Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Entrevue réalisée par Stephan Boissonneault
Genres et styles : britpop / indie pop / rock

renseignements supplémentaires

Nous essayons tous de donner un sens à ce monde qui devient de plus en plus tordu et confus. La viedevient presque une réaction plutôt qu’une planification, et les artistes écrivent des chansons à ce sujet depuis qu’ils savent marcher.

Une chanson de Ducks Ltd., en ce sens, semble généralement lumineuse et pleine de vie, avec un élan constant, comme si elle terminait ou surmontait une course ou un obstacle, mais les paroles parlent neuf fois sur dix des faiblesses des relations humaines ou de l’effondrement pur et simple de la société.

C’est probablement ce qui est le plus présent sur le dernier album de Ducks, Harm’s Way qui aura un spectacle de lancement de l’album ce samedi 10 février dans le cadre du Taverne Tour. Nous avons discuté avec McGreevy avant le concert pour en savoir davantage sur son processus artistique et sur Harm’s Way.

PAN M 360 : Une chanson de Ducks Ltd. est toujours accompagnée d’un élan. Particulièrement sur Harm’s Way. J’ai toujours envie de courir quand je l’écoute…

Tom McGreevy : Haha oui, merci. J’ai vraiment l’impression que nous avons toujours l’impulsion innée de rendre la chanson légèrement plus rapide. C’est toujours comme ça que ça se passe. Le processus d’édition des paroles est également assez long. J’ai tendance à écrire les paroles un peu plus lentement, mais lorsqu’il s’agit de les jouer avec Evan, nous les accélérons toujours de 5 bpm ou quelque chose comme ça dans la démo. Historiquement, je pense qu’il n’y a eu que deux ou trois cas où nous avons dû ralentir une chanson des Ducks.

PAN M 360 : Et même si cet album pousse un peu plus loin le son jangle pop des Ducks, j’ai l’impression que vous êtes l’un des seuls groupes où je peux prendre une chanson et la placer n’importe où dans votre répertoire et elle colle, presque comme si elles avaient été écrites au même moment ou au même endroit.

Tom McGreevy: C’est intéressant et j’ai déjà entendu cela. Mais la vérité, c’est que la plupart d’entre elles commencent dans ma chambre, puis nous les emmenons en studio. Pour cet album, certaines ont été écrites pendant que nous étions en tournée. Je pense que je trouve personnellement que lorsque je travaille dans mon domaine, qui est plus solitaire, il m’arrive souvent de travailler sur une chose pendant très longtemps. Cela peut durer huit ou neuf mois. Ça se présente sous forme de morceaux, qui finissent par s’assembler et se fondre comme je le souhaite. Parfois, il faut savoir s’éloigner et attendre la révélation. J’écris rarement une chanson en une seule fois. En général, je laisse le deuxième couplet en suspens pendant un certain temps.

PAN M 360 : En partant de là, j’ai l’impression que le processus de travail en studio doit être assez méthodique et pas très spontané ?

Tom McGreevy: Oui, nous sommes très méticuleux et il y a très peu de spontanéité. Notre approche est vraiment rigoureuse, mais de temps en temps, je suis coincé, mais je dois faire quelque chose en studio. Il s’agit alors d’une merde de dernière minute et nous devons faire avec ce que j’ai. Avant, c’était inquiétant, mais maintenant, je pense que nous sommes plus confiants. Bien sûr, il y a toujours une phrase que je déteste ou qui m’agace. C’est une lutte mortelle dont je ne fais que constater l’existence.

PAN M 360: La musique est très entraînante. Mais si vous lisez les paroles, elles sont plutôt sombres. Le monde se noie, c’est un peu cynique. Considérez-vous avoir une vision sombre du monde ?

Tom McGreevy: J’essaie de rester optimiste, mais je pense que la réalité y résiste (rires). Cela vient toujours du fait que j’essaie de traiter ces réalités difficiles. Je pense donc que c’est en partie pour cette raison qu’elle se manifeste de cette manière. En même temps, je pense que si je suis honnête, c’est un reflet assez précis de ma vision du monde la plupart du temps.

PAN M 360 : Il y a quelque chose à cela dans le genre jangle pop ; des paroles déprimantes et une musique enjouée….

Tom McGreevy: Je pense que c’est juste dans la musique pop, dans l’histoire plus large de la musique commerciale en tant que média. Pensez à quelqu’un comme Smokey Robinson avec « The Tracks of My Tears ». C’est une chanson à la sonorité plutôt claire. Je pense que cette juxtaposition est au cœur de l’attrait d’une grande partie de la musique. Et je pense que c’est parfois moins présent dans notre époque, mais je pense que c’est intéressant pour moi. Beaucoup de nos influences sont la musique de guitare du Royaume-Uni et de la Nouvelle-Zélande dans les années 1980, et c’est quelque chose dont j’étais conscient, mais je pense que ce n’est qu’un élément parmi d’autres dans le médium.

PAN M 360 : Vous avez vraiment pu tourner ces chansons, les tester sur la route en quelque sorte. Comment cela a-t-il influencé le processus d’enregistrement de Harm’s Way ?

Tom McGreevy: Je pense que cela nous a appris comment les chansons fonctionnent. Pas seulement en concert, mais à un niveau élémentaire. Historiquement, nous écrivions la chanson, nous écrivions les parties, et nous ne les jouions jamais jusqu’à ce que nous devions les apprendre pour le concert. Je pense que ce qui était différent avec cette chanson, c’est que nous l’avons beaucoup jouée et que nous en avons parlé tout au long du concert. Je pense que nous avons mieux compris comment fonctionne une chanson de Ducks et ce que fait une chanson de Ducks. Donc quand nous avons fait cet album, c’était beaucoup, presque plus facile à faire parce que nous savions de manière innée ce qui se passait et nous n’avions pas besoin d’y réfléchir autant. C’était beaucoup moins un carrefour dans le processus de composition. Nous nous sommes simplement dit : « Eh bien, il est évident que cela va se passer comme ça. »

PAN M 360 : Je voulais vous poser une question spécifique sur la chanson « Train Full of Gasoline. » C’est peut-être mon morceau préféré. C’est peut-être mon morceau préféré. Elle me rappelle beaucoup The Cure, mais aussi la métaphore de cet énorme train d’essence qui représente une relation volatile… une métaphore tellement géniale.

Tom McGreevy: Merci. Il s’agit en partie de la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic et ce qui m’a frappé après avoir lu sur le sujet et appris sur le nettoyage de la communauté, c’est qu’il n’y a pas eu une seule erreur centrale qui a causé cette catastrophe. Il s’agit d’une série de petites défaillances qui se sont ajoutées les unes aux autres. Et j’ai trouvé que c’était une métaphore assez convaincante. La description de la plupart des folies humaines est celle de ces petites choses qui s’accumulent et qui ne sont pas observées ni prises en compte. Ce thème revient sans cesse dans la musique des Ducks.

Photo by: Colin Medley

Ducks Ltd. joue au Taverne Tour avec The Wesleys, et Dresser au Quai Des Brumes le 10 février

Tout le contenu 360

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Hommage à la Callas: Simon Rivard dirige l’OSL

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

Game ON! : le FILMharmonique dirigé par un pionnier

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

OPCM : Wallis Giunta devient Carmen

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Le compositeur d’All Quiet On The Western Front à Montréal en lumière sous le nom de Hauschka

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

Quelle époque pour être en vie ! Conversation avec Sarah Rossy

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

L’Ensemble à cordes de l’ONJ au service de Marianne Trudel et Yannick Rieu

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Daniel Bartholomew-Poyser dirige l’Ensemble Obiora

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Quatuor Molinari: John Rea et Dmitri Chostakovitch juxtaposés

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Zaho de Sagazan, cette voix qui lance des éclairs

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Lorraine Klaasen, notre Mama Afro-Canada

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Igloofest en coulisses : VJ, un métier de l’ombre… en pleine lumière

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Taverne Tour: Ducks Ltd, jangle pop accrocheuse et folies humaines

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Barbara Hannigan: double tâche avec l’OSM

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Jowee Omicil convie les esprits libérateurs du Bwa Kayman

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Taverne Tour : Jon Spencer revu et corrigé

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Rosemarie et Jean-Michel au service de Ravel et Gershwin

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Cabaret Acoustique Nuits D’Afrique : Justin Adams & Mauro Durante

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Laurence-Anne, visite d’un labyrinthe sans fin

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Taverne Tour: Deli Girls, punk queercore expérimental pour secouer votre monde

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Zihua Tan: programme canado-malais à la soirée No Hay Banda

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Le violoncelle non-binaire d’India Gailey

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Igloofest en coulisses : découvrez les secrets de production de l’événement

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Rasas et autres sentiments: un programme trans-traditionnel de la SMCQ

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Festival classique hivernal de l’OSL: deux maestros nous en causent

Inscrivez-vous à l'infolettre