POP Montreal | Le groupe allemand Tangerine Dream continue d’innover et d’improviser

Entrevue réalisée par Zenith Wolfe

renseignements supplémentaires

Le légendaire groupe électronique allemand Tangerine Dream est en route pour Montréal! Avec plus d’un demi-siècle d’histoire, une centaine d’albums publiés et un penchant pour l’improvisation, les spectacles de Tangerine Dream sont imprévisibles et revigorants.

PAN M 360 : Je suis sûr qu’on vous a déjà posé la question un million de fois, mais d’où vient le nom Tangerine Dream?

Thorsten Quaeschning (leader du groupe, claviers, guitare, batterie) : Il y a plusieurs réponses différentes et nous ne sommes pas sûrs de celle qui convient le mieux aujourd’hui, car il n’y a pas de bonne réponse. C’est peut-être une peinture de Dali. Cela ressemble à une chanson des Beatles. C’est une sorte de mauvaise herbe. Ou c’est juste un bon nom. Aujourd’hui, c’est le numéro trois qui me convient le mieux.

Paul Frick (claviers) : Une anecdote non confirmée et peut-être fausse est que les membres fondateurs ont mal compris les paroles de Lucy in the Sky With Diamonds.

PAN M 360 : C’est bien d’avoir un peu de mystère autour du groupe. Cela rend les choses intéressantes. De plus, vous existez depuis longtemps – vous aurez bientôt 56 ans – mais tous les membres fondateurs sont partis depuis le décès d’Edgar Froese en 2015. Comment diriez-vous que vous maintenez tous l’esprit du groupe en vie?

Thorsten Quaeschning : La plupart des membres fondateurs sont partis en 67, à l’exception d’Edgar. C’est à la fois un honneur et un sentiment de pression de faire partie de ce genre d’histoire, mais c’est formidable à bien des égards. L’idée d’Edgar était que le groupe puisse durer des centaines d’années, car le concept ne se limite pas à un seul membre.

Paul Frick : Thorsten fait partie du groupe depuis 20 ans et je suis le membre le plus récent, depuis 3 ans environ. Je suis là parce que Thorsten m’a fait confiance. D’une certaine manière, nous rendons hommage aux vieux morceaux des années 70 et 80, ainsi que des années 2000 et suivantes, en les jouant avec des listes de morceaux différentes chaque soir. Nous les jouons avec notre propre son – nous respectons les morceaux, mais ils ne sonnent pas exactement comme sur les vieux disques. Évidemment, pour nous, il est important de continuer à regarder vers l’avenir et de ne pas devenir un musée. Le moyen le plus important pour y parvenir est d’organiser une session de composition libre et instantanée après chaque programme fixe. Nous essayons bien sûr de rendre hommage à l’héritage, mais nous sommes aussi plus spontanés, plus audacieux.

PAN M 360 : Vous avez expérimenté de nombreux genres, du krautrock surréaliste à l’électronique progressive, et vous avez également beaucoup puisé dans le lyrisme et les chansons d’inspiration classique. Comment faites-vous pour trouver de nouvelles idées alors que vous avez déjà exploré tant de concepts musicaux?

Thorsten Quaeschning : L’idée de l’année dernière était de revenir à une musique électronique pure combinée à un violon électronique. Aller à l’essentiel et prendre tout ce qui vient des années 70 et 80, combiné à la technologie d’aujourd’hui et à l’expertise de tous les membres du groupe. Vous avez une palette de couleurs parmi lesquelles choisir et il est facile d’adopter une approche plus classique ou une ambiance psychédélique avec toutes les gammes fixes et les séquences de batterie. L’idée de créer de la musique sur le moment évoque également l’environnement de la journée : le lieu, la taille, les sièges et le public.

Paul Frick : Sur cette tournée, Thorsten cherche la plus grande résonance possible pour les basses. Tout ce qui peut faire trembler le sol de la plus belle manière sera utilisé comme tonalité de base, puis nous choisissons un BPM. En ce qui concerne l’ancien ou le nouveau, l’un des grands plaisirs de la musique avec Thorsten et Hoshiko Yamane (violon/alto, violoncelle) dans le studio berlinois de Thorsten, c’est qu’il y a tous ces synthétiseurs datant de différentes décennies. Certains sont très anciens et ont été utilisés sur les vieux disques de Tangerine Dream, tandis que d’autres sont très récents et combinés à de nouveaux logiciels. Il ne s’agit pas d’un dogme selon lequel nous faisons tout avec les vieux trucs, mais ils sont là et nous pouvons les utiliser d’une nouvelle manière. La technologie musicale a beaucoup progressé au cours de la dernière décennie, et nous nous sentons très chanceux de pouvoir tout utiliser en même temps. Nous avons tellement de couleurs à notre disposition.

PAN M 360 : Parlez-moi de quelques-unes des couleurs qui ont été utilisées pour votre dernier album, Raum.

Thorsten Quaeschning : Raum a été enregistré pendant la pandémie. S’il y a un point positif, c’est que cela nous a permis de nous concentrer sur la musique pendant plus d’un an, sans être distraits par des concerts. Nous avons passé beaucoup de temps dans la même pièce à essayer de trouver le bon son. Nous avons appris au fil des sessions, nous avons joué tous les soirs et nous avons joué avec toute la musique en même temps et en interaction, alors que normalement, dans les studios, on enregistre piste par piste. Nous avons transformé les sons les uns en fonction des autres. Si tout fonctionne en même temps, vous pouvez modifier les choses d’une manière différente lors de l’édition. C’était l’idée de Raum.

PAN M 360 : Raum est-il l’élément principal de votre agenda pour votre prochaine performance à POP Montréal?

Thorsten Quaeschning : C’est un élément important parce qu’il fonctionne bien en live. Ce spectacle sera une combinaison de musique des années 70 – rien avant 74 parce qu’elle n’était probablement pas destinée à être reproduite sur scène, donc normalement entre 74 et 87. Ensuite, nous sauterons plus d’une décennie et commencerons à partir de 2005.

Paul Frick : La liste des morceaux n’est pas encore arrêtée, mais il y aura quelques morceaux du nouvel album.

PAN M 360 : Pourquoi diriez-vous qu’il est important pour vous de vous produire à POP Montréal en particulier?

Thorsten Quaeschning : Je crois que nous y avons déjà joué en 2012 ou 2014. C’est un festival incroyablement génial avec une salle qui sonne bien. C’est génial d’être de retour au Canada et surtout à Montréal, qui a un grand héritage musical depuis des années.

Paul Frick : Montréal est également le concert numéro 17 sur 19 de notre tournée. Nous sommes maintenant à Philadelphie.

PAN M 360 : Bien sûr, le Canada est loin d’être la seule étape de votre tournée. Quels ont été les points forts de cette traversée de l’Ouest?

Thorsten Quaeschning : Avant-hier, nous avons joué avec Julie Slick à Seattle. Austin et San Francisco étaient super, tout comme le premier concert à Miami.

Paul Frick : Jusqu’à présent, nous avons eu trois invités. Nous essayons de leur donner de l’espace pour les mettre en valeur, car ils créent toujours une dynamique surprenante. Nous avons eu Steve Roach, Robert Rich et Julie Slick.

PAN M 360 : Y a-t-il un invité pour l’émission POP Montréal?

Thorsten Quaeschning : Pas encore, mais c’est possible! Parfois, c’est spontané. Nous connaissons beaucoup de gens, mais souvent nous ne sommes pas sûrs de l’endroit où ils vivent ou de l’endroit où ils se trouvent en Amérique du Nord. Dans le cas de Julie Slick, nous l’avons simplement appelée et, avec un peu de chance, elle jouait dans la ville où nous nous trouvions le lendemain. C’est un privilège de connaître tous ces gens.

PAN M 360 : Nous parions que vous êtes également impatients de retourner en Allemagne pour la série de concerts que vous y donnerez en octobre.

Thorsten Quaeschning : Oui, nous avons deux jours de repos pour régler certaines choses et le reste du mois sera consacré aux concerts. Le premier a lieu du 10 au 30, puis nous avons cinq jours de repos avant le Royaume-Uni et la Pologne.

PAN M 360 : Nous espérons que vous pourrez faire une petite pause entre toutes ces représentations! Merci de nous avoir accordé votre temps.

Tangerine Dream se produira le 1er octobre à l’Olympia à 20h. INFOS ET BILLETS ICI.

Tout le contenu 360

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Inscrivez-vous à l'infolettre