×

Peter Peter : tango solo, Francos pluro

Interview réalisé par Luc Marchessault
Genres et styles : alt-pop / électro-pop / pop / post-punk

renseignements supplémentaires

Peter Peter est revenu chez nous il y a quelques mois, après avoir vécu en France pendant plusieurs années. Le printemps 2022 s’avère chargé pour lui : lancement du simple Rome et de son clip, dévoilement d’un microalbum de versions acoustiques enregistrées au studio Hotel2Tango avec captations vidéo en direct, puis prestation aux Francos de Montréal avec musiciens en chair et en instruments. Un déblocage heureux, pour lui comme pour des milliers de créateurs, après deux années corsées. Pan M 360 a pu jaser de tout ça avec lui.

Pan M 360 : Bonjour Peter Peter, heureux de te savoir revenu en sol montréalais! Également heureux d’avoir des nouvelles musicales de toi, sous forme de microalbum comptant six versions acoustiques de tes pièces. Les pièces qui figurent sur Session Live H2T proviennent de l’album homonyme (Homa), d’Une version améliorée de la tristesse (Beauté baroque), de Noir Éden (Little Shangri-La) et de Super Comédie (Commun maintenant, Les mariés ont disparu et Rome, une inédite). Tes trois albums les plus récents ont été réalisés par Emmanuel Éthier. Mais pour le simple Rome, tu as collaboré avec Perrick Devin, un cador du monde musical français (Lomepal, Nekfeu, Clara Luciani, Biolay et un tas d’autres). Pourquoi voulais-tu collaborer avec Pierrick?

Peter Peter : Rome est un b-side qui a mis du temps à sortir, question de cohésion avec l’album; celui-ci avait la longueur voulue, donc Rome a été mise de côté. Je trouvais ça moche de ne pas la sortir et il y a tellement eu de temps morts avec la pandémie. Puis je me demandais « Ça vient d’où cette peur de sortir des b-sides? Ça peut être une question de cohérence de promo, mais avec Audiogram on s’est dit « Allons, on la sort ». Et puisque l’accueil de Super Comédie a été assez réservé ici, je me suis dit que ce serait comme un clin d’œil coïncidant avec mon retour.

Manu (NDLR : Emmanuel Éthier) a joué un rôle un peu messianique dans l’album, parce qu’étais un peu au bout du truc; je lui ai donné la latitude qu’il voulait. J’avais de nouvelles chansons, différentes versions, un disque dur. Il devait me faire voir la lumière, ce qui doit faire le réalisateur quand ça devient trop confus dans notre tête. On a donc écouté les maquettes, démos et tout ça, puis Rome a été écartée. Elle était déjà mixée et faisait partie des premières chansons du disque, que Pierrick Devin et moi avons enregistrées à Montréal. On est retournés à Paris pour mixer tout ça, puis je me disais « Non, je ne l’aime pas cet album ». La même chose était arrivée avec Noir éden. Ensuite, je suis revenu à Montréal et j’ai fait entrer Manu dans l’équation, je lui ai dit « T’as carte blanche ». Ç’a été une épopée, donc!

Pan M 360 : Est-ce que la version de Rome qui figure sur H2T est la même que celle lancée en avril?

Peter Peter : Non, c’est une version acoustique. Le texte est vraiment ce qu’il y a de plus important, dans cette chanson. Je voulais qu’il ressorte, je voulais partager ce qu’il évoque. En guitare-voix, c’est plus propice. J’avais aussi pensé faire de nouvelles chansons pour H2T, sans le dire à ma compagnie de disques, mais finalement je suis revenu à une formule plus classique. Je n’ai pas choisi Carrousel ou les simples plus identifiables, toutefois, j’ai sorti des titres moins connus comme Little Shangri-La, question de leur donner une deuxième chance.

Pan M 360 : Tu as enregistré ces pièces au studio montréalais Hotel2Tango, d’où le titre du microalbum. Est-ce que tu reprends toutes les chansons solos à la guitare acoustique, ou alors des collègues t’accompagnent? Le cas échéant, est-ce la même bande de musicos qu’en 2011, c’est-à-dire Howard Bilerman, Sarah Pagé et compagnie?

Peter Peter : Howard n’était pas dispo. Au début, c’est avec lui que je voulais travailler. En fait, on voulait faire ça dans un bureau vacant sur Saint-Laurent, je m’étais monté une équipe avec Dominic Vanchesteing et un ingé-son qu’il connaît, Alex Crow…

Pan M 360 : Qui est aussi guitariste.

Peter Peter : Oui, il fait plein de trucs, il a un studio. Donc, tout d’un coup le bureau vacant ne l’était plus, on a songé au studio d’Alex, puis on a opté pour Hotel2Tango. J’ai vu Howard Bilerman le jour où j’y suis allé. Il y avait Radwan aussi (NDLR : Radwan Moumneh, cofondateur du studio et réalisateur), mais j’ai décidé de garder Alex, je suis solidaire des gens qui avancent avec moi dans mes projets. Donc, je voulais faire ces pièces en guitare-voix, sans préenregistrements, en noyau intime. Mais ensuite, l’équipe vidéo est arrivée; le plus compliqué a été de garder cette intimité. Les caméras deviennent un peu les stars of the show, tout est axé sur elles. Hotel2tango est un endroit assez zen, en fait c’est ce que j’avais en mémoire, j’espérais que ça n’avait pas changé depuis 2011. Il y avait plein de parallèles à faire avec ma vie, ça venait boucler dix ou onze ans de carrière.

Pan M 360 : Le choix de Dominic Vanchesteing (Le Couleur, Bernardino Femminielli, Julia Daigle, Chocolat) s’imposait, pour les réaliser les captations vidéo?

Peter Peter : Au début, on voulait ajouter des accompagnements – une boîte à rythmes –, mais on a gardé seulement la guitare. On a fait une pré-prod au studio d’Alex. L’intervention de Dominic a été assez sobre; j’ai joué les chansons, on a testé quelques tonalités. On s’est fait confiance par la suite, en toute transparence. Quand on est arrivé à Hotal-2Tango, Dominic s’occupait de la vidéo; il m’entendait jouer, mais il n’avait pas de casque pour m’entendre chanter. Donc, il a cette sensibilité; ce sont des gens comme ça avec qui j’aime travailler, qui ne sont pas monoïdéiques ou dogmatiques.

Pan M 360 : Y a-t-il des captations en plan séquence pour toutes les pièces de H2T?

Peter Peter : Oui.

Pan M 360 : Est-ce qu’elles sortiront graduellement?

Peter Peter : C’est flou parce qu’on prépare la prestation des Francos en ce moment, mais ce sera lancé en même temps, c’est-à-dire l’EP et les vidéos. Je crois que les gens auront le choix, c’est-à-dire les pièces séparées ou tout le truc (NDLR : vidéo complète ci-dessus). Il n’y a pas de trucages, la prise c’est la prise! Puis, pendant que j’étais en Géorgie pour le tournage du clip de Rome, ils ont choisi les prises en fonction des mouvements de caméra réussis. Or, l’audio coïncidait bien avec ceux-ci, donc on a été chanceux.

Pan M 360 : Commun maintenant a ce son post-punk à la Television, sur Super Comédie. Tu l’as préservé sur la version acoustique. On pas du tout l’impression d’entendre un refrain folk. Sans doute à cause de l’urgence du texte et des accords nerveux?

Peter Peter : Oui, peut-être parce que je l’ai jouée tranquillo à la guitare électrique. Et l’écriture est assez naïve et quand c’est comme ça, règle générale, ça fait penser à quelque chose de plus anglo-saxon. En français, on se permet moins des familiarités comme ça. C’est plus mélodique, les paroles servent un peu de véhicule à la mélodie, et pas l’inverse.

Pan M 360 : Est-ce que ta prestation aux Francos sera en mode « orchestre complet »?

Peter Peter : C’est la catharsis post-pandémie! En faisant Super Comédie, je pensais au live, c’était intrinsèquement lié. Noir éden était plus musique à l’ordi. On serait cinq, plus un saxophoniste qu’on traînera peut-être après les Francos. Retour en grosse formation, ce que je n’avais pas vécu depuis 2013. L’économie n’est toujours pas facile, mais on va y arriver.

Pan M 360 : Il y aura une tournée?

Peter Peter : J’ai signé un contrat « spectacles » avec Bonsound, on essaie d’avoir des trucs. En formation complète, je ne sais pas, mais il y a une tournée solo qui se prépare. Pan M 360 : Merci beaucoup Peter Peter, bon succès avec Session Live H2T et on te verra aux Francos!

Photo : Cassandra Jetten

Inscrivez-vous à l'infolettre