×

Festival Illusion : tout sauf illusoire!

Interview réalisé par Elsa Fortant
Genres et styles : électronique

renseignements supplémentaires

La quatrième édition du festival de musiques électroniques Illusion se tiendra du 5 au 8 août à Béthanie, en Montérégie. Cette année, l’équipe d’organisateurs passionnés voit les choses en grand et propose une expérience sensorielle unique : quatre jours de musique ininterrompue avec plus de 50 DJ programmés sur quatre scènes, des scénographies interactives, des performances, des jeux de rôle et un village éphémère. Le tout en mode DIY et écoresponsable. Pour discuter de ce retour en force après trois ans d’absence, PAN M 360 s’est entretenu avec Mokrane Ouzane, cofondateur d’Illusion.



PAN M 360 : Racontez-nous la genèse du festival Illusion, parlez-nous son ancrage communautaire, son évolution au fil des ans.

Mokrane Ouzane : Illusion est né de la rencontre entre l’OSBL communautaire Co-incidences et le collectif de musique électronique NoBassNoFun, avec cette volonté d’offrir une expérience singulière mêlant scénographie, arts vivants et technologie. Illusion, c’est aussi une communauté de passionnés aux parcours et compétences bien différentes, mais surtout complémentaires. Ici, experts et apprentis se croisent. Aujourd’hui, notre ambition créatrice se révèle un peu plus. C’est une sorte d’aboutissement pour la création de notre identité propre.

PAN M 360 : Comment décririez-vous l’expérience Illusion?

Mokrane Ouzane: En trois mots, s’évader, jouer, créer. Bien plus qu’un festival de musique, Illusion se joue entre les scènes, où les explorateurs d’un jour seront servis au terme de leurs quêtes. Pour beaucoup, c’est un retour à l’émerveillement, à la bienveillance et à une certaine innocence. 

PAN M 360 : Après Illusion 2019, vous aviez annoncé une pause. Ensuite, il y a eu les restrictions sanitaires liées à la COVID, ne permettant pas la tenue de l’événement. Que vous a permis ce moment de recul et qu’a-t-il apporté à la conception et à la création d’Illusion 2022?

Mokrane Ouzane : Ça nous a permis de nous donner plus de temps pour réfléchir au projet et d’aller plus en profondeur, au point de vue créatif. Nous avons pu faire mûrir le projet. Pour la conception, le défi a été de recréer des liens avec notre communauté. Le télétravail a démontré une certaine limite. Illusion, c’est un projet humain, on a besoin d’échanger pour s’emporter, dériver et créer. Cette pause forcée nous a aussi permis de travailler sur un autre projet : le film du projet Perspective. 

PAN M 360 : Justement, pouvez-vous parler plus en détail du projet Perspective et de la façon dont il s’articule avec le festival?

Mokrane Ouzane: Perspective est né de la volonté d’explorer un nouveau médium artistique – le récit cinématographique – et de valoriser notre communauté artistique. Celle-ci a fortement souffert des restrictions (nos festivaliers aussi, d’ailleurs). Perspective, c’est un cadeau que l’on se fait à nous-mêmes en tant que créateurs et participants de la communauté festivalière. C’est une autre belle manière de découvrir l’univers du festival.

PAN M 360 : Vous apportez un grand soin à la scénographie du festival. Où puisez-vous l’inspiration et à quoi peut-on s’attendre, cette année?

Mokrane Ouzane : Les quatre scènes représentent des univers esthétiques forts : temple antique, cité « solar-punk », taverne médiévale et oasis bohème. Je dirais que nous sommes comme des hackers, nous aimons utiliser ce qui existe et lui donner un nouveau sens. Par exemple, le monde du jeu vidéo en ligne nous inspire, tout comme le dernier album de Stephan Bodzin. En outre, on aime sublimer ce qui est vu comme utilitaire. On travaille avec des chutes de construction et on recycle nos matériaux pour les retransformer.

PAN M 360 : Vous portez une attention particulière à la réduction de l’empreinte écologique du festival. Quelles sont les pratiques écoresponsables que vous avez mises en place, depuis la création du festival et cette année plus spécifiquement?

Mokrane Ouzane : Comme depuis la première année nous avons remis en place le tri des déchets, les « écocups » et les cendriers portatifs. Cette année, les nouveautés sont la réutilisation et la transformation de la scénographie, ainsi qu’un système de compost. Nous donnons les mégots de cigarettes ramassés à l’association Mégots Zéro, qui les recycle en mobilier urbain.

Retrouvez la programmation complète du festival Illusion ici.

Inscrivez-vous à l'infolettre