance of The Seven Colors.
Il a une qualité très vocale et réunit les sons graves et les sons percussifs d’une manière profonde.Une technologie avancée pour centrer l’esprit.Il me permet de réunir de nombreux intérêts musicaux et méthodes, y compris la composition et l’improvisation, d’une manière personnelle.

PAN M 360 : Je suppose que vous avez été le premier contrebassiste avant de déménager de Philadelphie à Chicago, n’est-ce pas ? La contrebasse est-elle toujours aussi importante pour vous que le guimbri aujourd’hui ?

Joshua Abrams : Oui, la contrebasse reste mon instrument principal.J’en joue souvent dans différentes situations et sur de nombreux enregistrements.

PAN M 360 : Au fait, entretenez-vous toujours des relations humaines avec certains anciens membres de The Roots ?

Joshia Abrams : Oui.

PAN M 360 : Bien sûr, votre parcours est assez différent à Chicago où vous avez embrassé cette musique créative dont les origines se trouvent dans la communauté AACM du free jazz, le post-rock, le footwork ou les expérimentations post-house. Vous évoluez manifestement dans un écosystème différent ! Qu’est-ce qui vous a amené à vous installer à Chicago ?

Joshua Abrams : La musique !

PAN M 360 : L’expression Natural Information est apparue en 2010 dans votre discographie. Pouvez-vous nous rappeler l’origine de cette expression ?

Joshua Abrams : Cela m’a semblé être une puissante combinaison de deux mots courants que je n’avais jamais entendus ensemble. Natural Information est un bon descripteur de l’endroit où j’aime concentrer mon attention et une bonne aspiration pour ce que la musique pourrait être.

PAN M 360 : Comment Natural Information Society a-t-elle évolué depuis lors ?

Joshua Abrams : Nous avons sorti sept albums avec des formations, des orchestrations et des personnalités musicales différentes.J’ai écrit différents corpus de musique pour chacune de ces configurations à explorer ensemble. Le quatuor que je forme avec Lisa Alvarado, Mikel Patrick Avery et Jason Stein joue le plus souvent, mais lors d’occasions spéciales comme le FIMAV, c’est la version élargie du Natural Information Society Community Ensemble qui joue.

PAN M 360 : Comment voyez-vous le lien entre la musique traditionnelle et les expériences musicales contemporaines ?

Joshua Abrams : Je m’intéresse surtout à la vitalité de la musique. Pour moi, que quelque chose soit ancien ou nouveau, traditionnel ou expérimental n’a qu’une importance secondaire par rapport à l’énergie que la musique peut partager. Toutes les stratégies sont les bienvenues.

PAN M 360 : Lisa Alvarado, harmonium ; Mikel Patrick Avery, batterie ; Berman, cornet ; Kara Bershad, harpe ; Hamid Drake, conga, tabla, tar ; Ben Lamar Gay, cornet ; Nick Mazzarella, saxophone alto ; Jason Stein, clarinette basse ; Mai Sugimoto, saxophone alto, flûte ; Ari Brown, saxophone ténor. Pouvez-vous nous parler brièvement de chaque rôle au sein de cet ensemble ?

Joshua Abrams : Nous essayons de construire un réseau avec nos sons où les nuances des changements de chacun peuvent être entendues et ressenties et où la musique peut évoluer progressivement. Tous les membres du groupe sont d’incroyables musiciens et artistes à part entière et je suis honoré de leur participation. J’écris les morceaux et je dirige le groupe. Lisa joue de l’harmonium et crée nos décors de scène, elle est ma partenaire dans le monde et la Natural Information Society. Mikel fait partie du groupe depuis longtemps et nous avons développé un lien musical intuitif fort. Hamid est un maître musical, un mentor et un ami très cher. Mais en réalité, l’histoire de la création musicale et de l’amitié est commune à tous les membres du groupe. La facilité musicale est importante, mais la patience, la discipline et l’attitude le sont encore plus. Tous les cors du groupe le reconnaissent et sont prêts à mettre de côté l’impulsion de jouer au-dessus de l’ensemble et à accepter de faire partie de notre son collectif.

PAN M 360 :Selon le programme officiel mis en ligne par le festival de Victoriaville, Ari Brown est le soliste vedette au saxophone ténor. Pouvez-vous nous dire comment vous avez construit votre relation artistique avec Ari Brown ?

Joshua Abrams :Il existe à Chicago une vieille tradition selon laquelle le saxophone ténor est utilisé comme une technologie sophistiquée pour le bien-être humain.Ari est actuellement le plus grand praticien de cette tradition.Nous nous sommes rencontrés il y a plusieurs années lorsqu’il m’a demandé de remplacer son bassiste qui était coincé dans les embouteillages.Récemment, il a participé à certaines de mes musiques de film et à Natural Information Society.J’ai joué de temps en temps avec son groupe et nous formons un trio d’improvisation avec Mike Reed.

PAN M 360 : Quels seront vos prochains enregistrements et projets musicaux ?

Joshua Abrams :La nouvelle musique se rapproche !Il y a aussi une collaboration avec Bitchin Bajas qui est proche. Beaucoup d’autres choses ont été enregistrées, un duo avec Joëlle Léandre …

LA NATURAL INFORMATION SOCIETY JOUE AU FIMAV LE VENDREDI 17 MAI, 22H, CARRÉ 150.. BILLETS ET INFOS ICI

Tout le contenu 360

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Inscrivez-vous à l'infolettre