Francos: nouveau chapitre d’Original Gros Bonnet

Entrevue réalisée par Jacob Langlois-Pelletier
Genres et styles : boom bap / hip-hop / jazz / rock prog

renseignements supplémentaires

Près de trois ans après sa  plus récente sortie, le collectif de rap-jazz montréalais Original Gros Bonnet est plus prêt que jamais à dévoiler le fruit de ses nouvelles créations. Pour l’occasion, le septuor conclura l’ère Tous les jours printemps et en amorcera une nouvelle, ce samedi 17 juin à 20h, sur la Scène Desjardins des Francos. 

PAM M 360 a eu l’occasion d’en discuter avec François Marceau alias Franky Fade et Vincent Favreau, afin d’en savoir davantage sur les projets futurs d’OGB, leur processus créatif, son passage au festival et plus encore.

Formation gagnante du concours-vitrine Les Francouvertes en 2019, Original Gros Bonnet est formé de Louis René, Vincent B. Boulianne, John Henry Angrignon Atkins, Samuel Brais-Germain (réalisation, habillage sonore), Franky Fade, Vincent Favreau et Arnaud Castonguay. En août 2020, les sept hommes avaient fait paraître leur excellent Tous les jours printemps, un projet qui avait grandement attiré l’attention des amateurs de hip-hop québécois. D’entrée de jeu, le band se démarque grâce à une identité sonore singulière et des textes soignés. Encore aujourd’hui, il est difficile de retrouver une proposition similaire d’une aussi grande qualité que celle du septuor au Québec. 

Au cours des trois dernières années, les hommes ont mis la main à la pâte afin de concocter ce qui est selon eux, leur « meilleur matériel à ce jour ». Ainsi soyez-en rassuré, Original Gros Bonnet est toujours en vie et se prépare à nous faire vibrer de nouveau! 

PAN M 360 : Votre dernière sortie remonte à 2020 avec votre projet Tous les jours printemps. Comment s’est porté Original Gros Bonnet au cours des trois dernières années? 

FRANKY FADE & VINCENT FAVREAU : À l’été 2021, nous avons recommencé à faire de la musique et nous n’avons pas arrêté depuis. Nous étions à la recherche de nouveaux sons et nous avons créé beaucoup de morceaux. Les dernières années ont vraiment été une phase de développement pour nous. Maintenant, on se retrouve avec énormément de matériel et on se prépare pour en sortir prochainement. On a aussi fait plusieurs shows ensemble. On a toujours essayé de se faire une à deux rencontres par semaine tous ensemble pour créer ensemble. En bref, on n’a pas vraiment pris de pause!

PAN M 360 : À quoi ressemble votre nouveau son? Est-ce dans la même lignée que votre premier album?

FRANKY FADE & VINCENT FAVREAU : Clairement, la signature sonore d’Original Gros Bonnet va être au rendez-vous. On a toujours flotté dans le hip-hop, que ce soit boom-bap ou le trap, donc c’est certain que ça va continuer de se manifester dans notre musique. On ne se met pas de limite et on aime explorer différentes avenues. On aime autant le jazz que le rock progressif. On l’entendait d’ailleurs dans Tous les jours printemps, certains morceaux cognaient tandis que d’autres étaient plus soft. Au cours des trois dernières années, on s’est vraiment lâché lousse et on a laissé notre créativité s’exprimer. Il y a une maturité qui s’entend dans ce projet-là et c’est quand même dark. On a vraiment envie de faire découvrir ça à notre public. C’est vraiment les meilleurs tracks qu’on a faites à ce jour. On aurait pu faire plus vite, mais on ne serait jamais arrivé au résultat qu’on a aujourd’hui.

PAN M 360 : Votre processus créatif a-t-il changé avec le temps? Ça ne doit pas toujours être évident de créer à sept. 

FRANKY FADE & VINCENT FAVREAU : Au fil des années, on s’est rendu compte qu’on ne peut pas toujours être sept à composer en même temps. Ainsi, on a appris à se faire confiance les uns les autres. Souvent, un de nous apporte une chanson qui est presque aboutie et on la monte en band. Quand on crée, chaque personne apporte son grain de sel aux chansons. C’est certain que ça rend le processus plus long parce qu’il y a beaucoup d’échanges entre nous et de petits changements qui mènent un jour à un titre abouti. D’un autre côté, nous croyons que le son final est très intéressant et propose quelque chose de nouveau. Maintenant, notre workflow fonctionne super bien. Avant, pas mal tout notre matériel se retrouvait dans nos projets, même si certains titres ne faisaient pas la cote. Pour le prochain projet, on a tellement créé que seulement le tiers s’y retrouve. On s’est vraiment entraînés à créer. La créativité c’est un peu comme un muscle et il faut la pratiquer.

PAN M 360 : Vous serez en spectacle aux Francos ce samedi 17 juin. Que représente cette soirée pour vous?

FRANKY FADE & VINCENT FAVREAU : On voit un peu ce spectacle comme une rédemption. Lorsque la pandémie a débuté, il y a eu un gros trou dans notre calendrier. L’année d’avant, on avait remporté plusieurs prix et fait plein de festivals comme les Francos. Tout allait bien et puis du jour au lendemain, on n’avait plus rien de tout ça. De rejouer au Francos, ça représente une énorme vitrine pour nous  remettre sur la carte en quelque sorte. On veut donner un spectacle débordant d’énergie pour montrer qu’Original Gros Bonnet est là. On est convaincu qu’on donne un des meilleurs shows au Québec en ce moment et qu’on a quelque chose de spécial. Ce show, c’est un peu la fin d’une ère et le début d’une autre. Dans nos têtes, c’est le dernier spectacle de Tous les jours printemps. Après ça, on va monter un nouveau set. C’est parfait de terminer ça à la maison. Notre plus gros show à vie était les Francos en 2019, donc on a vraiment hâte d’être de retour. 

PAN M 360 : Avez-vous l’impression que la pandémie a freiné votre progression? 

FRANKY FADE & VINCENT FAVREAU : En quelque sorte oui. On ne va pas se mentir, notre deuxième album est un peu passé dans le beurre. On avait investi énormément de temps dans la création de Tous les jours printemps, et c’est certain que c’était décourageant. Malgré tout, on a gardé la tête haute et on s’est concentré sur nos santés mentales respectives. C’était important pour préserver la santé de notre band. Pendant la pandémie, on s’est quand même assuré de se faire des sessions de créations via Zoom. On s’est serré les coudes et on a cru en la valeur de notre projet. On a continué de travailler fort et on s’est vraiment amélioré. 

PAN M 360 : Croyez-vous qu’être en groupe vous a permis de mieux passer à travers de la pandémie?

FRANKY FADE & VINCENT FAVREAU : C’est certain que d’être un septuor a compliqué les choses, car on ne pouvait pas se voir en groupe. Ainsi, c’est dur de progresser et d’aller de l’avant. Comme on a dit, on s’est organisé du mieux qu’on pouvait pour créer à distance. On se considère comme un band de performance live, et à ce niveau-là c’était dur, car il n’y avait plus aucun spectacle. Aussi, c’était difficile de sortir de la musique en groupe en comparaison aux artistes solos. Si on voit ça autrement, de savoir qu’on allait tous se retrouver après la pandémie nous a permis de garder espoir. Avant tout, on est un groupe d’amis très proches et on s’est soutenu les uns et les autres. 

PAN M 360 : Vous êtes en lice pour le Prix Félix-Leclerc cette année. Qu’est-ce que cette nomination signifie pour vous?


FRANKY FADE & VINCENT FAVREAU : Ça fait fucking du bien. C’est quand même un grand honneur d’être dans les finalistes, et ce peu importe si on gagne ou pas. Nous respectons énormément les autres artistes qui sont en lice pour le prix. Cette nomination confirme un peu que notre projet en vaut la peine malgré cette espèce de creux qu’on a vécue avec la pandémie. C’est une méchante tape dans le dos et ça nous motive énormément à sortir de nouvelles chansons. On vit dans un contexte musical de consommation ultra rapide et c’est incroyable de voir le nom de notre collectif dans la liste des nommés, trois ans après notre dernière sortie. Pour les gens, trois ans c’est une éternité et c’est fou que Original Gros Bonnet soit considéré pour un tel prix. On en est extrêmement reconnaissant.

DANS LE CADRE DES FRANCOS, ORIGINAL GROS BONNET SE PRODUIT SUR LA SCÈNE DESJARDINS, 20H, LE SAMEDI 17 JUIN

Tout le contenu 360

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Francos | Valence, la beauté de l’insomnie

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Suoni  | Sick of Fun… vraiment malade !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

Dômesicle à la SAT | Dombrance: costard, moustache, frenchy électro… party !

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Inscrivez-vous à l'infolettre