BAAB : mélange des genres décomplexé

Entrevue réalisée par Elsa Fortant

Pour leur premier album, Rédactions tranquilles, le duo montréalais s’est intelligemment et créativement approprié les codes de la lofi house, du jazz et et de la pop, flirtant avec l’expérimental. Autrement dit, un vent de fraicheur souffle sur la scène locale et il s’appelle BAAB.

Genres et styles : électronique / house / jazz électro / soul

renseignements supplémentaires

BAAB, c’est la rencontre de Mariève Harel-Michon (Bayta) et Charles-David Dubé (Le Havre). La première, formée en composition et interprétation jazz au cégep de Saint-Laurent étudie à présent en philosophie à l’Université de Montréal. Le second, saxophoniste de formation passé par la communication est aujourd’hui producteur. Complices au studio comme à la ville, ils se complètent parfaitement : Mariève écrit des textes à saveur poétique et chante sur les compositions de Charles-David, guitariste, bassiste et touche-à-tout. Présentation officielle d’un groupe à l’avenir prometteur.

https://www.youtube.com/watch?v=XlbwC23Zr5g

PAN M 360 : Bayta, comment décrirais-tu l’influence de tes études en philosophie sur ton processus d’écriture ? 

Bayta : Ça nourrit directement. En ce moment j’ai pris une pause de philo car le release c’était beaucoup de travail et la différence est automatique. Je n’écris plus, j’ai plus grand-chose à dire, c’est vraiment fou à quel point les deux sont liés. J’aime vraiment ça mettre en poésie approximative des concepts que j’apprends. En historiographie de la musique par exemple la définition d’un monument comme un lieu de mémoire j’ai trouvé ça tellement poétique. Même chose avec la philosophie, le rapport pensée-langage ça m’a tellement inspiré, c’est comme si je roule encore sur cette inspiration-là. En ce moment quand je suis juste dans mon quotidien de jouer de la musique je suis vraiment heureuse mais y’a comme une flammèche au niveau des textes qui s’allume plus difficilement. 

PAN M 360 Votre esthétique visuelle est très léchée. Le Havre tu réalises les clips, quelle est ta démarche pour mettre en image les textes de Bayta ?

Le Havre : Le tout se fait pas mal instinctivement. Devant la caméra il y a comme une magie qui se passe et c’est à moi de saisir cette magie. On est rentré là-dedans un peu comme on a fait l’album, les yeux fermés en courant. J’ai acheté une caméra, on est sortis dehors, souvent sans avoir de concept, sans savoir du tout ce qu’on allait tourner, juste en étant inspiré par la performance de Marie. Elle est très expressive dans ses performances, puis comme ses textes sont droits au but, on voulait des clips dont on comprend l’idée sans être trop dans la métaphore. Je suis toujours vraiment content quand les gens perçoivent des liens intrinsèques dans les paroles et le visuel. 

https://www.youtube.com/watch?v=RyWLj17PuXc

PAN M 360 : Il semblerait que vous êtes beaucoup dans la spontanéité, quel est votre rapport au hasard, à l’improvisation ? 

Le Havre : C’est une partie intégrante de mon travail. Le producing m’a attiré car y’a tellement de place à l’erreur plaisante. On dirait que tu laisses le matériel, le médium te dicter le pas, quand tu fais du sample, du mix, il y a toujours des accidents qui arrivent. On essaye de garder ça le plus possible dans notre musique. Dans le visuel y’a totalement ça qui se passe aussi. On tourne des heures de matériel et ce qui finit dans le clip c’est 4 minutes de beaux accidents l’un à la suite de l’autre. 

Bayta : Ça ressemble un peu à mon rapport à la création aussi. Je m’attache beaucoup au moment où tu crées quelque chose. En jazz j’ai vraiment pu explorer ça. Quand je suis arrivée en musique, art et société j’ai fait un travail sur Schumann. Lui parlait de son rapport à l’inspiration, c’était tellement trippant. Il rapportait ça à Dieu, moi non, mais comme c’est quelque chose de divin, c’est hors de toi. Ce que j’aime avec BAAB c’est qu’on peut provoquer ces moments-là parce qu’on est à deux. On fait confiance au premier jet.  

Le Havre : Quand tu fais de la pré production pendant trois mois, que tu as entendu ton idée 7000 fois y’a comme quelque chose qui se perd dans le pur plaisir de faire de la musique et d’être surpris soi-même par ce qui sort. Quand on enregistre la voix c’est la première fois que ces mots-là sont chantés devant un micro, la première fois que moi je l’entends aussi. On la savoure vraiment. On voulait sortir la musique le plus vite qu’on pouvait, pour que les gens puissent l’entendre avec cette même excitation qu’on avait en même temps que nous on la vivait ce qui est pratiquement impossible. 

PAN M 360 : De quelle façon l’idée du live a-t-elle influencée votre travail en studio ?

Le Havre : J’éprouve un grand plaisir à remanier les pièces par la suite pour essayer de retrouver un feeling d’excitation, c’est important que le live soit différent du studio. En studio on est juste nous deux. Percussions, beats c’est électro et là en live, de jouer avec un vrai drummer ça apporte une dimension intéressante. On a David Marchand qui est à la basse et qui apporte totalement sa couleur. Juste d’avoir des collaborateurs et des musiciens avec nous ça change, ça teinte totalement l’expérience live. Ca fait son chemin encore une fois instinctivement. 

Bayta : La voix, textes et les mélodies sont souvent improvisées sur le moment. L’enregistrement c’est vraiment closed mic, j’ai la bouche sur le micro et je ne chante vraiment pas très fort. En live il faut que je change carrément ma façon de chanter pour que je puisse passer dans la balance. Juste par la voix c’est manifeste que Rédaction Tranquilles est compartimenté pour le studio. Et tout réarranger pour live nous donne un moment d’excitation. 

Le Havre : Tous les éléments changent naturellement dès qu’on se met à les monter live. Les tounes sont tellement denses et chargées qu’en live on ne peut pas tout faire non plus donc ça donne une version BAAB épurée. 

https://www.youtube.com/watch?v=NUhDml6D9NA

Tout le contenu 360

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Inscrivez-vous à l'infolettre