Disséquer le cœur du faucon avec Joe Grass

Entrevue réalisée par Varun Swarup
Genres et styles : chanson / country-folk

renseignements supplémentaires

L’auteur, compositeur, interprète et multi-instrumentiste Joe Grass, un incontournable de la scène musicale montréalaise, vient de lancer son troisième album, Falcon’s Heart, chez Simone Records. J’ai rencontré Joe pour en savoir plus sur l’art qui se cache derrière cet album et pour discuter de sa prestation au Festival de jazz de Montréal de cette année.

PAN M 360 : Merci d’avoir pris le temps, Joe ! Félicitations pour le nouvel album. Je ne voudrais pas commencer sur une note trop pessimiste, mais la tradition de l’album semble être de plus en plus en déclin. Je me demande s’il est devenu un peu décevant de sortir un album de nos jours ?

JOE GRASS : En fait, c’est plutôt le bon moment. Je n’ai pas sorti d’album depuis sept ans, mais en même temps, j’ai participé à de nombreuses sorties. C’est la partie la plus amusante pour moi puisqu’il y a des concerts à venir et que nous en parlons et tout le reste. On a l’impression qu’il faut toujours sortir quelque chose, des vidéos, des EP, des singles plus courts, tout ça. Mais j’aime la tradition des disques, parce que c’est un défi en soi que de devoir assembler une pièce entière. Même s’il s’agit de chansons individuelles, elles doivent vivre et fonctionner comme un tout, comme les différents mouvements d’une pièce plus grande, et d’un point de vue conceptuel ou simplement sonore, il doit y avoir un fil conducteur entre elles. C’est gratifiant de pouvoir le faire.

PAN M 360 : Nous pourrions peut-être parler des fils conducteurs de Falcon’s Heart. Je sais que vous avez mentionné la musique country comme une grande source d’inspiration pour cet album.

JOE GRASS : J’espère que ce n’est pas trompeur, parce que je parle beaucoup de musique country dans le communiqué de presse, parce que ces chansons sont en quelque sorte nées de cet endroit. Mais je n’ai pas l’impression d’avoir fait de la musique country. Il serait très courageux de ma part de faire un disque de country à proprement parler, parce que j’aime vraiment cette musique, mais je suis intéressée par beaucoup de sons différents en même temps. Je trouve intéressant d’essayer d’introduire des textures de jazz ou d’autres genres plus contemporains, des synthés ou des sons électroacoustiques dans ce monde et de voir ce qui se produit.

Je peux aussi parler un peu de la façon dont les chansons ont été écrites. Elles ont été conçues assez rapidement, chacune par périodes de trois heures pendant lesquelles on s’asseyait pour écrire. Et si la chanson n’était pas terminée en trois heures, elle ne l’était pas, vous savez. Des changements ont été apportés par la suite, mais elles ont essentiellement survécu en tant que chansons à trois ou quatre accords dont vous pouviez chanter la mélodie. Une fois que j’ai eu cette collection de chansons qui tenaient debout toutes seules comme ça, vous savez, qui étaient plutôt des chansons country. Pas en termes de chansons sur les camionnettes et autres, mais j’aime la franchise, le langage simple et l’honnêteté qui permettent d’exprimer des émotions complexes et profondes avec des outils très simples.

À partir de là, les chansons ont été dépouillées de ces simples accompagnements et réharmonisées, on a trouvé une atmosphère, une couleur, un nouvel ensemble d’accords, une nouvelle humeur, un nouvel ostinato, puis on a superposé les mélodies par-dessus. Le reste n’était qu’un jeu d’équilibriste pour les faire fonctionner ensemble sur le plan conceptuel. Mais à la base, il s’agissait de chansons très simples. Elles ne le sont plus, vous savez ? Et je le sais parce que j’ai appris à les jouer en concert ces derniers temps et qu’elles ne sont pas forcément faciles à jouer !

PAN M 360 : Je voulais vous demander comment vous vous préparez pour votre concert au Festival de Jazz de Montréal cette année.

JOE GRASS: Pour ce spectacle, il y aura beaucoup de membres du groupe qui ont joué sur l’album. Robbie Kuster sera là, le batteur, François Lafontaine, le claviériste et le synthétiseur. Mon ami Morgan Moore sera là à la basse. Mishka Stein et Erika Angell, qui joue dans le très bon groupe Thus Owls, chanteront et feront d’autres choses aussi. Nous aurons donc une belle palette d’artistes à ce concert.


Mais pour les autres concerts, il faudra être plus dépouillé. Nous avons fait des concerts en trio ou j’ai aussi fait des concerts en solo, qui ont été probablement les plus effrayants à faire. Surtout quand on a l’habitude de tirer toute l’énergie des chansons, il faut du courage pour les laisser vivre simplement et ne pas avoir l’impression de devoir leur apporter quoi que ce soit. Mais heureusement, les deux fois où je l’ai fait, ça s’est très bien passé.

Il semble que ces chansons continuent d’évoluer, les formes ont même un peu changé et nous les redécouvrons toujours, pour voir où nous pouvons ouvrir l’énergie et où nous pouvons, tu sais, les rendre encore plus silencieuses, où nous pouvons aller plus loin dans la dynamique. Ce serait amusant de faire un disque après avoir joué les chansons en live pendant six mois et de les enregistrer.

PAN M 360 : D’où veniez-vous lorsque vous avez écrit ces chansons ?

JOE GRASS : Il s’est passé certaines choses dans ma vie, au cours d’un événement mondial majeur, qui m’ont amené à réfléchir à mon sentiment de sécurité. Cette sécurité n’est pas nécessairement aussi facile à maintenir que nous pourrions le penser, tu sais, c’est comme si en tant qu’espèce, nous étions assez vulnérables parfois, et nous sommes vulnérables tous ensemble dans ces systèmes sociétaux fous que nous avons créés, que ce soit, tu sais, les banques, le gouvernement, tous ces trucs. Ces ensées me traversaient certainement l’esprit à l’époque, mais j’ai essayé d’y aller chanson par chanson.

Après cela, vous voyez ce que vous avez et vous voyez les lignes qui le traversent, puis il s’agit de coller l’illustration, le titre, et d’assembler le tout. J’espère que ce que je ressentais, ou même si ce n’est pas exactement ce que je ressentais, est un voyage cohérent pour quelqu’un d’autre. Mais qui suis-je pour dicter ce qu’est ce voyage ?

PAN M 360 : J’ai trouvé la pochette de l’album très évocatrice. Elle correspond vraiment bien à l’ambiance de l’album. Il est intéressant de vous entendre dire que vous l’avez choisie après que la musique ait été écrite.

JOE GRASS : J’ai déjà participé à des projets pour lesquels nous avions la maquette assez tôt, mais cet album était terminé avant que je ne trouve cette image. Je visitais différentes galeries au Canada et je me rendais à Winnipeg. C’est dans une galerie que j’ai découvert cette œuvre de Sean William Randall. Je l’ai invité à l’exposition que je jouais et nous nous sommes rencontrés. En fait, c’était un peu intimidant d’approcher un artiste dont l’œuvre est déjà, vous savez, autonome. Mais il était vraiment cool et tout à fait d’accord. J’ai trouvé que cela fonctionnait très bien, la juxtaposition d’un paysage idyllique et d’une machine en feu qui monte vers le ciel. J’ai eu l’impression qu’il avait été réalisé de la même manière que le disque, avec un certain sens de l’humour et un équilibre entre les anciennes et les nouvelles formes, d’une manière assez amusante.

PAN M 360 : Et donc, quelle est la prochaine étape Joe ?

JOE GRASS : C’est ce qu’il y a de bien avec la musique, elle ne s’arrête jamais. Je veux enregistrer un album de pedal steel en solo. Je pense que c’est l’une des prochaines choses à faire, j’en parle depuis sept ans maintenant. Il est peut-être temps de le faire. François et moi allons réaliser un autre projet sous le nom de Klaus. Je fais partie d’un tas d’autres albums qui vont sortir, donc il y a beaucoup de choses à faire. Mais j’ai hâte d’avoir le temps de revenir à l’apprentissage et à la pratique, parce que j’adore ça. J’adore travailler mon instrument et m’améliorer en tant qu’improvisateur, élargir mon langage en tant que musicien. Je pense vraiment que c’est ce que je préfère faire.

Tout le contenu 360

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Inscrivez-vous à l'infolettre