GoGo Penguin amorce un nouveau chapitre avec ‘Everything Is Going to Be OK’

Entrevue réalisée par Varun Swarup
Genres et styles : électroacoustique / jazz électro / jazz-rock

renseignements supplémentaires

GoGo Penguin captive le public avec un son innovant et éclectique depuis sa création en 2009. Évoquant un large éventail d’influences, la musique du trio défie toute catégorisation facile, mais constitue toujours une expérience passionnante. Everything is Going To Be OK, le sixième album du groupe, est marqué par le départ de Rob Turner, batteur de longue date, et par des embûches personnelles dans les familles du bassiste Nick Blacka et du pianiste Chris Illingworth. Cependant, le groupe a trouvé un remplaçant digne de ce nom en la personne du batteur Jon Scott et Everything is Going to be OK se veut un geste optimiste et une réassurance pour les fans que le groupe reste inspiré et qu’il est là pour rester. Ce qu’on pourra, d’ailleurs observer ce jeudi 11 mai au Théâtre Corona.

PAN M 360 : Tout d’abord, félicitations pour l’album Chris. Vous êtes en tournée. Comment l’évaluez-vous jusqu’à présent ? Comment pensez-vous que le nouveau matériel est reçu ?

Chris : Oh, c’est fantastique. Je crois que nous avons fait cinq concerts jusqu’à présent et un petit spot radio à Seattle l’autre jour. J’ai l’impression que ça fait un moment qu’on n’a pas fait de tournée et qu’on n’a pas joué de nouveaux morceaux comme ça. Mais nous avons évidemment beaucoup de différences avec la configuration actuelle. Nous avons des synthétiseurs et plus d’effets, et il y a toujours ce côté acoustique, mais il y a beaucoup de choses que nous avons dû incorporer afin de jouer la musique en live. C’est vraiment excitant, même si c’est un peu angoissant, de monter sur scène alors qu’il y a beaucoup plus de choses qui peuvent mal tourner qu’un simple piano, une basse et une batterie sur scène. Mais c’est génial. Les foules sont bonnes, les salles sont vraiment sympas. C’est agréable de sentir que nous avons encore de l’énergie. J’aimerais cependant que nous n’ayons pas à prendre l’avion.

PAN M 360 : Peut-on dire que c’est l’album « électronique » de GoGo Penguin ?

Chris : Oui, c’est une question intéressante ! Techniquement c’est vrai, mais l’approche que nous avons utilisée et le style de composition ne semble pas trop électronique. Ces éléments sont présents et nous avons des choses comme le Strega, qui est un instrument au son incroyable, mais il est davantage utilisé pour le traitement des données. Les instruments acoustiques sont toujours présents et vous pouvez toujours entendre dans Last Breath, par exemple, la contrebasse qui passe à travers, mais c’est ce que le Strega ajoute à la basse qui prend une nouvelle forme. En ce qui concerne les modules, le principal que j’utilise s’appelle Rings, et il est magnifique. Il sonne comme un instrument de percussion pizzicato, et quand je fais le genre de sourdine sur le piano, ce n’est déjà pas loin de ce genre de sons.

En fait, j’écoutais de la musique électronique avant d’écouter la plupart des autres types de musique, à l’exception probablement de la musique classique et du rock qu’écoutait ma mère. J’ai toujours voulu jouer avec des synthés, de l’électronique et des effets parce que j’étais époustouflé par ce que des groupes comme Underworld, Prodigy et Massive Attack étaient capables de faire.

Avec GoGo Penguin, je n’ai jamais eu l’impression que cette opportunité se présentait sous la forme d’une sorte de « ça va marcher » parfait. Cette fois, Nick et moi, nous venons de rentrer en studio et nous nous sommes dit : « Vous savez quoi, ? Sortons tout notre matériel et jouons ! Amusons-nous et voyons ce qui se passe. Et si ça ne marche pas, eh bien ça ne marche pas. Il n’y avait aucune crainte.

Ainsi, nous avons essayé beaucoup de choses qui n’ont pas fonctionné. Nous avons supprimé beaucoup de synthétiseurs différents parce que nous nous sommes dit qu’ils ne convenaient pas. Nous avions quelques séquenceurs avec lesquels nous nous amusions et cela ne semblait pas être la bonne approche pour les compositions. Mais les éléments que nous avons conservés ont trouvé leur place dans les instruments.

PAN M 360 : Maintenant que le groupe joue depuis plus de dix ans, vous devez vous adresser à une nouvelle génération de fans. Diriez-vous que beaucoup de choses ont changé en ce qui concerne l’expérience du concert, ou peut-être dans le lien des gens avec la musique, en particulier à la musique instrumentale ?

Chris : Nous avons déjà discuté avec pas mal de gens sur cette tournée, et le public que nous attirons est toujours aussi diversifié. Il y a beaucoup de gens, jeunes et vieux, avec des origines et goûts différents, et j’ai l’impression que ça continue. Je pense qu’il y a probablement les fans qui restent avec nous, qui nous aiment, qui ont pris un peu d’âge, et puis il y a ce public plus jeune qui arrive aussi.

J’ai l’impression que beaucoup de jeunes auditeurs ne semblent pas se soucier des genres et des frontières. Il ne s’agit pas tant de savoir si c’est du jazz ? Ce n’est pas du jazz ? Est-ce ceci, est-ce cela ? Allez nous voir ou nous entendre sur Spotify, YouTube ou autre, décidez si vous aimez et venez voir le spectacle.

Nous apprécions vraiment que la musique semble parler à beaucoup de gens différents les uns des autres. Cela signifie gros pour nous. Nous ne voulons pas que la musique soit réservée à un type particulier d’individu, nous souhaitons que tout le monde puisse l’écouter et décider s’il l’aime ou non.

PAN M 360 : Une part du charme de GoGo Penguin réside dans le fait que le groupe peut jouer dans un festival de rock, de jazz ou d’électronique et faire l’affaire. Comment expliquez-vous GoGo Penguin ?

Chris : C’est une question difficile. Honnêtement, je ne sais pas. J’ai envie de dire que c’est juste un groupe qui joue de la musique instrumentale, mais c’est tellement vague et ça ne décrit pas grand-chose. Ce que nous voulons faire avec tout ça, ce que nous avons toujours voulu faire, c’est essayer de nous connecter avec les gens en leur racontant des histoires. Mais elles restent suffisamment abstraites pour que tout le monde puisse les écouter et y lire quelque chose, et c’est ce que nous voulons. Et je pense que cela signifie que nous devons puiser partout.

PAN M 360 : Ayant vécu au Royaume-Uni, je me souviens avoir vu émerger, au début des années 2010, la première vague de groupes rock/électroniques/instrumentaux inspirés du jazz. Une grande partie de ce qui est sorti sur Gondwana a contribué à implanter ce son « post-jazz », que j’appelais à l’époque le « Radiohead Jazz », ha. Diriez-vous que ce son est devenu quelque peu saturé aujourd’hui ?

Chris : Je ne sais pas. Je pense qu’il y a des gens qui se situent à travers ces éléments parce que c’est la façon dont les choses ont toujours tendance à se passer. Certains le font parce qu’ils voient que ça a marché et ils tentent leur chance. Il y a des projets, comme Mammal Hands et Floating Points, pour qui cela reste très personnel. Ce n’est pas une copie d’une copie. Et c’est la même chose pour nous. Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui font ça, mais je pense que les plus grands le font avec leur propre individualité, et c’est ce qui les fait vraiment sortir du lot.

PAN M 360 : D’après vous, qu’est-ce qui fait que Everything is Going to be OK est un album si singulier dans votre discographie ?

Chris : Je pense que c’est la première fois que nous sommes aussi ouverts. Dès le début, avec le communiqué de presse, avec tout, même l’artwork, nous avons eu le sentiment d’être aussi ouverts que possible. Nous n’avons pas essayé d’être trop énigmatiques, nous n’avons pas essayé d’employer des illustrations minimalistes sur la couverture qui ne vous font pas vraiment penser à quelque chose d’immédiat. Nous nous sommes dit : « Soyons honnêtes. Disons aux gens ce que nous avons vécu et ce dont il s’agit, parce qu’il est évident que c’est quelque chose de personnel. Parce que nous avons fait ce disque, mais nous l’avons fait pour tous ceux qui veulent l’écouter. Et toutes ces choses que nous avons vécues ne nous sont pas exclusives. Ce sont des choses que tout le monde vit, et c’est juste que nous sommes passés par ce moment de notre vie où c’est comme si les projecteurs avaient été braqués sur cette expérience de perdre des gens parce que nous vieillissons tous et c’est forcément ce qui se produit.

Bien sûr, c’était notre premier album après le départ de Rob, mais ce dernier n’était qu’une partie du groupe. Le lien s’est renforcé entre Nick et moi. Nous sommes amis depuis longtemps et nous avons travaillé ensemble pendant longtemps, mais c’était génial de voir la façon dont il s’est ouvert et a été capable de contribuer, beaucoup plus qu’il ne l’a fait dans le passé. Je ne pense pas qu’il m’en veuille de dire cela. Bien sûr, il a toujours contribué, il a toujours fait partie du projet, il a toujours eu des idées, mais j’ai eu l’impression qu’une sorte de poids avait été retiré et qu’il était soudainement capable d’apporter beaucoup plus. En retour, c’est une chose très excitante à laquelle je dois réagir et c’est agréable d’être en retrait en écoutant les idées que Nick apporte et en se demandant comment je vais réagir à cela. Où est-ce que je me situe par rapport à ça ?

Avec le processus d’enregistrement, nous avons pu dire d’une manière qui semblait naturelle que nous sommes toujours nous, nous n’essayons pas de changer qui nous sommes, mais nous avons changé en tant que personnes. Nous avons grandi, comme tout le monde.

Chris : Je ne sais pas. Je pense qu’il y a des gens qui prennent ces éléments parce que c’est la façon dont les choses ont toujours tendance à se passer. Certains le font parce qu’ils voient que ça a marché et ils tentent leur chance. Mais je pense qu’il y a des gens, comme Mammal Hands et Floating Points, qui sont de bons exemples, pour qui cela reste très personnel. Ce n’est pas une copie d’une copie. Et c’est la même chose pour nous. Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui font ça, mais je pense que les plus grands le font avec leur propre individualité, et c’est ce qui les distingue vraiment du lot.

PAN M 360 : Comment avez-vous abordé l’intégration de Jon dans le trio ?

Chris : Il s’adapte vraiment bien à la tournée. C’est un très bon élément à avoir avec nous. Comme nous l’avons dit dès le début, nous ne voulions pas de copie. Nous voulions une autre personnalité distincte, nous ne voulions pas essayer de remplacer Rob. Il était important que la batterie soit une partie essentielle du son de GoGo Penguin, mais nous voulions que quelqu’un avec sa propre personnalité nous rejoigne. C’est ce qu’a fait John, et c’est tout à son honneur. Je veux dire que ce n’est pas facile d’entrer dans quelque chose qui a déjà toute une histoire et tous ces fondements que nous avons construits. Cela a dû être un défi pour lui, mais il s’est montré à la hauteur et a accompli un boulot fantastique.

PAN M 360 : Que pouvons-nous attendre de GoGo Penguin pour la suite des choses ?

Chris : Eh bien, je pense que dès que nous le pourrons, nous voudrons certainement retourner en studio. Il y a des idées qui bouillonnent. Nous continuons à dessiner des choses et nous buvions des bières au bar de l’hôtel pas plus tard qu’hier soir en brassant de nouvelles idées. Il y aura certainement des choses à faire en cours de route, mais pour l’instant, je pense que nous profitons simplement de la tournée. C’est agréable d’avoir cet album à jouer, il est encore un peu frais parce que nous l’avons enregistré il y a un moment. Le Japon arrive bientôt, et nous n’y sommes pas allés depuis un moment, alors ça va être sympa. Il est aussi question de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, où nous ne sommes jamais allés. J’espère que beaucoup de bonnes choses se produiront bientôt.

GoGo Penguin se produit au Theatre Corona le 11 mai Billets ICI

Tout le contenu 360

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

Constantinople | Kiya Tabassian nous parle de Dimitrie Cantemir

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

SMCQ | Comment vivre différentes temporalités? Sandeep Bhagwati propose une vaste métaphore

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Inscrivez-vous à l'infolettre