×

Emilio Reyna : Mexico, Boston, Montréal, au-delà du jazz

Interview réalisé par Stephan Boissonneault
Genres et styles : jazz contemporain

renseignements supplémentaires

Le pianiste et compositeur de jazz expérimental Emilio Reyna s’est fait les dents  à Mexico, mais il s’est lentement forgé une carrière à Montréal. Il a étudié le piano au Berklee College of Music (Boston) et à l’université McGill et son dernier single paru en mai, Llegarán suaves lluvias (de douces pluies arriveront), met en vedette un saxophoniste de Montréal et deux réputés instrumentistes mexicains. 

Reyna est du genre à ne pas apprécier les étiquettes de genre. Il comprend pourquoi sa musique est étiquetée jazz, mais il estime que l’étiquette ne correspond pas à l’expérience live. Son but est de créer une expérience musicalement virtuose, mais aussi accessible au public.

Avant son concert  à l’OFF festival de jazz de Montréal vendredi avec son quintette, Emilio a pris le temps de discuter avec PAN M 360 de ses origines, de son amour de l’improvisation et de sa musique en gestation. 

PAN M 360 : Comment en êtes-vous venu à jouer de la musique jazz expérimentale ?

Emilio Reyna : Je suis de Mexico, mais j’ai pris quelques leçons avec un gars ici et j’ai étudié le piano à Berklee, ce qui était une grosse affaire au Mexique. J’ai appris beaucoup de choses sur la théorie, le jeu au piano, et j’ai pu apprendre beaucoup de musique, des classiques comme Bill Evans et Herbie Hancock, puis j’ai fini par commencer et étudier la musique à Montréal. Je suppose que lorsque je suis arrivé à Montréal, j’étais déjà vraiment dans la voie de la musique jazz.

PAN M 360 : Et avez-vous joué de la musique à Mexico ?

Emilio Reyna : Oui, j’ai grandi avec quelques amis qui s’intéressaient aussi à la musique et j’ai commencé à jouer, un peu comme des trucs de type prog-rock. J’ai été très influencé par la musique classique, mais je pense que les genres sont une façon d’organiser la musique dans nos bibliothèques musicales. Mais ce n’est pas une façon très précise de décrire la musique, et je trouve que ce ne sont que des symboles pour nous aider à organiser les choses. Cela dit, il est vraiment difficile de décrire réellement la musique avec ces symboles.

PAN M 360 : Oui, bien sûr. Vous jouez à l’OFF Jazz, mais il y a tellement de choses qui tombent sous le parapluie du jazz et cela change vraiment chaque année.

Emilio Reyna : Tout à fait. Je suis d’accord, et l’une des choses importantes du jazz est que sa caractéristique la plus marquante est l’improvisation. Les musiciens qui jouent du jazz doivent l’aborder comme des compositeurs et avoir une connaissance approfondie de l’harmonie, du rythme, de la composition et de la mélodie. L’improvisation, c’est comme composer sur le moment, et je trouve que le jazz est un cadeau incroyable, on peut y prendre des éléments de n’importe quel genre et en faire quelque chose.

PAN M 360 : C’est vrai, et vous devez jouer avec des musiciens en qui vous avez confiance, et qui vous font confiance.

Emilio Reyna : Les gars avec qui je vais jouer vendredi sont des gens avec qui j’ai grandi et qui ont étudié à McGill. J’ai beaucoup d’assurance et de confiance à leur endroit. Je vais pouvoir m’étirer, et tout ira bien. Ils suivront, ou je suivrai ce qu’ils proposeront.

PAN M 360 : Certains de ces joueurs figurent-ils sur l’enregistrement Llegarán suaves lluvias ?

Emilio Reyna : Non. Un des gars, Ted Crosby, le saxophoniste, était à Montréal. Je l’ai rencontré à Montréal lorsque nous étudiions à McGill, mais il vient de déménager à Toronto. Et les deux autres gars sont Hernán Hecht, qui a un parcours énorme à Mexico en tant que batteur et Benjamin Garcia qui est un grand bassiste.

PAN M 360 : Maintenant que vous jouez avec des musiciens différents, votre musique doit être différente chaque fois ?

Emilio Reyna : Oh, oui ! Je dirais que chaque fois que vous jouez un type de musique, même si c’est de la musique classique où chaque note est écrite, il y a tellement de choses que vous ne pouvez pas traduire dans les partitions. Elle ne prend vie que lorsque vous la jouez en direct. Et encore une fois, dans la musique de jazz, à cause de cet élément d’improvisation, il y a une structure et une forme régentes dans le type de thème avec des parties mélodiques, rythmiques ou harmoniques. Mais une fois qu’il est réellement joué, je dirais que c’est une chose unique du moment présent.

PAN M 360 : Et que dire du nom d’un morceau de musique. Je trouve que cela influence aussi le thème ?

Emilio Reyna : Oui, je veux dire, ça dépend. Parfois j’ai un concept en tête pour un certain type de composition, il y a une sorte de motif conduit par ce concept. Mais parfois, je trouve que nommer une mélodie est vraiment difficile, et en même temps, très pertinent. Il n’y a pas de bon et de mauvais.

PAN M 360 : Et certaines de vos musiques contiennent des voix. Pourra-t-on entendre ça pendant la performance de vendredi ?

Emilio Reyna : Oui, nous allons jouer avec une chanteuse incroyable, Eugénie Jobin-Tremblay. Elle est l’une de mes chanteuses préférées dans le monde et a son propre projet nommé Ambroise. Elle a un tas de disques qui sont vraiment magnifiques. Sa voix est très aérienne et un peu angélique, je trouve. C’est une de mes amies depuis quelques années et elle va chanter en espagnol. 

PAN M 360 : Super. Et vous avez un nouvel album en route ?

Emilio Reyna : Il y a  plusieurs choses sur lesquelles je travaille. Il y a un album de piano solo qui va probablement sortir dans les deux prochains mois. J’ai un album en sextet qui compte déjà quelques enregistrements,  et je dois décider ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. En toute honnêteté, c’est pour moi un processus très douloureux parce que je n’ai pas de producteur ou de label qui m’aide à façonner ces choses. 

PAN M 360 : Et en toute pertinence maintenant, vous devez toujours sortir quelque chose ou avoir des plans immédiats avec des plateformes comme Spotify. 

Emilio Reyna : Oui, et cette partie de l’industrie musicale… C’est génial d’avoir autant de musique disponible en quelques clics sur votre ordinateur ou votre téléphone portable, mais c’est très différent de ce que j’ai connu en grandissant. Je trouve que notre capacité d’attention a diminué parce que nous recevons tellement d’informations en permanence. C’est là pour rester et ça va faire partie de la vie maintenant, mais je suppose que je suis encore un peu romantique, j’essaie de m’adapter aux circonstances.

Au Dièse Onze ( 4115 St-Denis) le vendredi 8 octobre, 22h, $15, dans le cadre de l’Off festival de jazz de Montréal

Inscrivez-vous à l'infolettre