Gate to RLLNR : M-Press Live fait rutiler le rap keb

Entrevue réalisée par Jacob Langlois-Pelletier
Genres et styles : hip-hop / rap keb

renseignements supplémentaires

Le 18 février dernier, l’ingénieur de son M-Press Live a sorti Gate to RLLNR,  EP de sept chansons mettant en vedette des noms connus de la scène rap keb dont Imposs, Lost et Mikezup.

Originaire du Liban, la famille de notre interviewé s’est établie dans l’arrondissement Saint-Laurent. Depuis ses débuts dans la production musicale en 2006, il roule sa bosse et gagne en notoriété. Entre autres réalisations, il est l’homme derrière les trois premiers albums d’Enima et d’Izzy-S. De plus, il est propriétaire du Studio No Sleep, situé à Montréal. Il y a fait la découverte de nombreux artistes et il y a donné naissance à de nombreux incontournables du rap au Québec. 

Lorsqu’il crée, M-Press Live n’a ni routine ni recette. Il tente sans cesse de se réinventer et de développer de nouvelles sonorités et ainsi rejoindre son public. Il s’inspire des grands, Timbaland, Quincy Jones, DJ Khaled, Scott Storch pour citer les plus importants. 

Dans ce premier projet en solo, on retrouve Big Boy Things, une collaboration percutante entre Imposs, Lost, MikeZup, Rosalvo et Izzy-S. M-Press Live compte aussi sur la présence de deux artistes, Pbenz et TGETruth, mis sous contrat par sa maison de disques.

Pan M 360 a discuté avec le producteur musical afin d’en savoir davantage sur sa carrière, son dernier projet et ceux à venir.

PAN M 360 : Pourquoi as-tu décidé de consacrer ta carrière au beat-making?

M-PRESS LIVE : J’ai commencé comme rappeur et ingénieur de son. Quand les artistes venaient dans mon studio pour enregistrer leurs chansons, j’avais toujours eu comme rôle de choisir lesquels artistes allaient chanter sur telle ou telle instrumentale. Au fil du temps, j’ai compris que j’avais un certain talent pour regrouper les artistes avec les bons beatmakers pour ainsi créer une certaine sonorité. J’ai continué là-dedans, j’incite les artistes à se surpasser et à pousser leur créativité plus loin.

PAN M 360 : Pourquoi as-tu décidé de te mettre à l’avant-plan comme producteur musical?

M-PRESS LIVE : Depuis le début de ma carrière, j’ai souvent été derrière les artistes. J’ai travaillé avec les plus grands de la scène du rap au Québec comme Enima, Shreez, 5sang14. À un certain moment, ce sont eux qui m’ont poussé à me mettre de l’avant. Ils m’ont dit que je devrais faire comme DJ Khaled aux États-Unis. Selon eux, je possède l’énergie pour le faire. Se mettre de l’avant en tant que beatmaker, c’est quelque chose de nouveau au Québec. Je ne sais pas trop ce qui m’attend à ce niveau-là, mais à ce jour j’aime les résultats. 

PAN M 360 : Quand tu termines un beat, sais-tu déjà l’artiste que tu veux aller chercher ou encore tu en essaies plusieurs?

M-PRESS LIVE :  Je ne fais jamais d’auditions pour mes chansons. Je contacte directement l’artiste que je veux. Je lui explique comment j’entends l’affaire et la manière dont je crois qu’il devrait s’exprimer sur cette musique. J’essaie toujours de sortir les artistes de leur zone de confort. Je veux qu’ils essaient de nouvelles choses et qu’ils s’aventurent dans des sonorités qui leur sont inconnues. 

PAN M 360 : Quel est le thème général de Gate to RLLNR?

M-PRESS LIVE : Sur la pochette de mon projet, on voit une porte qui s’ouvre. Ça symbolise l’entrée dans mon univers. Mon univers est rempli d’une intensité débordante. Je vise à rendre les artistes le plus authentique possible et qu’ils chantent des paroles qui leurs ressemblent. Ça symbolise aussi la vision RLLNR, une vision que j’ai. Être RLLNR ce n’est pas nécessairement être riche monétairement, c’est davantage être riche de notre passion et ce qu’on est capable d’entreprendre. 

PAN M 360 : Quelle chanson de ton dernier EP es-tu le plus fier?

M-PRESS LIVE : Je suis extrêmement fier de la totalité du projet. Je suis vraiment content de la chanson Début de La Faim avec 4Say, Bronko et MikeZup. C’est une chanson qui aborde l’actualité. Ça parle à la fois du début de la fin de la pandémie et du début de la faim pour nous en tant qu’artiste. On a faim et on veut pousser encore plus loin. 

PAN M 360 : Comment la collaboration Big Boy Things est-elle née?

M-PRESS LIVE : Tout a commencé lorsque le producteur Sunny Fury m’a envoyé une compilation d’instrumentales via courriel. Dans le fichier, il y avait l’instrumentale de Big Boy Things. Je lui ai dit que j’allais réaliser quelque chose d’extraordinaire avec. Au tout début, je voulais avoir une dizaine de rappeurs sur cette chanson. Je m’imaginais une chanson du style cypher, soit dix bars par artistes. Un jour, Imposs est venu au studio et je lui ai fait écouter la piste. Il a réalisé le refrain et un couplet de la chanson. Ensuite, Lost et Rosalvo ont enregistré leurs paroles. On a conclu cette chanson et on l’a publiée. Après quelque temps, j’ai décidé qu’il fallait encore ajouter plus de personnes sur cette chanson. Ainsi, j’ai ajouté MikeZup et Izzy-S. J’ai voulu ajouter Shreez sur le morceau, mais je l’ai ajouté à une autre chanson. 

PAN M 360 : Qu’est-ce que ça va prendre à la scène du rap au Québec pour qu’elle prenne encore plus d’ampleur? 

M-PRESS LIVE : Il va falloir que les artistes d’ici se déplacent dans d’autres pays comme la France pour gagner en popularité. La scène française a déjà les yeux sur le Québec, il faut tenter de capitaliser avec ça. Les rappeurs québécois vont devoir aller se faire un réseau de contacts dans les autres pays et effectuer des collaborations avec des artistes d’ailleurs. Le rap au Québec est sur la bonne voie, il faut être patient parce que c’est relativement nouveau ici. Ça va venir. 

PAN M 360 : Quels sont tes prochaines collaborations et ton projet de rêve? 

M-PRESS LIVE : J’ai une chanson mettant en vedette Lost et White-B qui sortira prochainement. Sur mon album, il va aussi y avoir une chanson de Raccoon. Il va parler d’une réalité que tout le monde vit au quotidien. Ça va vraiment toucher le public québécois.

En ce qui concerne mon rêve, ça serait assurément une collaboration avec DJ Khaled. Je rêve de mélanger le rap anglais et français. Je voudrais faire quelque chose de grandiose, comme une collaboration entre Snoop Dogg et Shreez.

Tout le contenu 360

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Aswell: banlieusard un jour, banlieusard toujours

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Inscrivez-vous à l'infolettre