×

TOBi or not TOBi ? TOBi!

Interview réalisé par Jacob Langlois-Pelletier
Genres et styles : hip-hop / soul/R&B

renseignements supplémentaires

L’artiste canado-nigerian TOBi montera sur la scène Rio Tinto le 9 juillet prochain à 20h, dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal. 

Originaire de Lagos au Nigeria, le rappeur a déménagé à Ottawa avec son père à l’âge de 8 ans. TOBi est tombé en amour avec la musique en écoutant du hip-hop et de la soul. Mis sous contrat chez RCA Records, il a rendu public son premier projet FYi en juillet 2016.

L’artiste de 29 ans s’inspire de Kendrick Lamar, Frank Ocean, Childish Gambino et Stromae. “J’admire la conscience sociale de Stromae et la manière dont il aborde des sujets sérieux tout en offrant de la musique rythmée”, indique-t-il. Il a notamment collaboré avec The Game pour le remix du son City Blues en 2020.

Le 1er juin dernier, l’artiste a sorti un maxi pour sa chanson Too Hot. Vieux concept fréquemment pressé en vinyles dans les années 70, un maxi offre habituellement plusieurs versions d’un même titre, une version a capella ainsi que l’instrumentale. Sur ce projet, Oluwatobi Feyisara Ajibolade, alias TOBi, a revisité son titre avec le Nigérien Adekunle gold et le californien Rexx Life Raj.

Pan M 360 a causé avec lui de sa présence au Festival international de jazz de Montréal, sa carrière musicale et son processus créatif.

PAN M 360 : Comment décrivez-vous votre musique?

TOBi : Je décris ma musique comme étant une fusion personnelle et sans complexe de hip-hop, de R&B, de soul et de rap. Kendrick Lamar, Frank Ocean, Childish Gambino et Stromae sont des artistes qui m’inspirent énormément. Depuis récemment, j’écoute beaucoup de Stromae. Même si sa musique est plus dance que la mienne, j’admire sa conscience sociale et la manière dont il aborde des sujets sérieux tout en offrant de la musique rythmée. C’est un peu ce que j’essaie de reproduire avec ma musique. J’espère un jour rencontrer l’un de ces hommes, surtout Kendrick Lamar. J’ai adoré son dernier album Mr. Morale & The Big Steppers. Mon album préféré de Kendrick est sans doute To Pimp a Butterfly. 

PAN M 360 : Comment vous préparez-vous à vos séances d’enregistrement?

TOBi : J’aime entrer en studio avec des idées en tête. Ainsi, mon équipe et moi sommes extrêmement concentrés lorsqu’on enregistre. Aussi, ça permet d’être détendue et de laisser place à la spontanéité. Ça crée des moments imprévisibles. Il faut vraiment être préparé le plus possible pour que cela arrive. Je vais justement enregistrer des chansons après l’interview. 

PAN M 360 : Quelle est votre relation avec le Jazz?

TOBi : J’ai commencé à m’intéresser au jazz lorsque j’étais inscrit à l’université. Lorsque j’ai pris un cours de spoken word, il allait de soi que j’assiste à des concerts de jazz. C’est à ce moment que j’ai appris à connaître la discographie d’artistes comme Mile Davis et John Coltrane. Ce que j’aime le plus de ce genre musical, c’est l’imprévisibilité. Il est presque impossible de prédire la prochaine note. Le jazz semble être sans structure et très libre, et j’aime ça. J’adore voir les artistes se nourrir de l’énergie de chacun sur scène, ça m’inspire. Mon équipe et moi avons une structure commune, mais il y a toujours place à l’improvisation et la spontanéité. Il n’est jamais possible de savoir comment nos spectacles vont se dérouler, c’est magique. 

PAN M 360 : Comment vous sentez-vous à l’approche du festival?

TOBi : J’ai extrêmement hâte. Je regarde des vidéos du festival de jazz de  de Montréal depuis mes quinze ans. Une vidéo d’un artiste nigerian en concert à Montréal est gravée dans ma mémoire depuis mon enfance. Je veux me présenter à ce festival et y offrir un spectacle incroyable. Je souhaite que les gens n’oublient jamais mon concert et que dans quelques années ils se disent « te souviens-tu quand on a vu TOBi au Festival de Jazz de Montréal en 2022? » Aussi, j’ai hâte de voir des artistes comme Masego et Loony. Pendant mes deux jours au festival, je veux absorber le plus de musique possible. 

PAN M 360 : À quoi doit-on s’attendre de votre concert?  

TOBi : Vous pouvez vous attendre à danser et chanter. J’adore quand les gens sortent de leur coquille et lâchent leur fou. Quand je chante sur scène, je souhaite que les gens dans la foule profitent du moment pour laisser tous les problèmes de côté et passer un bon moment. Que vous soyez âgé de 12 ou 85 ans, vous allez passer un bon moment, je vous le garantis. 

PAN M 360 : Quelle est votre relation avec la ville de Montréal?

TOBi : Mon père a étudié à Concordia dans les années 70. Il me racontait toujours comment c’était à Montréal, comment la mode y est primordiale, sans compter les ressemblances aux grandes villes européennes. Quand j’étais jeune, on est allé à plusieurs reprises à Montréal et à l’Oratoire Saint-Joseph. Aussi, j’y adore la nourriture, les gens et l’ambiance générale de la ville. 

PAN M 360 : Parlons un peu de votre titre Too Hot. Récemment, vous avez sorti un maxi EP de cette chanson. Parlez-moi de ce concept?

TOBi : La version originale de Too Hot est sortie l’année dernière. Cette chanson est une célébration et déborde d’énergie. Si vous pouviez créer une chanson qui vous donne la confiance d’être en mesure de conquérir le monde, ce serait assurément Too Hot. C’est le genre de chanson que l’on écoute en route vers notre mariage. Pour le maxi EP, mon équipe et moi voulions rendre hommage au passé tout en essayant quelque chose de nouveau. Dans l’EP, on retrouve la version originale, deux nouvelles versions de la chanson avec Adekunle Gold et Rexx Life Raj, l’instrumentale.

PAN M 360 : Comment avez-vous évolué en tant qu’artiste depuis votre projet FYi en 2016? 

TOBi : Dorénavant, je pense davantage au produit final et quels effets mes chansons auront sur l’auditoire. Je me concentre sur les harmonies et la production. Je crée avec beaucoup plus d’attention qu’avant. Au début de ma carrière, je faisais avec l’inspiration du monde et plusieurs de mes chansons étaient des freestyles. Maintenant, c’est beaucoup plus précis et méthodique. J’apprécie où j’en suis aujourd’hui. On est comme des mathématiciens de la musique en studio !

PAN M 360 : À quel genre de musique doit-on s’attendre de votre part dans les prochains mois?  
TOBi : Je viens tout juste de terminer mon prochain album. Ça sonne exactement comme j’ai dit, c’est beaucoup plus précis. C’est la meilleure musique que j’ai créée dans ma carrière. Je suis extrêmement reconnaissant du travail effectué par mon équipe et j’ai hâte que vous entendiez le tout. Ce prochain projet se veut comme un hommage au passé. J’ai l’impression que cet album va réunir les générations, que les plus vieux vont l’aimer autant que les plus jeunes. Je suis censé sortir les premiers titres de ce projet à la fin de cette année.

Inscrivez-vous à l'infolettre