FIJM: Samara Joy, cette chanteuse si classe à 23 ans

Entrevue réalisée par Alain Brunet
Genres et styles : jazz

renseignements supplémentaires

Avec seulement deux albums à son actif, un homonyme autoproduit en 2021 et Linger Awhile sous étiquette Verve en 2022, Samara Joy a remporté deux statuettes Grammy en 2023 : Meilleure nouvelle artiste et Meilleur album de jazz vocal. Sa carrière est ainsi lancée très haut, et elle a triomphé dimanche au Monument-National avant que PAN M 360 n’obtienne une interview fort agréable et fort instructive avec la révélation afro-américaine. La jeune femme du Bronx, âgée de 23 ans, s’avère loquace, nuancée, très intelligente. Lisez notre conversation !

PAN M 360 : A ce jeune âge, votre approche est si classe ! La façon dont vous chantez, le son, le backing band (trio de piano), tout est si enraciné dans les anciennes formes de jazz. Comment cela se fait-il ? Pourquoi aimez-vous tant cela ?

Samara Joy : Eh bien, je pense qu’en raison de sa nature acoustique, ce type de jazz laisse beaucoup d’espace pour faire de la musique avec d’autres J’adore les grands orchestres mais j’aime aussi la musique électronique. Et vous savez, les différents effets que l’on peut obtenir avec la musique acoustique, les différents instruments, j’aime tout cela. Mais je pense qu’en ce qui concerne ma découverte musicale, du moins en ce moment, je me contente d’évoluer à quatre musiciens sur scène et de voir ce que nous pouvons inventer ensemble.

PAN M 360 : Et vous avez grandi en apprenant cela, en tant que chanteuse classique, d’une certaine manière, parce que la façon dont vous chantez le répertoire que vous exploitez. Et je suppose que ce que vous allez faire dans les prochaines années est classique d’une certaine manière. Vous auriez pu être chanteuse d’opéra, n’est-ce pas ?

Samara Joy : Je ne sais pas si j’aurais pu. Il faut des années et des années de formation, je pense.

PAN M 360 : Mais n’avez-vous pas une solide formation ?

Samara Joy : C’est vrai. Mais je ne sais pas si c’était aussi rigoureux que pour les chanteurs d’opéra. De mon côté, je n’ai pas grandi en écoutant du jazz, alors j’ai eu environ quatre ans pour me remettre à niveau et apprendre tout ce que je pouvais apprendre. Mais c’est l’affaire de toute une vie. Donc… je ne sais pas ! (rires)

PAN M 360 : Avant que cela n’arrive, vous chantiez déjà dans des chorales ou autres ?

Samara Joy : Je chantais un peu de tout à l’école. Je chantais des rôles principaux dans des comédies musicales. Puis j’ai pris la direction de l’église de la manière dont elle était organisée : nous avions une chorale, mais aussi quatre ou cinq chanteurs à l’avant, qui interprètent les principales parties harmonieuses. J’ai pris la tête de la chorale au bout d’un certain temps, lorsque j’avais 15 ou 16 ans. Je chantais donc dans le cadre des différentes possibilités offertes à une adolescente.

PAN M 360: Et en tant qu’enfant ?

Samara Joy : Pas vraiment en tant qu’enfant. J’ai commencé à l’âge de 10 ans ou quelque chose comme ça. Et oui, j’ai fini par aller au Purchase College, une université d’État, pour étudier le jazz. C’est là que j’ai découvert Sarah Vaughan et Duke Ellington.

PAN M 360 : Il est évident que vous avez beaucoup d’affinités avec Sarah Vaughan.

Samara Joy : Oui, c’est une artiste que j’ai beaucoup écoutée. Je n’ai pas essayé de lui ressembler, mais…

PAN M 360 : Mais c’est votre voix naturelle qui convient à ce style de chant !

Samara Joy : Oui enfin…Je ne sais pas, j’ai passé beaucoup de temps à écouter et à absorber la musique pour pouvoir la chanter dans ce style.

PAN M 360 : Et ne craignez-vous pas d’être perçue comme un esprit conservateur ?

Samara Joy : Eh bien, je viens à peine de commencer ! Je ne crains pas, je ne crains pas vraiment d’être perçue comme quoi que ce soit. On me pose souvent cette question. Mais j’aime les jeunes musiciens qui ont beaucoup d’expérience, comme Julius Rodriguez. Je le considère comme un musicien très ouvert d’esprit, avec beaucoup d’expérience et beaucoup de choses différentes. Et il met tout cela ensemble, à sa manière.

PAN M 360 : C’est aussi la façon dont les musiciens classiques abordent la musique.

Samara Joy : Je pense qu’il y a des limites à ce que l’on peut faire pour maintenir la tradition avant de la perdre de vue. Vous savez, ce que les musiciens que nous admirons ont fait pour contribuer à la musique ? Je ne crois pas qu’ils aient pensé qu’il fallait jouer de la musique pour maintenir la tradition. Je pense qu’ils voulaient jouer cette musique parce qu’ils l’aimaient ! Les compositions et les styles de jeu, puis cette explosion de créativité et d’improvisation, ainsi que les techniques et les choses de ce genre, diffèrent d’une génération à l’autre, différemment. Je ne veux pas dire des phases, mais juste différents niveaux de si vaste dans le court laps de temps qu’il a été créé et fait et joué.

Donc oui, je pense que si nous essayons de forcer ou de mettre des étiquettes sur les gens pour, vous savez, garder la tradition pour garder la tradition, ça ne va plus être amusant de jouer Autrement, il n’y a aucun moyen de grandir au-delà d’un certain point sans savoir ce qui a déjà été créé. Pensez à des musiciens comme Duke Ellington, Benny Golson ou Max Roach, ils étaient si créatifs, si novateurs.

PAN M 360 : Je dois aussi vous poser la question du Grammy. Est-ce une grande affaire pour vous ? Comment le voyez-vous ?

Samara Joy : Je suis très reconnaissante. Et je ne sais toujours pas ce que j’en pense. Je pense que c’est incroyable et un peu surréaliste. Je n’essaie pas de me mettre la pression pour plaire à un public de masse dans le but de sauver le jazz ou quoi que ce soit de ce genre. Le jazz n’a pas besoin d’être sauvé, je veux juste apporter ce que je peux et m’amuser.

Crédit photo : Benoît Rousseau

Tout le contenu 360

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

DES hymnes à l’amour du côté de Bohème

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

JAKŌ et ses paysages sonores expérimentaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Ishi Tishi et leur soirée avec tous les animaux aux Suoni

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Inscrivez-vous à l'infolettre