En direct avec ROM1

Entrevue réalisée par Varun Swarup
Genres et styles : chanson / synth-pop

renseignements supplémentaires

Air Conditionné est le premier album de ROM1, pseudonyme de de l’artiste prometteur Romain Peynichou qui a quitté sa France natale pour s’immerger dans le tissu urbain unique de Montréal. Caractérisé par une vulnérabilité brute et une exploration sonore aventureuse, son album ressemble à une histoire de passage à l’âge adulte. Nous nous sommes entretenus avec Romain pour savoir comment il en est arrivé là.

PAN M 360 : Hey ROM1, merci beaucoup d’être avec nous aujourd’hui. Vous venez de sortir votre premier album et il est clair pour quiconque écoute votre disque qu’il s’agit d’une entreprise très personnelle. Il y a beaucoup de choses qui se passent ici et nous pourrions peut-être commencer par le début de ce projet ?

ROM1 : Mon but était vraiment de trouver ma propre voix. Après avoir joué dans des groupes pendant longtemps en tant que batteur, en faisant la musique des autres, c’était le moment de me retrouver seul dans le studio et de faire ma musique sans aucun compromis. 

PAN M 360 : Aviez-vous une idée de ce qu’était cette voix au départ ou s’agissait-il vraiment d’un processus de découverte ?

ROM1 : Eh bien, il y a eu beaucoup d’exploration, c’est sûr. Je savais en quelque sorte où j’allais en ayant mes références et un son particulier en tête, mais il y a eu beaucoup d’exploration pour y arriver. Et beaucoup d’apprentissage, c’est certain. 

PAN M 360 : Pouvez-vous nous parler de votre parcours de musicien ?

ROM1 : Oui, j’ai commencé à jouer de la batterie très tôt parce que mon frère jouait de la guitare. Je me suis mis à la musique rock classique, à la musique soul, toujours du point de vue de la batterie, mais très tôt, j’ai été attiré par de très belles chansons. Des morceaux de Bill Withers, des riffs de Zeppelin, beaucoup de Chili Peppers quand j’étais adolescent. Puis, au fur et à mesure que j’écoutais de la musique, j’ai découvert des productions plus denses et plus complexes, et je pense que c’est là que j’ai vraiment eu le déclic.

PAN M 360 : Dans quels types de groupes étiez-vous ?

ROM1 : Beaucoup de groupes de funk, de rock et de jazz. J’ai fréquenté l’école de jazz pendant un certain temps.

PAN M 360 : C’est intéressant de t’entendre dire ça parce que j’ai l’impression que même si ton album ne touche pas nécessairement à ces influences, il a été fait par quelqu’un qui a de l’expérience dans beaucoup de styles différents. Mais en fin de compte, c’est un album de producteur et d’auteur-compositeur.

ROM1 : Oui, c’est la musique que j’aime. J’aime la musique funk, j’aime le rock, j’aime le jazz, mais la seule musique qui a vraiment résonné en moi a toujours été plus produite, personnelle, vulnérable, intime, plus proche de la musique pour casque d’écoute que de la musique live.

PAN M 360 : Y avait-il une sorte de son à Montréal que vous essayiez de trouver ?

ROM1 : Oui, absolument. L’une des raisons pour lesquelles j’ai déménagé à Montréal était pour Half Moon Run. À l’école secondaire, c’était l’un de mes groupes préférés et ils représentait cette ville pour moi. L’album Dark Eyes a eu un impact considérable en termes de chansons et d’ambiance, et je me suis attaché à ce disque pendant un certain temps. En arrivant ici, j’ai écouté beaucoup de musique faite à Montréal, beaucoup de producteurs montréalais, et le sentiment de les connaître de loin, parfois de les connaître personnellement, de les voir autour de moi est quelque chose que j’apprécie vraiment. Cela me donne l’impression de faire partie de la ville et je pense que c’est vraiment beau d’avoir l’art que j’aime autour de moi.

PAN M 360 : Et comment l’esthétique d’Air Conditionné s’est-elle manifestée ?

ROM1 : J’ai fait cette promenade très particulière lorsque je travaillais profondément sur la musique, de mon ancien appartement au studio dans lequel je travaillais. Et oui, c’est lors de cette promenade que je faisais tous les jours que j’ai remarqué différentes choses et que j’ai commencé à voir beaucoup de climatiseurs. Et cette image m’est restée en tête. Puis, lorsque j’ai réfléchi aux paroles et que les thèmes ont commencé à se dévoiler, j’ai compris qu’il s’agissait de grandir et de ce qu’entraîne le fait d’être conditionné pour être d’une certaine façon. J’ai commencé à suivre une thérapie lorsque j’étais en pleine écriture des paroles, donc c’est ce qui est ressorti, et j’ai aimé que le titre Air Conditionné ait plusieurs niveaux de signification.

PAN M 360 : Pour moi, le titre de l’album évoque le travail, le travail qui doit toujours être fait sur nous-mêmes d’une certaine manière. Et que nous nous construisons, nous nous réparons et nous nous installons en quelque sorte tout le temps.

ROM1 : Oui, j’aime beaucoup ça aussi. Ce n’était pas mon idée originale, mais ça marche. Pour moi, il s’agissait de la façon dont un climatiseur régule la température d’une pièce et régule l’atmosphère. Et pour moi, c’est en grande partie ce que fait la musique, vous savez, comme écouter beaucoup de musique dans les espaces publics, les restaurants et les bars et voir comment différentes musiques peuvent influencer une pièce de différentes manières.

Le pouvoir de la musique que vous choisissez. Pour moi, c’est très intéressant. Air Conditionné peut être interprété de différentes manières. Il peut être léger, mais il a aussi un sens profond et j’ai aussi aimé l’idée d’une époque. En français, on dit aussi « l’air du temps », ce qui signifie juste une période de temps, ce que j’ai trouvé très cool.

PAN M 360 : Y a-t-il une raison particulière pour laquelle tout le disque est en français, pour quelqu’un qui est parfaitement bilingue et à l’aise avec les deux cultures ?

ROM1 : J’ai commencé à écrire en anglais. Les toutes premières démos étaient en anglais et je n’y trouvais pas autant d’écho. Et puis, alors que je travaillais sur la musique, le disque d’Hubert Lenoir est sorti, PICTURA DE IPSE : Musique directe, qui est le disque qui a tout changé pour moi en termes de ce que je voulais faire.

J’écrivais déjà un peu en français, mais c’est là que tout s’est joué. Il y a encore des parties de l’album, en particulier des mémos vocaux et tout ce qui est en anglais, parce que l’anglais est une grande partie de ma vie, c’est à peu près 50-50. Mais parce qu’une grande partie de l’album parle de mon enfance et de ce que c’était, tout était en français, donc c’était logique pour moi de le faire.

PAN M 360 : Pouvez-vous nous en dire plus sur le processus de composition ? Vos chansons ont beaucoup de détails complexes et de parties mobiles, et je me demande comment vous avez fait pour tout mettre au point.

ROM1 : Beaucoup de chansons commencent par un patch de synthétiseur que j’aime beaucoup, une ligne de basse, parfois même juste une batterie. Je ne suis pas du tout un pianiste ou un guitariste. Je ne compose pas vraiment de musique. Il s’agissait de créer des textures, des grooves et des paysages, puis de créer une chanson à la fin, avec les parties, la dynamique et les paroles. Ce n’était pas vraiment comme s’asseoir au piano, trouver une progression d’accords, une mélodie, puis l’enregistrer et ajouter des choses. J’étais vraiment intéressé par la partie production du processus et c’est ce qui m’a le plus amusé. Les paroles et les mélodies ne sont venues qu’à la fin.

PAN M 360 : J’imagine que tout ce processus a dû être très cathartique, mais du début à la fin, avez-vous eu l’impression d’avoir subi une sorte de transformation pour donner vie à votre vision ? Vous avez dit que vous vouliez trouver votre voix et avez-vous l’impression d’y être parvenu ?

ROM1 : Oui, absolument. Je veux dire que maintenant la musique que je veux faire est un peu différente de ce que j’ai fait dans le sens où j’ai beaucoup appris et je pense que je voudrais faire les choses différemment en allant de l’avant. Mais c’est très libérateur pour moi d’avoir terminé ce projet, parce que j’ai toujours voulu faire de la musique pour moi, de manière très personnelle, aussi longtemps que je me souvienne, mais je ne l’ai jamais vraiment fait. Je n’ai jamais eu suffisamment confiance en moi pour y arriver et maintenant que je me suis prouvé que je pouvais faire quelque chose de cette envergure, je suis beaucoup plus confiant dans ma capacité à recommencer et à m’améliorer, et à continuer à le faire.

PAN M 360 : Y a-t-il quelque chose qui vous a surpris dans le processus de création d’un album, du début à la fin ?

ROM1 : Oui, le processus de partage n’a pas été ce à quoi je m’attendais. Je veux dire que j’y pense juste maintenant parce que c’est ce que j’ai fait récemment, l’album est sorti il y a un mois. Pendant que je faisais l’album, j’avais hâte de le partager et d’en faire la promotion, et il s’avère que je n’aime vraiment pas cette partie.

Je pense que c’était probablement la partie la plus difficile pour moi. Je pensais que la partie la plus difficile serait l’isolement et le fait d’être très strict, d’avoir une discipline très stricte pour faire cet album, surtout quand on est un musicien indépendant, mais il s’est avéré que c’était la promotion et le fait de mettre mon visage en avant et de me montrer d’une manière très vulnérable. Il était important pour moi de me montrer authentiquement et d’exprimer clairement ce que cet album représentait pour moi, ce qui a été extrêmement difficile.

PAN M 360 : Je pense que ça en valait la peine ! Alors, quelle est la prochaine étape pour ROM1 ?

ROM1 : Un peu… peut-être un peu de disparition au début. Je suis très excitée à l’idée d’amorcer un nouveau chapitre de ma vie, je viens d’emménager dans un nouvel appartement. Je disais à mon ami hier soir au dîner que pendant trois ans, j’ai eu l’impression d’avoir deux emplois, mon emploi régulier et mon emploi dans la musique qui ne payait pas et que je devais financer mon deuxième emploi avec mon premier emploi.

Et maintenant, je suis heureux de n’avoir qu’un seul travail et il y a déjà de la nouvelle musique sur laquelle je suis excité de travailler, mais je pense que je vais faire les choses différemment et j’espère sortir un autre album dans quelques années et, je l’espère, quelques chansons avant cela.

PAN M 360 : Et pour finir, pouvez-vous nous dire quelle est votre chanson préférée sur l’album ? Ou la chanson qui a le plus d’importance pour vous ?

ROM1 : Je pense que la chanson dont je suis le plus fier est J’ai rien d’autre à vivre, qui est la dernière chanson de l’album. C’est la chanson avec laquelle j’ai eu le moment le plus significatif. C’est la chanson qui ressemble le plus à une chanson sur l’album et c’est peut-être la seule chanson qui a vraiment été écrite comme une chanson, comme si j’avais toutes les parties avant de la produire.

Je suis très attaché aux paroles parce que c’est quelque chose que je ressentais très fortement lorsque je travaillais sur l’album. Je pense que c’est probablement celle qui a le plus de sens pour moi.

PAN M 360 : Pour moi aussi. Merci encore à ROM1.

Tout le contenu 360

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Cendrillon à McGill | La mise en scène d’un conte bien-aimé

Inscrivez-vous à l'infolettre