TALK continue sur sa lancée avec un premier album convaincant

Entrevue réalisée par Jacob Langlois-Pelletier

renseignements supplémentaires

Après le succès qu’il a connu avec ses titres Run Away to Mars et plus récemment A Little Bit Happy, Nicholas Durocher, alias TALK, n’a plus besoin de présentation. Ce vendredi, le natif d’Ottawa dévoile Lord of the Flies & Birds & Bees, un premier album puissant avec lequel il puise dans ses racines rock. Pour l’occasion, PAN M 360 a jasé avec lui de son nouveau projet, sa dernière année chargée ainsi que son amour pour le Québec!

Le 8 juillet 2022, TALK s’amène sur la scène du Festival d’été de Québec, juste avant la vedette du country Luke Combs. À ce moment-là, l’artiste canadien ne se doutait pas que sa carrière prendrait son envol. Après son spectacle, une vidéo de son excellente chanson Run Away to Mars au festival devient virale sur les réseaux sociaux, le propulse au sommet des palmarès québécois et lui permet de gagner en popularité aux quatre coins du globe. Depuis, TALK a de nouveau participé au FEQ l’été dernier et la grande histoire d’amour persiste entre lui et la province. Il s’est même récemment fait tatouer le drapeau québécois.

Avec Lord of the Flies & Birds & Bees, TALK propose un premier album pop rock diversifié en émotions et authentique à souhait. Autant sur un morceau débordant d’énergie comme Wasteland que sur un plus acoustique tel qu’Afraid of the Dark, ses paroles et sa voix brillent et connectent directement avec l’auditeur. L’univers qu’il propose est accessible et personnel; les mélodies y sont accrocheuses. Pour ses amateurs québécois, le chanteur a ajouté un titre surprise aux copies physiques qui seront distribuées dans la province, soit sa reprise de La ziguezon de La Bottine Souriante, un classique d’ici qu’il affectionne particulièrement. 

PAN M 360 : Salut Nicholas! Félicitations pour votre premier album. Après l’immense succès qu’a eu votre titre Run Away to Mars, avez-vous ressenti une pression en écrivant ce projet? 

TALK : Je crois que oui. J’ai écrit Run Away to Mars en 2020 et j’ai seulement débuté la création de Lord of the Flies & Birds & Bees en 2022. J’ai voulu prendre mon temps afin de créer le meilleur album possible. J’étais conscient que ce serait difficile de sortir un projet après avoir eu autant de succès avec Run Away to Mars. J’ai fait de mon mieux et je crois que mon équipe et moi avons fait de l’excellent travail. Je trouve que la qualité de cet opus est égale ou mieux que ce que j’ai sorti auparavant. Je pense que c’est un très bon projet.

PAN M 360 : Qu’avez-vous appris sur l’industrie musicale depuis la sortie de Run Away to Mars?

TALK : J’ai appris que l’on doit être très patient. J’ai aussi compris que les morceaux qu’on décide de publier doivent être importants pour nous, car tu ne sais jamais si les gens vont l’apprécier et ce peu importe si c’est bon ou non. Ainsi, c’est primordial d’aimer ses propres morceaux et d’être heureux avec ce que l’on crée avant de partager le tout. Ça permet de ne pas se soucier de ce que les gens vont en penser parce que tu aimes ta musique. J’apprécie énormément que les auditeurs aiment mes chansons, mais c’est important pour moi d’être en paix avec mon art. 

PAN M 360 : En quoi votre nouveau projet Lord of the Flies & Birds & Bees vous représente? 

TALK : C’est une excellente représentation de mon cheminement au cours des dernières années. Ça parle d’où je viens, ce qui m’est arrivé et où j’en suis aujourd’hui. Dans mon album, je parle des moments où je n’ai pas abandonné, que j’ai fait de mon mieux, que j’ai rencontré de nouvelles personnes et que je suis tombé en amour. Ça parle vraiment de ma vie au cours des deux ou trois dernières années. C’est un projet assez cohérent et je trouve que les différents thèmes fonctionnent ensemble à merveille. 

PAN M 360 : Comment s’est déroulée la création de votre album? 

TALK : Ça s’est très bien déroulé. Ma dernière année a été très chargée en raison du succès grandissant de Run Away to Mars et j’ai eu une tonne d’opportunités différentes qui se sont présentées à moi. Ainsi, je n’ai pas eu énormément de temps pour aller en studio, et j’ai dû travailler sur l’album ici et là. L’écriture s’est faite pendant plusieurs petites séances dispersées sur une longue période. Malgré tout, le projet a pris vie et je suis extrêmement heureux du produit final. Je n’ai pas vraiment eu de problème pendant la création. Disons que j’ai toujours beaucoup de choses à dire et cet album est le premier chapitre de ce que j’ai envie de raconter. 

PAN M 360 : Même si votre titre Run Away to Mars est paru en 2021, il se retrouve sur votre nouvel album. Pourquoi était-ce important pour vous de l’inclure? 

TALK : C’est simple, c’est parce que c’est avec cette chanson que tout a commencé pour moi. Run Away to Mars joue un rôle important dans l’histoire que je raconte. C’était important pour moi de lui donner une autre opportunité pour briller parce que cette chanson a eu un impact sur toutes les autres que l’on retrouve sur le projet. C’est le premier titre que j’ai fait paraître et ça a lancé ma carrière. Cet album parle de mon parcours au cours des dernières années et c’était inévitable de l’inclure. 

PAN M 360 : Sur Lord of the Flies & Birds & Bees, on entend une panoplie d’influences différentes dont le rock qui se fait très présent. Qu’écoutez-vous au quotidien? 

TALK : J’ai vraiment différentes phases au niveau de mon écoute musicale. J’écoute beaucoup de Foo Fighters, Coldplay et Elton John. Il y a aussi Queen que j’aime beaucoup, je crois qu’on entend l’influence du groupe britannique sur mon album. J’aime aussi la musique de Tom Odell. Je crois que je pourrais en nommer une tonne d’autres, mais c’est ce que j’écoute principalement. J’écoute aussi beaucoup de chansons de Disney, je trouve que les paroles sont vraiment bonnes. 

PAN M 360 : La première chose que l’on voit de votre album est cette magnifique pochette qui vous mets en scène dans un univers rappelant Le Seigneur des anneaux. Parlez-moi de l’idée derrière tout ça. 

TALK : J’avais plusieurs idées pour la pochette et je les ai partagées à mon équipe. Au début, j’étais un astronaute, et puis je suis devenu un gardien d’une forêt spéciale. Nous avons demandé à un artiste de dessiner le tout et voici le résultat! Je trouve que ça marche avec la musique de l’album. C’est coloré, plein de lumière et imposant, tout comme la musique qu’on retrouve sur Lord of the Flies & Birds & Bees. C’est la pochette parfaite pour mon projet. 

PAN M 360 : Vous décrivez votre musique comme étant « colorée, pleine de lumière et imposante », et ça colle parfaitement au morceau d’ouverture Fall for you. Comment est né cette chanson?

TALK : Un jour, mon équipe et moi jouions avec une guitare et d’autres instruments lorsqu’il nous est venu l’idée de faire un morceau à la Broadway, avec beaucoup de couches vocales et chant. C’est à ce moment que Fall for you a pris vie. C’est une chanson d’amour, ça parle du moment où tu rencontres une personne et que tu comprends immédiatement que tu vas tomber en amour. L’idée est que tu pourrais faire n’importe quoi pour cette personne tellement l’amour est puissant.

PAN M 360 : Afraid of the Dark est sans équivoque mon coup de cœur et détonne des autres pièces de votre projet. Que raconte ce titre? 

TALK : Cette chanson est dédiée à ma grand-mère. Quand j’ai débuté l’écriture de mon album, elle est tombée malade et je devais faire le choix entre aller à Los Angeles pour écrire ou passer du temps avec elle. Ma grand-mère m’a dit d’aller créer, et tout ce que j’avais en tête en studio, c’était elle. Ainsi, c’est le premier morceau que j’ai rédigé pour le projet. Le message principal de Afraid of the Dark est assez simple; c’est d’accepter que l’on craigne encore certaines choses, même en étant adulte. Ça rappelle aussi l’importance de la famille et de profiter de tous les moments que nous avons avec les personnes que nous aimons. Ça dit aussi que c’est important d’écouter les histoires des autres. C’est de ça que parle cette chanson.

PAN M 360 : Vous étiez de retour à Montréal lundi dernier pour un lancement d’album privé. Vous semblez entretenir une relation spéciale avec les gens du Québec. 

TALK : Oui certainement! Ma mère est francophone et elle a rencontré mon père à Val-d’Or. À l’époque, ma mère était professeure et mon père était minier. Ainsi, j’ai plusieurs membres de ma famille qui habite au Québec et j’y ai passé beaucoup de temps quand j’étais jeune. Je suis natif d’Ottawa et je suis souvent allé à Québec et Montréal. J’ai toujours été près de la culture québécoise et le public québécois a été l’un des premiers à m’accueillir. Il y a deux ans, j’ai monté sur la scène du Festival d’été de Québec (FEQ) avant Luke Combs, et c’était un spectacle incroyable. Les vidéos de Run Away to Mars au FEQ sont devenues virales sur les réseaux sociaux. Le Québec a joué un rôle important dans ma carrière et j’en suis extrêmement reconnaissant. C’est en partie pour ça que je me suis récemment fait tatouer le drapeau du Québec sur mon bras gauche. D’ailleurs, seulement sur les versions physiques de mon album au Québec, il y aura ma reprise du titre La ziguezon de la Bottine Souriante!

PAN M 360 : Pourquoi était-ce autant important pour vous d’avoir cette attention particulière pour vos auditeurs québécois et québécoises?

TALK : Premièrement, j’adore cette chanson depuis que je l’ai entendu quand j’étais jeune. Aussi, je voulais montrer mon immense respect envers mes fans du Québec. Il s’agit probablement de l’endroit où il y la plus grande concentration d’amateurs de ma musique. Ça aurait été une erreur pour moi de ne pas penser à eux après tout ce qu’ils ont fait pour moi. Je planifie de la jouer à tous mes spectacles futurs au Québec. 

PAN M 360 : Il est certain que vous voudrez rendre ce projet en spectacle au cours des prochains mois et le laisser vivre, mais je ne peux m’empêcher de demander à quoi ressemblera l’avenir de TALK?

TALK : C’est une bonne question, c’est certain qu’au cours des prochains mois je vais faire plusieurs spectacles et chanter cet album devant mes amateurs. Cependant, j’ai déjà très hâte de retourner en studio et de recommencer à créer. J’ai terminé Lord of the Flies & Birds & Bees il y a quelques mois, et je n’ai pas vraiment écrit depuis en raison de mon horaire assez chargé. J’ai hâte de voir ce que le futur me réserve.

 

PAN M 360 : Avez-vous déjà une idée de l’avenue que vous souhaitez emprunter pour la suite?

TALK : Je crois que j’ai une petite idée, mais ça change presque chaque jour. Parfois, j’ai envie d’aller encore plus loin dans le rock, et à d’autres moments j’aimerais puiser dans le folk. Je ne sais pas nécessairement ce qui m’attend, mais je sais que ça sonnera toujours comme du TALK. J’aimerais que mon parcours ressemble à celui de Coldplay qui a réussi à évoluer de manière constante au fil des années. 

Crédit photo : @iamtalk

Tout le contenu 360

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

The country chaos of Nora Kelly

The country chaos of Nora Kelly

Inscrivez-vous à l'infolettre