Vous interviewez Mac Wetha (Discussion)

Entrevue réalisée par Lyle Hendriks
Genres et styles : Alternative / indie pop / lo-fi / R&B / UK funky

renseignements supplémentaires

Rencontrez Mac Wetha, un producteur, DJ, instrumentiste et vocaliste en pleine ascension, originaire de Londres, au Royaume-Uni. En sortant son premier album Mac Wetha & Friends en 2019, son succès initial s’est largement cantonné à l’underground. Les auditeurs ont fait l’éloge de ses prises lo-fi décontractées et méticuleusement élaborées, qui reprenaient des éléments de grime, de bedroom pop et de R&B britannique contemporain, le tout sur fond de batterie jazzy, de riffs de guitare intéressants offerts par Wetha lui-même, et d’accents nettement flous qui enveloppent le projet dans son ensemble. En 2023, cependant, l’artiste a complètement transcendé cette offre initiale – et a prouvé qu’il était prêt pour le grand moment – avec une suite directe : Mac Wetha & Friends 2.

Tout au long des quelques 20 minutes que dure l’album, Mac Wetha & Friends 2 tient parfaitement la promesse de son titre : des amis qui se réunissent et s’amusent simplement à faire de la musique. Chaque morceau est imprégné d’une joie et d’une énergie juvéniles qui ne pourraient pas être reproduites artificiellement, et un sentiment de camaraderie et de passion traverse l’ensemble de l’album.

Nous nous sommes entretenus avec Mac Wetha pour discuter de ses réflexions sur le nouvel album, de ses aspirations pour l’avenir et de son approche amusante et collaborative de la création musicale avec ses amis.

PAN M 360: Je m’attendais à ce que vous vous détendiez maintenant que l’album est sorti, mais j’ai entendu dire que vous aviez déjà repris les sessions cette semaine. Avez-vous pris beaucoup de temps pour vous reposer ?

MAC WETHA: Oui, je ne me suis pas vraiment arrêté depuis le début. J’ai en quelque sorte continué à courir. Pour ce qui est de Mac Wetha & Friends, la première fois, j’ai travaillé avec des gens, puis la chanson est apparue – des choses que l’artiste ne voulait pas sortir parce que c’était trop gauche ou que ce n’était pas le genre de choses qu’il voulait sortir sous son nom pour l’instant. Ou peut-être que j’ai proposé l’idée du rythme et qu’ils ont suivi mon idée, au lieu que ce soit moi qui produise ce qu’ils voyaient.

C’est un peu la même chose avec Mac Wetha & Friends 2, où tout s’est fait au fur et à mesure. Je n’ai pas eu l’impression d’être enfermé, fou, à m’arracher les cheveux. C’était très amusant à faire, et je pense que c’est la meilleure façon de faire de la musique. Pendant tout ce temps, j’étais aussi dans l’espace pour moi et j’écrivais pour la prochaine chose.

PAN M 360: Quel effet cela fait-il de présenter ce projet au monde ? Comment les gens de votre entourage l’ont-ils accueilli ?

MW: C’est vraiment une réussite. Je pense que c’est mon meilleur travail à ce jour et j’aime toutes les chansons. Ma famille l’aime, mes amis l’aiment, je sais que les artistes qui ont collaboré avec moi l’aiment aussi. Et nous avons fait un très bon concert de lancement, c’était juste une super soirée. Je pense que le plus important, c’est que je suis très, très critique à l’égard de ce que je fais, et j’écoute tellement ce que je fais que je perds ma vision. Mais je pense toujours que c’est lorsque je le mets vraiment sur le marché, que je le laisse tourner pendant quelques jours, puis que je l’écoute sur Spotify ou autre, que c’est le vrai reflet de mon travail. Parce que c’est maintenant qu’il est là et qu’il est fini. C’est à ce moment-là que je suis le plus nerveux à l’idée de l’écouter. C’est ce qui est effrayant, mais j’aime l’album. Je l’adore. Lorsque je l’ai écouté, je passais une très mauvaise journée et je l’ai écouté en marchant dans la ville et je me suis dit : « Au moins, j’ai fait un bon projet ».

PAN M 360: Y a-t-il quelque chose qui vous a surpris dans cet album depuis sa sortie ?

MW: Il y a toujours eu une blague entre mon père et moi – nous vivions en Espagne quand j’étais enfant. Nous plaisantions sur le fait d’entendre Pitbull à la radio ou cette chanson de U2 où ils disent « Uno, dos, tres, catorze » et où le reste de la chanson est en anglais. Notre blague, c’était que si on mettait ne serait-ce qu’un peu d’espagnol, les Espagnols diraient « Oh putain, ouais ». J’ai mis un peu d’espagnol au début de la chanson avec Feux (« Fall Again ») et j’ai regardé la playlist dans laquelle elle se trouvait et immédiatement, c’était « Musica por trabajar concentrado ». J’étais en train d’écrire de nouveaux morceaux et je me suis dit : « Faisons un peu plus d’espagnol ». J’essaie de continuer.

PAN M 360: Quels sont, selon vous, les principaux enseignements tirés de la réalisation de Friends 1 et de Friends 2 ?

MW: Tout d’abord, en ce qui concerne la collaboration, maintenant que je chante plus, je suis vraiment content d’avoir fait appel à mes amis pour la production, l’ingénierie, etc. Sur le premier album, je ne pensais pas aux mélodies, aux paroles ou à ce que j’essayais de dire, j’essayais plutôt de produire le son le plus cool et d’obtenir les bonnes textures, laissant ainsi tout le reste à l’artiste. Mais comme je chantais cette fois, j’ai eu envie d’inclure mon ami Kurisu, Chris, qui est un bon ami à moi et qui a participé à la coproduction. Ainsi que Dan Holloway, Max Wolfgang, et d’autres gars avec qui j’ai travaillé.

Je suis vraiment content d’avoir fait ça parce qu’à un moment, je me suis dit : « Non, je devrais tout produire. » Et puis je me suis dit : « Littéralement, pourquoi ? » Cela va à l’encontre de l’objectif de Mac Wetha & Friends : essayer de ne pas être trop égocentrique. Et puis aussi, il y a cette chose à laquelle j’ai pensé dernièrement : quand on commence à faire de la musique, il y a une certaine naïveté qui laisse place à cette chose pure et inspirée. On ne réfléchit pas trop et on fait ce qui sonne bien. Et plus on fait de la musique, et peut-être même plus on a de succès, quelle que soit la définition que l’on en donne, plus on se dit : « Oh, les gens aiment ça. Il faut que je fasse ceci, ou ce mec fait déjà ça. Donc personne d’autre ne va trouver ça cool ». C’est cet état d’esprit.

Entre Friends 1 et 2, j’ai désappris des choses que j’avais apprises en cours de route pour revenir au point où j’en étais dans Friends 1. C’était très brut de décoffrage. Je l’ai mixé, donc le mixage n’est pas extraordinaire. Il y a beaucoup de choses que je changerais maintenant, mais je ne l’ai pas fait maintenant, je l’ai fait à l’époque. Je suis donc très content de ce qu’il était, mais il y a quelque chose dans la façon dont je l’ai fait. Le fait de ne pas trop réfléchir, ou même de ne pas réfléchir du tout, mais simplement de le faire. C’est un mélange de cet état d’esprit et des choses que vous apprenez en cours de route.

PAN M 360: Vos travaux les plus récents contiennent à la fois des choses de Mac et des choses de Mac Wetha & Friends. Avez-vous l’impression de changer totalement de mode lorsque vous travaillez avec d’autres artistes ou lorsque vous travaillez avec Mac Wetha & Friends ?

MW : Oui, je pense qu’il y a un changement. Lorsque je travaille avec d’autres personnes, je suis beaucoup plus confiant dans l’écriture, parce que je pense que la pression disparaît. Je me mets beaucoup de pression quand je fais des choses en solo. Et je pense que c’est en grande partie une mauvaise nouvelle, et c’est une chose que j’essaie d’améliorer.

Signer avec Dirty Hit était comme un rêve d’enfant. Et puis tu te dis : « Putain, j’ai signé avec un label, je dois faire quelque chose de bien. » Alors qu’avant, je pouvais faire ce que je voulais. J’ai mis du temps à comprendre qu’ils m’avaient signé parce qu’ils voulaient que je fasse ce que je voulais. Dirty Hit n’est pas le genre de label qui se dit : « Maintenant que tu es signé, tu dois faire cette merde. Il faut que ce soit entre ces BPM. Rase-toi la tête.

Cette pression n’est pas aussi évidente dans le cadre d’une collaboration, simplement parce que vous rebondissez sur quelqu’un. En faisant Friends 2 et en constatant à quel point c’était amusant, et à quel point j’écrivais et jouais mieux avec mes amis, cela m’a rappelé que c’est littéralement ce que j’ai fait pendant toute ma vie musicale. Et pourtant, pour une raison que j’ignore, lorsque j’ai signé chez Dirty Hit, je me suis dit : « Très bien, il n’y a plus que moi maintenant. J’ai signé, je dois faire ceci, je dois faire cela. Je dois faire ça. Mais non, ce n’est pas du tout comme ça que ça fonctionne !

Il y a une sorte d’alternance des modes que je veux changer pour n’en faire qu’un seul. C’est probablement lié au fait que lorsque je le fais moi-même, j’ai l’impression que je dois produire et être sur l’ordinateur portable, alors que lors de certaines sessions de Mac Wetha & Friends, par exemple, mon fils Chris était ingénieur et faisait en sorte que les choses sonnent bien, et il sait juste comment je veux que les choses sonnent. Cette partie m’était sortie de l’esprit, et maintenant, il n’y a plus que moi et celui avec qui je travaille, et nous le faisons simplement.

PAN M 360: Avez-vous trouvé que le fait de faire un peu de tout sur cet album a aidé les cerveaux du producteur et de l’artiste à travailler en harmonie ?

MW: Oui, je pense que c’est le cas. Chaque travail que je fais et que je sors me rapproche de plus en plus de ce que j’essaie vraiment, vraiment de faire, même en tant qu’artiste solo. Le travail de Mac Wetha & Friends s’inscrit dans un monde amusant où tout est permis et tout est amusant. Et c’est un peu ce que je veux que mon travail en solo soit. Mais comme je l’ai dit, j’ai sorti mon premier album solo en 2020, « Culver ». J’ai toujours l’impression d’être en train de le découvrir à chaque projet que je fais et de m’en approcher un peu plus. Et le projet Mac Wetha & Friends accélère beaucoup les choses.

PAN M 360: Quelles sont les similitudes et les différences entre le fait d’être le leader d’un groupe comme Scoundrel ou Death Pigs et le fait d’être le producteur de bout en bout de sa propre vision?

MW: Je pense que l’on doute beaucoup plus de soi lorsqu’on travaille seul. Le simple fait d’échanger des idées avec d’autres personnes est vraiment bénéfique. C’est pourquoi j’essaie de travailler avec plus d’amis ces derniers temps. Être le leader d’un groupe où l’on crie, on hurle, on éructe, on devient un peu fou – une fois qu’on l’a fait à plusieurs, ça devient vraiment facile et on n’a pas peur du public, parce qu’on fait juste ces trucs de dingue. Et si quelqu’un n’aime pas, on ne s’en préoccupe plus.

Mais quand c’est plus introspectif et que vous l’avez écrit tout seul, vous êtes beaucoup plus vulnérable. Certaines des relations que j’entretiens avec les amis avec lesquels je fais de la musique sont si étroites parce que je les ai vus être très vulnérables. Nous avons parlé et essayé d’exprimer tout cela dans la musique. Mais je n’ai jamais vraiment été dans ce fauteuil, ou si je l’ai fait, c’était avec le groupe et je ne faisais que crier. C’est plus vulnérable quand on chante.

Les critiques sur mon nouveau travail et les mauvaises critiques m’ont frappé beaucoup plus durement que je ne le pensais, et c’est probablement pour cela. Parce que c’est la première fois que je suis vraiment vulnérable comme ça et que ces choses me représentent. Mac Wetha, c’est moi. Le groupe est composé de quatre personnes, mais ce n’est que moi. Donc si quelqu’un déteste la musique de Wetha (ce qui est tout à fait normal), au début, je me suis dit : « Oh, eh bien, ils me détestent aussi, putain ». Mais évidemment, ce n’est pas personnel.

Mais quand c’est plus introspectif et que vous l’avez écrit seul, vous êtes beaucoup plus vulnérable. Certaines des relations que j’entretiens avec les amis avec lesquels je fais de la musique sont si étroites parce que je les ai vus être très vulnérables. Nous avons parlé et essayé d’exprimer tout cela dans la musique. Mais je n’ai jamais vraiment été dans ce fauteuil, ou si je l’ai fait, c’était avec le groupe et je ne faisais que crier. C’est plus vulnérable quand on chante.

Les critiques sur mon nouveau travail et les mauvaises critiques m’ont frappé beaucoup plus durement que je ne le pensais, et c’est probablement pour cela. Parce que c’est la première fois que je suis vraiment vulnérable comme ça et que ces choses me représentent. Mac Wetha, c’est moi. Le groupe est composé de quatre personnes, mais ce n’est que moi. Donc si quelqu’un déteste la musique de Wetha (ce qui est tout à fait normal), au début, je me suis dit : « Oh, eh bien, ils me détestent aussi, putain ». Mais évidemment, ce n’est pas personnel.

PAN M 360: Pensez-vous que cela ait aussi quelque chose à voir avec l’ambiance et le sujet ? Avec le groupe, c’est lourd et émotionnel, vous êtes sur vos gardes. Mais avec vos nouvelles chansons, la plupart d’entre elles sont très optimistes et joyeuses. Pensez-vous que cela ajoute de la vulnérabilité ?

MW: Je pense que oui. Je pense qu’il est assez facile d’écrire de la merde triste. J’essaie vraiment de m’en éloigner un peu, même s’il y a des vibrations emo et tristes dans ce projet. Cela fait longtemps que j’essaie d’écrire des choses plus joyeuses et de faire en sorte que ce ne soit pas ridicule ou insincère. C’est tellement plus difficile. Je pense que les gens s’identifient plus facilement aux choses tristes et qu’elles se déversent d’elles-mêmes. Mais écrire un morceau qui est heureux et édifiant, pour moi en tout cas, c’est plus difficile. « Don’t You Going in Love » et « Fairytale » ont l’air assez joyeux, mais ils sont assez doux-amers ou mélancoliques. C’est une sorte de tristesse réfléchie, moins immédiate.

Je pense qu’étant donné que faire Mac Wetha and Friends est amusant, qu’on s’amuse et qu’on passe un bon moment avec ses potes, cela se ressent probablement un peu plus. Ce n’est pas que je ne m’amuse pas quand je fais de la musique seul, c’est juste que quand tu es seul ou avec quelques gars, c’est un peu différent, une énergie différente. Mais j’étais en voyage lorsque j’ai composé certaines des chansons de Mac Wetha & Friends 2. À Los Angeles, il faisait 40 degrés. J’adore Los Angeles et je suis ravi d’y être, alors je ne vais pas soudainement m’asseoir et dire :  » Ma petite amie m’a quitté, je me sens si mal, je me déteste « .

PAN M 360: Vos EPs et maintenant cet album sont tous très édités et raffinés en termes de longueur, mais ils sont toujours un peu une allusion puisqu’ils sont faits si rapidement. Pourquoi pensez-vous être attiré par des déclarations plus brèves ?

MW: Dans le groupe, j’étais capable de faire ces putains de chansons de math rock de sept minutes. Et je n’ai aucun problème avec ça, mais comme tu le dis, si je fais une chanson de plus de quatre minutes, je me dis « Oooh, je ne sais pas ce que c’est ». Je pense que c’est peut-être dû au fait que je viens d’un groupe et que je travaille maintenant sur un ordinateur et que je suis capable d’accélérer, de ralentir, de hacher, d’échantillonner et de manipuler des échantillons, c’est probablement un mélange de tout ça. Je pense aussi que la simplicité est très importante, surtout pour Mac Wetha & Friends. Je viens d’un milieu où l’on fabrique des beats et des échantillons.

En fait, c’est l’idée même de l’échantillonnage qui m’a donné envie de faire de la musique sur ordinateur. C’est en entendant SpaceGhostPurrp et la façon dont il utilisait les échantillons que j’ai commencé à m’y intéresser. Je pense que la raison pour laquelle j’aime l’échantillonnage, c’est que vous écoutez un beau morceau de musique qui a déjà cet esprit, puis un morceau vous frappe en particulier et vous le mettez en boucle pour que les gens puissent l’entendre, continuer à en faire l’expérience.

PAN M 360: Vous souvenez-vous du premier échantillon que vous avez utilisé?

MW: Je ne pense pas me souvenir du premier, mais le plus ancien dont je me souvienne est peut-être un échantillon de Barney Kessel, le guitariste de jazz. Mais le premier morceau que j’ai fait et que quelqu’un a utilisé (Bone Slim, qui fait partie du nine8collective avec moi) était un piano et une batterie, et à la fin, j’ai fait un échantillon d’une minute et demie d’une conversation, à la MF DOOM. C’était tellement méticuleux. J’ai passé des semaines à travailler dessus, sur toutes ces conversations folles. J’étais vraiment à fond, je ne pensais qu’à l’échantillonnage à ce moment-là. Je me souviens avoir échantillonné la bande originale de La Planète des Singes, c’était vraiment cool.

PAN M 360: Avez-vous des projets de tournée en dehors du Royaume-Uni à l’avenir ?

MW: Pour être honnête, c’est un peu déroutant de savoir ce que je vais faire en live à ce stade. Mac Wetha & Friends 2 vient de sortir, et je suppose que c’est ce que les gens écoutent le plus, et je ne peux pas vraiment le jouer en concert. J’ai prévu pas mal de choses au Royaume-Uni cette année, et si les choses en solo se passent bien après ça, ce que j’espère, je serai aux États-Unis et au Canada. J’adorerais ça, c’est mon rêve.

En fait, avec mon groupe Scoundrel, nous avons donné un concert à Québec parce que nous avions gagné une battle of the bands. Personne ne nous connaissait, j’ai rencontré le maire de Québec, et merde, c’était dingue. C’était bizarre. On y a passé trois nuits, c’était comme un rêve éveillé. Tous les gars de Québec se disaient : « Putain de Montréal. »

PAN M 360: Outre l’encens, y a-t-il quelque chose que vous devez avoir à portée de main pour travailler au mieux en studio ?

MW: J’ai de la sauge qui brûle en ce moment. J’ai aussi toujours deux de ces mauvais garçons. Des livres. J’ai le livre de Rick Rubin. Je sais, je sais. Ce que j’aime aussi beaucoup, c’est avoir un journal autour de moi et faire des mots croisés, puis écrire des paroles sur le papier. Parce qu’il y a tellement de mots et que j’aime les choses qui ont de l’allure. Si je prenais le train pour aller au studio, je prenais toujours un journal et j’essayais de faire des mots croisés pendant le trajet. Une fois sur place, je pose ce journal à côté de moi et j’y note toutes les idées que j’ai. Et il y a quelque chose dans tous ces mots maniaques partout qui est très inspirant au niveau des paroles. Mais à part ça, rien du tout.

PAN M 360: Votre processus de travail a-t-il beaucoup changé depuis que vous avez signé avec Dirty Hit ? Ou s’agit-il simplement d’une opportunité de continuer à avancer ?

MW: Le côté négatif de la chose, qui était un petit côté auto-infligé, c’était la pression d’être sur un label. Cela aurait pu être n’importe qui et la pression m’aurait atteint parce que c’était la première fois que ma musique et mon travail étaient reconnus de cette manière. Et le fait que ce soit moi en tant qu’artiste solo, ce qui était très nouveau pour moi à l’époque, m’a mis beaucoup de pression. C’était le mauvais changement, mais je pense que j’ai travaillé dessus et que je m’en sors mieux aujourd’hui. Je n’ai jamais été financièrement stable avant de signer chez Dirty Hit, ou si je l’ai été, c’est parce que je travaillais beaucoup.

J’en suis arrivé à un point où j’ai surmonté la confusion et je me sens très chanceux de pouvoir le faire. Je fais beaucoup d’exercice et de choses qui me permettent de rester actif, donc je ne suis pas toujours assis là et en train de perdre la tête. J’ai également participé à la tournée de Beabadoobee. Je les ai rencontrés en studio et nous sommes devenus amis, puis nous les avons accompagnés en tournée, ce qui a été l’une des expériences les plus incroyables de ma vie. C’était fou. D’une certaine manière, c’est grâce à Dirty Hit. Beaucoup de choses ont changé pour le mieux après la signature.

PAN M 360: Vous avez le don d’amener un artiste et de laisser la collaboration se faire dans les deux sens, en créant quelque chose de vraiment cool qu’aucun d’entre vous n’aurait pu imaginer seul. Dans cette optique, quels sont les deux ou trois artistes que vous appelleriez pour une collaboration de rêve ?

MW: J’aimerais bien faire une chanson avec SpaceGhostPurrp. Je sais, c’est une opinion controversée, il a lui-même beaucoup d’opinions controversées. Mais j’adorerais être une mouche sur le mur ou faire quelque chose avec lui et comprendre, et voir comment son esprit fonctionne. Parce que je pense qu’il fait des choses tellement insensées. Et puis TisaKorean, il est tellement malade. Très amusant. J’adorerais faire un beat pour Tisa, travailler avec lui et faire quelque chose d’amusant, et Spaceghostpurp, j’aimerais juste voir comment il travaille. Pour ce qui est de faire une chanson ensemble et de sortir un produit comme quelque chose sur Mac Wetha and Friends ou quelque chose comme ça, peut-être Yung Lean. Corbin, peut-être. Faisons les deux.

PAN M 360: Avez-vous trouvé difficile d’être un tel rebelle du genre dans ce paysage musical axé sur la marque ?

MW: Ce n’est pas un problème pour moi, mais je pense parfois à la façon dont je suis perçu et à d’autres choses. Mais en fin de compte, je fais juste ce qui me vient et me semble juste, et j’essaie de ne pas aller trop loin dans mes réflexions. Je pense qu’avec Cloud Paint, même si j’adore le projet, je me suis dit :  » D’accord, faisons un truc plus rock maintenant « . Je pense que je me suis un peu trop enfermé dans une case. Je pense qu’il peut être bénéfique de se donner des limites afin d’avoir un ensemble de règles que l’on peut contourner et avec lesquelles on peut jouer, tout en restant concentré. Mais je pense que j’ai réalisé que ce qui est le mieux pour moi en ce moment, c’est d’aller en studio et de faire ce que je veux, puis d’avoir des tas de chansons et de voir celles qui me semblent bonnes à sortir. J’espère qu’il y aura quelque chose qui réunira tous les sons et qui les fera rester dans le même univers.

Tous les artistes pour lesquels j’ai le plus d’amour et de respect, les musiciens que j’idolâtre – en particulier des gens comme Lava La Rue, Biig Piig, tendai, Dora Jar et Bone Slim – je les vois se foutre de tout ce qui se passe et faire ce qu’ils veulent. Ils ont évidemment des inspirations et des choses dont ils s’inspirent, mais c’est très éloigné de la tendance du jour sur TikTok ou autre. C’est ce qui dure le plus longtemps, même si ça n’explose pas en un jour et que ça ne rapporte pas assez d’argent pour s’acheter une putain de maison. Ce serait dingue, mais le but de la musique n’est pas de gagner de l’argent, c’est de faire de la musique malade.

Tout le contenu 360

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

The country chaos of Nora Kelly

The country chaos of Nora Kelly

Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Julie et Juliette

Julie et Juliette

Inscrivez-vous à l'infolettre