FIJM: Gretchen Parlato, duo avec Lionel Loueke, amour et famille musicale avec Mark Guiliana et fiston

Entrevue réalisée par Alain Brunet
Genres et styles : jazz / jazz contemporain

renseignements supplémentaires

On adore Gretchen Parlato pour le timbre très particulier de sa voix, pour son phrasé parfaitement singulier, pour sa prononciation, pour ses choix stylistiques et visionnaires. Au cours des années 2000 et 2010, son association avec les meilleurs musiciens new-yorkais n’a certainement pas nui au développement de son style unique. On lui doit 5 albums en tant que leader, et parmi ses nombreux projets discographiques, 3 proviennent de cette étroite collaboration avec le super-guitariste béninois Lionel Loueke, dont le récent Lean In sorti sous label Edition. Selon toute vraisemblance, le matériel de cet enregistrement sera au cœur du nouveau concert du duo ce dimanche au Gesù. PAN M 360 s’est entretenu avec la chaneuse du duo, jointe en tournée quelques jours avant l’étape montréalaise.

PAN M 360 : Beaucoup de choses se sont produites depuis notre dernière conversation il y a de ça une dizaine d’années, car vous avez depuis fondé une famille et vous vous êtes concentrée sur votre maternité pendant un certain temps. Et maintenant, vous êtes de retour sur la route avec Lionel Loueke, avec qui vous avez enregistré votre album le plus récent. Pouvez-vous nous présenter cette superbe collaboration ?

Gretchen Parlato : Oui et merci ! Noel et moi allons donc jouer en duo à Montréal. Nous allons interpréter la musique de notre dernier album. Et puis, vous savez, nous nous connaissons depuis 22 ans. Nous avons donc beaucoup d’histoire musicale, d’amitié et de répertoire à partager.

PAN M 360 : Lionel vivait dans votre quartier de Brooklyn, n’est-ce pas ?

Gretchen Parlato : Il vit maintenant au Luxembourg, parce que sa femme est européenne. Et je vis à Los Angeles, c’est donc très spécial que nous puissions nous rencontrer.

PAN N 360 : Coïncidence intéressante : je viens d’interviewer Angélique Kidjo, béninoise comme Lionel, qui est l’une des figures de proue du festival Nuits d’Afrique.

Gretchen Parlato : Oh, c’est génial ! Oui. Je pense qu’ils se connaissent.

PAN M 360 : Oui, en effet, ils se connaissent, ils me l’ont dit il y a quelques années. Vous connaissez donc Lionel depuis longtemps, comment avez-vous construit cette collaboration et cette relation artistique ?

Gretchen Parlato : Nous nous sommes rencontrés lors de notre audition pour le concours du Thelonious Monk Institute. C’était il y a 22 ans, en 2001. Nous avons joué en tant qu’ensemble pendant quelques années, puis nous avons réalisé que nous aimions jouer en duo. Le projet a donc démarré à Los Angeles, puis nous avons déménagé à New York en même temps, en 2003. Nous avons continué à nous développer avec lui, il faisait partie de mes groupes, je faisais partie des siens et nous parlions toujours de nous concentrer sur un projet de duo. Mais tu sais, la vie a pris son chemin et ça nous a pris tout ce temps. Je pense que maintenant c’est vraiment cool parce que nous avons 22 ans de musique, d’amitié et d’expérience de la vie à mettre dans cette musique, donc elle a une signification et une connexion encore plus profondes maintenant.

PAN M 360 : Et pouvons-nous être un peu plus précis sur la forme de musique qui vous rassemble ?

Gretchen Parlato : Nous nous sommes rencontrés en tant qu’étudiants et je pense qu’il est tellement unique.Il m’a époustouflée dès la première fois que je l’ai entendu.Et il continue à le faire à chaque fois. C’est donc très spécial.Chaque fois que je l’entends, j’ai l’impression de le réentendre pour la première fois et d’éprouver le même sentiment. Mais je pense, vous savez, que c’est quelqu’un qui me soutient tellement, et j’ai tellement confiance en lui.Mais il y a aussi tellement de défis et de prises de risques.Et c’est comme si vous voliez, vous savez, quand vous chantez et jouez avec lui ?Parce qu’on ne sait jamais ce qui peut arriver de très bon.Nous avons des parcours différents, mais nous avons une approche similaire et un désir similaire, tu sais, de savoir où nous voulons aller et où nous voulons emmener la musique.Oui, cela nous a aidés à nous rapprocher.

PAN M 360 : Il y a un endroit très intéressant pour l’improvisation, ce qui signifie que vous êtes sur ce territoire appelé jazz.

Gretchen Parlato : Je sais, vous avez raison. Il est difficile de mettre une étiquette sur la musique que nous faisons, mais elle se situe définitivement dans le domaine du jazz. Nous venons tous les deux du genre jazz, et ensuite nous pouvons travailler comme tout le monde le souhaite, vous savez, il n’y a pas de problème. Et oui, il y a beaucoup d’improvisation. Il y a beaucoup de, vous savez, ne jamais jouer la chanson, la chanson exactement de la même manière. C’est comme s’il y avait une structure et une forme. Mais à l’intérieur de cela, nous nous amusons vraiment à l’emmener dans des endroits différents à chaque fois.

PAN M 360 : Aurez-vous des invités à Montréal ?

Gretchen Parlato : Parfois, mon mari, Mark Guiliana, peut venir s’asseoir avec nous à la batterie. Cela dépendra de son agenda, je veux dire si cela correspond au bon moment.

PAN M 360 : Est-il difficile pour vous deux de gérer la famille en tant que musiciens souvent en tournée ?

Gretchen Parlato : C’est amusant que vous posiez cette question parce que j’ai déjà vu mon fils de neuf ans s’appuyer sur moi avec des écouteurs pour regarder une émission. Je pense donc qu’il est assez grand pour être autonome. Mon fils peut s’asseoir en coulisses et regarder notre spectacle, puis venir chanter un peu avec nous à la fin.Il fait donc partie de la musique.Et comme je l’ai dit, il peut aussi se débrouiller seul quand il en a besoin, mais c’est vraiment amusant.Je pense que Mark et moi sommes capables de concilier nos rôles de parents et d’artistes, et c’est ce que nous faisons depuis la naissance de notre fils. Et c’est certain, vous avez besoin de beaucoup plus d’aide quand vous avez un bébé ou un enfant en bas âge, mais maintenant qu’il a neuf ans, c’est plutôt cool.Il peut faire beaucoup plus de choses et participer à beaucoup plus de choses. Nous nous amusons beaucoup. Nous sommes très heureux de pouvoir voyager en famille.

PAN M 360 : Cela a dû être un grand changement dans votre vie !

Gretchen Parlato : Lorsque je suis tombée enceinte, je ne savais pas ce que je penserais de mon mode de vie en tant que mère, mais il était très clair pour moi que je voulais faire tout ce que je pouvais pour me concentrer sur la maternité. C’est ce que j’ai fait et j’en suis ravie. Maintenant que mon fils a neuf ans, nous avons eu tout ce temps ensemble et nous avons pu trouver un équilibre. Quoi qu’il en soit, c’est une bonne chose que j’aie pu prendre du temps en tant que mère, c’est un privilège. Mais je n’ai pas disparu complètement !

PAN M 360 : Vous êtes originaire de Los Angeles et vous êtes revenue sur la côte ouest après toutes ces années passées dans la région de New York. Pourquoi ?

Gretchen Parlato : J’ai grandi à Los Angeles, puis j’ai passé près de 20 ans sur la côte Est, à New York et dans le New Jersey. J’ai toujours eu le désir, une fois qu’il serait temps de m’installer et de devenir mère, de retourner à Los Angeles, d’être en Californie et d’élever mon fils dans l’environnement où j’ai grandi. J’ai donc planté cette graine avec Mark, parce qu’il vient du New Jersey, ce qui est très différent. Nous vivions déjà sur la côte Est, mais lorsque notre fils a eu cinq ans, Mark a été séduit par l’idée de déménager sur la côte Ouest. Je pense donc que tout le monde est très heureux et en bonne santé. Nous nous débrouillons bien, c’est bon d’être de retour en Californie. Mais New York me manque et je l’aime aussi. Nous nous y rendons donc quelques fois par an.

PAN M 360 : D’autres musiciens sont retournés sur la côte ouest, David Binney par exemple.

Gretchen Parlato : Oui, je pense que cela a certainement aidé Mark à se sentir bien dans sa décision, sachant que beaucoup de ses pairs ont fait la même chose. Il y a donc une scène à Los Angeles et toute une communauté avec laquelle il faut être en contact. C’est donc une bonne chose.

PAN M 360 : Par ailleurs, avez-vous d’autres projets en cours ?

Gretchen Parlato : Je dirais que pour l’instant, notre objectif principal est de prolonger ce duo. Nous avons un peu de temps devant nous. Je devrais dire pas plus, mais je peux aussi jouer avec mon propre quartet, et continuer la musique que je faisais quand je vivais à New York, une sorte de trio avec piano et moi. Mark et moi envisageons également de faire quelque chose ensemble. Mais pour l’instant, l’accent est mis sur le duo avec Lionel. Et puis il y a des idées d’autres choses qui ne sont que des idées pour l’instant. Et puis un autre, comme vous l’avez dit, un peu plus à l’automne, nous envisageons l’année prochaine, vous savez, au printemps, et peut-être au-delà, nous verrons combien de temps nous pouvons, vous savez, continuer cela.

PAN M 360 : D’autres musiciens sont retournés sur la côte ouest, comme David Binney, par exemple.

Gretchen Parlato : Oui, je pense que cela a certainement aidé Mark à se sentir bien dans sa décision, sachant que beaucoup de ses pairs ont fait la même chose. Il y a donc une scène à Los Angeles et toute une communauté avec laquelle il faut être en contact. C’est donc une bonne chose.

PAN M 360 : Par ailleurs, avez-vous d’autres projets en cours ?

Gretchen Parlato : Je dirais que pour l’instant, notre objectif principal est de prolonger la vie de ce duo. Nous avons un peu de temps devant nous. Je devrais dire pas plus, mais je peux aussi jouer avec mon propre quartet, et continuer la musique que je faisais quand je vivais à New York, une sorte de trio avec piano et moi. Mark et moi envisageons également de faire quelque chose ensemble. Mais pour l’instant, l’accent est mis sur le duo avec Lionel. Et puis il y a des idées d’autres choses qui ne sont que des idées pour l’instant. Et puis un autre, comme vous l’avez dit, un peu plus à l’automne, nous envisageons l’année prochaine, vous savez, au printemps, et peut-être au-delà, nous verrons combien de temps nous pouvons, vous savez, continuer cela.

PAN M 360 : Bien sûr, Lionel a aussi un agenda chargé.

Gretchen Parlato : Je suis très reconnaissante à Lionel d’avoir ce temps à me consacrer , car comme tout le monde le sait, il est très occupé.Il travaille principalement avec Herbie Hancock, et c’est en quelque sorte le meilleur concert que l’on puisse avoir.Lionel est là depuis de nombreuses années maintenant. Jusqu’à présent, nous avons réussi à équilibrer les choses, alors c’est génial ! Je pense que la gratitude est le thème principal de mon existence en ce moment.Il suffit d’être reconnaissant pour ce que nous avons. Et puis nous verrons ce que l’avenir nous apportera.

PAN M 360 : Cet état d’esprit a-t-il un impact sur votre propre chant ?

Gretchen Parlato : La voix s’améliore avec le temps, devient plus profonde, plus mature, à mesure que nous vieillissons émotionnellement et spirituellement.C’est un aller simple vers un niveau plus élevé. Cela se reflète dans toute la musique que nous jouons, dans chaque note que nous chantons, dans chaque mot que nous prononçons.

GRETCHEN PARLATO SE PRODUIT CE DIMANCHE, 22H30, AU GESÙ DANS LE CADRE DU FIJM

Tout le contenu 360

Piknic Électronik | Pretty Privilege, la non binarité, la joie, l’insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, la non binarité, la joie, l’insolence

Suoni | Sara Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sara Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Centre Phi | Kallitechnis incarne sensualité et introspection.

Centre Phi | Kallitechnis incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Présente ta chanson ! Joyce N’Sana nous parle de Zola

Présente ta chanson ! Joyce N’Sana nous parle de Zola

Présente ta chanson ! We Are Wolves nous parle de Transition

Présente ta chanson ! We Are Wolves nous parle de Transition

Présente ta chanson! Sara Danielle nous parle de Flying Away

Présente ta chanson! Sara Danielle nous parle de Flying Away

Dompierre nous explique son Requiem

Dompierre nous explique son Requiem

Festival Classica : Der Kaiser von Atlantis, le trésor caché de Viktor Ullman, enfin présenté au Québec!

Festival Classica : Der Kaiser von Atlantis, le trésor caché de Viktor Ullman, enfin présenté au Québec!

Festival Classica | Elinor Frey explore le XVIIIe siècle de Jean Baur

Festival Classica | Elinor Frey explore le XVIIIe siècle de Jean Baur

Festival Classica | L’éclectisme de Claudel Callender, de Théodore Dubois à Henri Salvador

Festival Classica | L’éclectisme de Claudel Callender, de Théodore Dubois à Henri Salvador

Inscrivez-vous à l'infolettre