×

Karina Gauvin : une muse pour les mécènes

Interview réalisé par Frédéric Cardin

La soprano québécoise Karina Gauvin est nommée artiste en résidence du programme Mécénat Musica.

Genres et styles : chant lyrique / classique

renseignements supplémentaires

Crédit photo : Julien Faugere

La soprano québécoise Karina Gauvin devient artiste en résidence du programme Mécénat Musica jusqu’en 2022 ! L’artiste est une vraie star mondiale du chant lyrique. Il n’y a aucune exagération à dire cela, encore moins une once de chauvinisme. C’est la stricte vérité. Ce qui rend cette annonce d’autant plus excitante car elle signifie que Karina Gauvin sera sur nos scènes bien plus souvent que dans les dernières années, virtuellement, ou même physiquement quand la pandémie se sera résorbée.

J’ai parlé avec la soprano. Voici ses réactions face à cette nomination.

PAN M 360 : Bonjour Karina ! En quoi consiste ton rôle en tant qu’artiste en résidence de Mécénat Musica ?

KARINA GAUVIN : Je serai disponible pour participer à des concerts et des événements de levée de fonds pour les quelque 40 organismes qui sont partenaires du programme Mécénat Musica.

(NDLR : Le programme Mécénat Musica encourage les individus à faire un don à perpétuité de 25 000 $ à un organisme culturel qui leur tient à cœur (et 250 000 $ ou 2 500 000 $ pour les familles). Les dons sont appariés par Mécénat Musica, puis s’y ajoutent des appariements équivalents provenant de programmes gouvernementaux. Avec les crédits d’impôt fédéral et provincial qui y sont associés, le coût net pour un individu ne représente qu’une fraction du montant investi (environ 6000 $ pour un don de 25 000). Si un organisme reçoit par exemple 10 dons de 25 000 $ d’individus, au bout du compte, il pourrait ramasser jusqu’à 2 millions $ versés dans un fonds à perpétuité ! Ce programme est unique au monde.)

PAN M 360 : Qui décidera du type d’activités auxquelles tu participeras ?

KARINA GAUVIN : Ce sera au cas par cas. Les organismes intéressés peuvent déjà me contacter. Nous discuterons ensemble de leurs besoins et de la manière avec laquelle je peux le mieux contribuer. Après, nous déciderons d’un programme musical.

PAN M 360 : Dans le contexte de la pandémie, comment as-tu réagi quand on t’a proposé ce partenariat ?

KARINA GAUVIN : Très heureuse ! C’est une manière de revenir sur mes terres et de reprendre contact avec le public de chez moi, car j’ai passé l’essentiel des dernières années en Europe. Cela dit, c’est également une bouffée d’air frais car j’ai tout perdu à cause de la pandémie. Ç’a été table rase pour moi. C’est donc le meilleur des deux mondes, car je pourrai faire ce que j’aime le plus tout en contribuant à la pérennité de nombreux organismes musicaux qui en ont bien besoin !

PAN M 360 : À quel point ce programme est-il important selon toi ?

KARINA GAUVIN : Énormément ! La pandémie a tout bousculé, tu le sais. Les artistes ont été frappés de plein fouet. Que faire, sinon s’organiser, se serrer les coudes, s’entraider et développer de nouveaux modèles d’affaires pour survivre ? C’est ce que propose ce programme unique sur la planète, qui fera peut-être des petits ailleurs, je le souhaite.

PAN M 360 : Car ailleurs dans le monde, la situation n’est pas plus reluisante…

KARINA GAUVIN : Du tout ! En Europe, j’ai travaillé avec plusieurs organismes qui vivotaient déjà avant l’arrivée du virus. Qu’est-ce que ce sera après ? Beaucoup feront faillite, j’en ai peur. Les répercussions de cette tragédie se feront sentir bien au-delà d’une quelconque victoire contre le virus lui-même. Ce ne sera plus jamais pareil. Jamais. Beaucoup d’artistes abandonnent le métier. 

PAN M 360 : Ce n’est pas ton cas, tu as des projets en marche ?

KARINA GAUVIN : Oui, quelques projets excitants. Je participe à la complétion de l’intégrale des mélodies de Jules Massenet, plus de 300, dont plusieurs inédites avec l’équipe d’ATMA classique. Une production entièrement québécoise, avec Marie-Nicole (Lemieux), Étienne (Dupuis), Julie (Boulianne) et neuf autres chanteurs et chanteuses d’ici. Ce projet sera une première mondiale ! L’ironie, c’est que la pandémie nous a permis d’accélérer la cadence des enregistrements, car nous étions disponibles ! J’ai aussi des projets avec l’ensemble Caprice, entre autres. Je me tiens active le plus possible, même si je ne me rappelle pas la dernière fois que j’ai passé autant de temps à la maison.

PAN M 360 : Karina, le plus grand des succès avec Mécénat Musica, et dans tous tes autres projets. Merci de ton implication !

KARINA GAUVIN : Merci beaucoup !

Inscrivez-vous à l'infolettre