Pop Montréal : la pop pointue et textue de Lydia Képinski

Entrevue réalisée par Luc Marchessault

renseignements supplémentaires

En une sizaine d’années (2016-2022), Lydia Képinski a jeté les bases d’un corpus poético-musical pas piqué des hannetons. Oui, on la remarque pour son don de parolière, mais son don de compositrice s’avère tout aussi remarquable : Lydia Képinski explore fort, elle navigue avec goût et doigté dans les courants pop. Depuis, sa deuxième galette complète, nous a été proposée en avril dernier. On a eu le temps d’écouter ces dix tounes en masse, puis voici le moment où l’on pourra voir et entendre leur créatrice les interpréter, sur scène. En pleine période de répétitions, Lydia Képinski a pris le temps de répondre aux questions de Pan M 360.


Pan M 360 : Bonjour Lydia! Déjà cinq mois depuis la parution de Depuis. Ton concert pour Pop Montréal, le jeudi 29 septembre au théâtre Fairmount, affiche complet. Te sens-tu gonflée à bloc, poétiquement et musicalement?

Lydia Képinski : Oui, ça risque d’être intense! Il y a une tradition, en musique, selon laquelle on doit faire un spectacle qui coïncide avec la sortie de l’album. Or, c’est généralement le pire spectacle, puisqu’on n’est pas rodés. Je trouve ça dommage de faire le « premier » spectacle alors qu’on est dans le jus avec les entrevues et tout et tout. Je voulais nous donner, à mes collègues et à moi, la chance de bien nous préparer. On a passé l’été à faire les festivals, à consolider nos prestations. Ça nous donne une longueur d’avance, le spectacle a eu le temps d’évoluer et nous sommes plus confiants.

Pan M 360 : Tu crées des textes riches et touffus, puis tu les conjugues à de la pop de pointe, tendance cybernétique mais avec composantes acoustiques. Or, les sous-genres de pop électroacoustique ne sont pas le carré de sable habituel des paroliers loquaces. Merci de faire œuvre inhabituelle, j’espère qu’il y en aura de plus en plus comme toi!

Lydia Képinski : Peut-être que les gens se disent « Puisque les textes sont importants, la musique devrait être minimaliste, dénudé. Or, je ne crois pas que ce soit antinomique, que les « gros » arrangements empêchent l’écoute des paroles.


Pan M 360 : Tu as coréalisé, coarrangé et coprogrammé Depuis avec Blaise Borboën-Léonard. Pour un gars diplômé du Conservatoire, on peut dire qu’il a la musique synthétique à cœur! Quel était votre mode opératoire lors de la création de l’album?

Lydia Képinski : Il n’y a pas grand-chose qui fait peur à Blaise. Pendant ses années au Conservatoire, il jouait du violon alto dans un groupe de métal qui faisait des tournées américaines. Blaise s’adonnait donc au « headbanging » avec ses cheveux longs! Il explore beaucoup, il a beaucoup de cordes à son arc. On se parle souvent, on se fait écouter des chansons; c’est une belle relation que je chéris.

À l’époque, j’aimais beaucoup Hôtel Morphée, dont il faisait partie. Le groupe s’était séparé, puis je l’avais rencontré une semaine plus tard au Verre Bouteille. J’étais gênée d’aller lui parler mais j’avais pris mon courage à deux mains, « Hey, c’était toi l’altiste d’Hôtel Morphée »! On s’est mis à se croiser de temps en temps, puis un jour je lui ai demandé de réaliser mon premier EP. Je m’entoure toujours de gens avec qui ça clique, mais mon premier critère demeure l’admiration : je dois en avoir pour le travail de mes collaborateurs.

Pan M 360 : Ta musique n’évoque généralement que toi, mais on peut parfois y percevoir de fines particules de Brigitte Fontaine, notamment sur Chlorine. Est-ce une influence consciente?

Lydia Képinski : Ce n’est pas la première fois qu’on établit cette comparaison! J’ai beaucoup écouté de Serge Gainsbourg et trucs connexes à la maison (mon père est Français). Peut-être que mon éducation m’a amenée à prononcer plus que la moyenne québécoise! Et je n’ai pas peur de ne pas mettre de notes, parfois, d’être dans quelque chose de « parlé ». Mais Brigitte Fontaine, oui, quelle carrière et quelle femme éclatée! C’est vraiment un personnage.

Pan M 360 : Elle a lancé un album formidable, Terre neuve, en 2020, à l’âge de 80 ans… À propos de Chlorine, on y entend des extraits de discours de René Lévesque, dont un prononcé à l’Assemblée nationale de France en novembre 1977. Un autre élément inusité, dans la pop actuelle!

Lydia Képinski : Les extraits proviennent tous de ce discours. C’est un hommage, car René Lévesque écrivait extrêmement bien. J’ai trouvé le discours sur YouTube, puis je l’ai enregistré à l’aide d’une carte de son. Ensuite, j’en ai extrait des phrases que j’aimais, pour recréer une sorte de discours qui n’est plus le sien. Ce sont des images tellement poétiques qu’elles forment un poème, mises à la suite les unes des autres. Et dans ce discours, René Lévesque s’était encore plus appliqué parce qu’il s’adressait à des Français. Il voulait les mettre dans sa poche, les convaincre de reconnaître une certaine fraternité avec un Québec souverain. Cette idée, véhiculée à cette époque-là, c’était tellement beau, c’était un projet tellement fou, puis de tenter de convaincre les Français en utilisant un langage encore plus poétique que d’habitude. Il faisait des phrases super longues; je trouve ça beau, ça me touche beaucoup, la façon dont il parlait. Peut-être que d’utiliser des extraits dépolitise son discours, bien que je croie que la voix de Lévesque ne peut être dépolitisée. Enfin, l’aspect romantique me fascine.

Pan M 360 : C’est parfaitement intégré. Je t’avais vue et entendue aux Francos en 2019. As-tu encore les mêmes accompagnateurs?

Lydia Képinski : Non, la section rythmique a chanté, je dirais que le band a pris une coche!

Pan M 360 : Bravo pour Depuis et merci beaucoup Lydia, bon concert à Pop Montréal!

LYDIA KÉPINSKI SE PRODUIRA DEVANT UNE SALLE DÉJÀ COMBLE AU THÉÂTRE FAIRMOUNT, LE JEUDI 29 SEPTEMBRE 2022 À L’OCCASION DE POP MONTRÉAL.

Tout le contenu 360

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

The country chaos of Nora Kelly

The country chaos of Nora Kelly

Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Matana Roberts explore des contextes musicaux radicalement différents

Julie et Juliette

Julie et Juliette

Inscrivez-vous à l'infolettre