SINNAZ : de l’amitié à la collaboration, ou bien l’inverse ?

Entrevue réalisée par Elsa Fortant
Genres et styles : bass-music / dancehall

renseignements supplémentaires

SINNAZ est un duo international de musique électronique, composé de SIM, né et élevé à Montréal, et de NAP, né à Bogota et vivant aujourd’hui entre Montréal et Ciúdad de Mexico. Ils ont uni leurs forces pour dévoiler un premier EP de 4 titres explorant les sons, les émotions et les atmosphères du dancehall, du dembow et de la bass music, sur le label Isla de Vancouver, fondé par NAP. Avec l’été qui s’annonce, cet EP vous mettra certainement de bonne humeur. PAN M 360 a réalisé une interview par courriel pour plonger dans la vie et les projets de ces deux excellents producteurs et membres très actifs de la communauté électronique.

PAN M 360 : Pouvez-vous vous présenter, ainsi que votre parcours (lié à la musique ou non) ?

SIM : Je m’appelle Sim Laporte, je suis né et j’ai grandi à Montréal, au Canada. Je fais partie d’un projet collectif et communautaire appelé Mata Sound, qui facilite les terrains fertiles pour la création, l’éducation et l’élévation personnelle. J’ai une formation en beaux-arts et en éducation artistique communautaire, ce qui fait de la pédagogie une partie intrinsèque de ma musique et de ma pratique du son.

NAP : Je m’appelle Daniel Rincon. Je suis né à Bogotá, en Colombie, et j’ai déménagé au Canada à l’âge de 15 ans. Mes racines musicales viennent du fait que j’étais un nerd musical à l’adolescence, que je travaillais dans un magasin de disques à Vancouver et que j’assistais à tous les spectacles auxquels je pouvais assister. Aujourd’hui, je fais de la musique sous le nom de NAP et en collaboration avec d’autres amis et collègues (Ambien Baby, Dosis, OSS, La Fe, SINNAZ). Je dirige également le label Isla que j’ai lancé à Vancouver en 2016. Actuellement, je vis et travaille entre Ciúdad Mexico et Montréal.

PAN M 360 : Racontez-nous comment est né votre projet collaboratif, Sinnaz.

NAP : J’ai entendu le disque de SIM sur Nervous Horizon lorsque je vivais à Berlin en 2021 et je lui ai écrit pour lui dire à quel point j’aimais son travail. Je lui ai fait part de la musique que je faisais et que je rendais publique, et il a été séduit. Lorsque je suis revenu à Montréal à l’été 2021, nous nous sommes rencontrés pour la première fois à mon studio et c’était l’amour dès le premier jam. De vraies vibrations positives de nerds de la musique, une ouverture et un partage de ce qui nous enthousiasmait l’un l’autre. À partir de ce moment-là, nous avons continué à nous retrouver à mon studio pour y traîner et y improviser.

SIM : Je me souviens très bien que j’étais dans l’entrepôt IKEA, submergé par tout ce qui se passait, lorsque j’ai reçu un courriel intéressant d’un certain M. Rincon, qui m’annonçait qu’il allait déménager à Montréal et qu’il voulait travailler avec moi. Immédiatement intriguée, j’ai accepté l’offre et nous nous sommes rencontrés autour d’un burrito avant de commencer ce qui allait être le premier pas vers SINNAZ.

PAN M 360 : Cet EP a été créé entre 2021 et 2023, alors comment avez-vous travaillé en équipe et que pouvez-vous nous dire sur votre processus créatif (les parties faciles et les plus difficiles) ?

SIM : Étant un fin connaisseur d’Ableton et Daniel le maître de la MPC, nous avons naturellement migré vers nos outils respectifs en studio pour y trouver un flux de travail complémentaire à notre expertise. J’ai en quelque sorte défini les premiers bleeps, puis j’ai ouvert l’enregistrement pour que Daniel puisse bidouiller les trucs analogiques. J’arrêtais le jam pour réajuster et arranger les choses, et je recommençais l’enregistrement ! Petit à petit, nous avons obtenu suffisamment de morceaux cohérents sous la forme d’un EP.

Je pense que le principal défi dans notre processus créatif est de trouver le temps de travailler ensemble. Nous sommes tous les deux très occupés avec une multitude de projets en cours qui nous font voyager à travers le monde, ce qui rend difficile le fait d’être dans la même pièce. Mais c’est aussi ce qui rend chaque session d’autant plus significative !

NAP : SIM et moi avons défini un flux agréable pour notre dynamique de studio dès le début de nos jams, ce qui est devenu le point central de notre processus de création de l’album et quelque chose que nous voulons continuer à développer dans le studio. SIM est un magicien d’Ableton, alors il s’assoit généralement à la barre de la table de mixage pour enregistrer et mixer/ hacher les lignes que j’ajoute avec le matériel. En général, je me promène en ajoutant des lignes à l’aide de différents appareils. Après avoir enregistré une série de sons et de séquences (souvent autour d’une simple boucle ou d’un rythme), nous nous asseyons et commençons à découper. À ce stade, nous nous relayons pendant 15 à 30 minutes pour nous attaquer aux tâches d’édition et d’arrangement, jusqu’à ce qu’un montage soit effectué. Une fois les arrangements réalisés, SIM mixe les pistes.

Comme SIM l’a mentionné, le plus grand défi de notre processus est de trouver le temps de se réunir, car j’ai vécu entre le Canada et le Mexique l’année dernière et avec les tournées et les horaires d’école, il est difficile de se rencontrer, mais c’est spécial quand cela se produit.

PAN M 360 : Quand et où, dans votre parcours musical, êtes-vous tombé amoureux du dancehall, de la bass music et de la musique de club ?

SIM : Comme beaucoup d’entre nous, j’ai découvert le dancehall grâce à l’album Dutty Rock de Sean Paul. En 2003, j’étais trop jeune pour vraiment comprendre la culture dancehall, mais je traînais toujours avec les jeunes plus âgés de mon quartier. Je me souviens très bien que j’étais en première année primaire et que je me trouvais dans le cercle de danse avec des élèves de sixième année. La chanson Get Busy était alors connue et aujourd’hui encore, je m’identifie à l’enfant de ce clip. C’est plus tard dans mon parcours musical que j’ai redécouvert le dancehall. Mon premier point d’entrée dans la musique électronique étant le dubstep, je n’ai pas tardé à m’intéresser au dub, au reggae et à la musique de soundsystem, ainsi qu’à l’UK garage et à la musique de club dans son ensemble.

NAP : Pour moi, c’est le reggae, le rap et le champed qui m’ont attiré en premier. Les sons de Big Boi, Control Machete, El Chombo et Daddy Yankee passaient tous à la radio pendant mon enfance et constituaient également la bande-son de certaines des premières soirées dansantes auxquelles j’ai assisté. J’ai fini par découvrir le dancehall au cours de mes recherches vers 2015, lorsque j’ai commencé à m’intéresser au dub et à ses dérivés. Dernièrement, j’ai trouvé beaucoup d’inspiration et de joie dans l’exploration des influences de la culture jamaïcaine des sound systems sur la musique latino-américaine, qu’il s’agisse du beat dembow qui a donné naissance au genre reggeaton ou des mouvements sonidero (Mexique) et pico (Colombie) en Amérique du Sud – j’y suis profondément plongé en ce moment, en particulier dans la culture des sound systems de Snider à Mexico City.

PAN M 360 : Quelles sont les autres choses que vous avez en commun, en plus de votre intérêt pour la musique électronique ?

NAP : Je pense que nous sommes tous les deux intéressés par des choses différentes mais très liées à la musique, comme la communauté et la pédagogie. Surtout que nous avons tous les deux une formation en éducation artistique, c’est toujours un plaisir de parler de musique dans cette optique, une préoccupation plus profonde pour son impact socioculturel – souvent ces conversations finissent par informer le processus de création musicale.

SIM : Exactement ! Parce que la musique est une partie inhérente de nous-mêmes, il est difficile de s’en détacher totalement. D’autant plus que la musique a le pouvoir de rassembler les gens.

PAN M 360 : L’EP est sorti sur Isla, qui est le label – très prolifique – de NAP, pouvez-vous nous en dire davantage? Ce label a été fondé à Vancouver, êtes-vous originaire de cette ville ? Si oui, à quoi ressemble la scène électronique de la Côte Ouest canadienne ?

NAP : Isla est un label que j’ai lancé à Vancouver en 2016. J’ai acheté un duplicateur de bandes dans une église d’Abbotsford BC et j’ai commencé à doubler des séries très limitées de bandes depuis mon studio, j’étais alors très inspiré par l’éthique punk et DIY avec laquelle j’ai grandi. Depuis, j’ai fait croître le label pour y inclure la production de vinyles, mais c’est toujours moi qui sors ce qui me semble le plus approprié (souvent de la musique et des collaborations de ma propre musique ou de celle d’amis). En ce qui concerne la scène électronique de la Côte Ouest, elle a connu une période naissante très spéciale au début des années 10, mais je pense qu’après beaucoup de battage médiatique, elle s’est en quelque sorte endormie… et à juste titre parce que cette scène était en fait assez petite. Personnellement, la scène de la Côte Ouest des années 80 et 90 m’a semblé la plus riche en traditions (de Skinny Puppy à Exquisite Corpse en passant par Pilgrims Of The Mind, Download et l’équipe de Discotext) – Vancouver, c’était cool !

PAN M 360 : Prévoyez-vous vous produire en duo (DJ ou live set) ?

SIM : Bien sûr ! Si notre emploi du temps le permet haha ! Mais nous prévoyons aussi de nous produire, d’être DJ et de jouer en live avec Ultima Esuna, pour notre projet ‘Alta Familia’.

NAP : Absolument ! Au moins quelques DJ sets B2B à Montréal cet été.

PAN M 360 : À Montréal, quels sont vos endroits (et organisateurs de soirées) préférés pour aller danser et écouter de la bonne musique ?

SIM : Je suis récemment allé à Lulu Épicerie dans la Petite Bourgogne. L’équipe Beiroot Groove Assemble y a fait une sélection incroyable de musique funk, disco et soulful house. Sans oublier que l’entrée est accompagnée d’un shawarma gratuit ? Cet endroit a le sceau d’approbation du SIM !!!

NAP : Je ne suis pas allé à MTL l’année dernière, mais j’adore jouer des disques dans le sous-sol de Sans Soleil. J’adore l’ambiance de fête dans le salon les fins de semaine et le son est excellent. Shout out Kris Guilty qui réserve et gère l’endroit (et qui possède aussi le meilleur magasin de disques de la ville ; La Rama).

PAN M 360 : Diriez-vous que la scène électronique montréalaise se définit par la langue, c’est-à-dire que l’on peut observer un côté francophone et un côté anglophone ? Comment vous sentez-vous par rapport à cela ? Avez-vous l’impression d’avoir plus de liens avec un côté ou l’autre ? Comment naviguez-vous entre ces différents espaces, publics, etc. ?

SIM : Je pense que la scène montréalaise vit une période de transition. Comme de plus en plus d’artistes du monde entier vont et viennent à Montréal, j’ai l’impression que la norme est l’anglais dans le milieu de la musique électronique. Il est difficile pour moi d’aborder ce sujet sans en faire une déclaration politique, à cause de l’histoire derrière, mais une chose est sûre : la musique électronique à Montréal est définie par les gens qui cultivent la scène, et sa richesse doit être chérie.

PAN M 360 : Quels sont les prochains grands événements/plans pour chacun d’entre vous ?

SIM : Pour moi, les grands projets à venir sont ma tournée en Europe, que j’ai vraiment hâte de faire, et aussi le Piknic Electronik cet été ! Faire partie du même lineup que les légendes DJ Stingray et Helena Hauff est tout simplement surréaliste.

NAP : Je serai de retour à Montréal cet été et je ferai quelques petites tournées en Europe au cours de l’année. Je finirai quelques disques qui m’enthousiasment (solo et collaborations) et j’en sortirai quelques autres sur Isla et ACA avant la fin de l’année.

Tout le contenu 360

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Inscrivez-vous à l'infolettre