Blair Thomson, à qui l’on doit le rap keb symphonique

Entrevue réalisée par Alain Brunet
Genres et styles : classique moderne / hip-hop / rap keb

renseignements supplémentaires

Les mélomanes ont découvert l’artiste montréalais Blair Thomson lorsqu’il a signé les arrangements du groupe Half Moon Run dans le contexte d’un programme symphonique avec l’OSM, soit en 2017. On observait alors la grande fraîcheur de son approche, distincte des autres types d’arrangements symphoniques destinés à la pop: plus contemporaine, plus audacieuse harmoniquement, mieux encline au groove essentiel aux formes populaires de l’heure.

Compositeur, arrangeur, orchestrateur et pianiste, Blair Thomson fait ainsi partie d’une nouvelle mouvance esthétique de la pop symphonique, on pense notamment au Britannique Jules Buckley qui a déjà signé des arrangements pour Patrick Watson il y a quelques années, ou encore à l’Américain Nico Muhly, un proche d’Arcade Fire, Grizzly Bear et autres formations de la génération indie.

Pour une première fois à Montréal, le travail de Blair Thomson consiste à marier l’Orchestre symphonique de Montréal aux incontournables du rap keb, soit Koriass, Sarahmée, FouKi, Alaclair Ensemble et Dead Obies.  Rappelons que Blair Thomson a également signé les arrangements pour le programme du groupe marseillais I AM, malheureusement reporté à quelques reprises pour les raisons pandémiques que l’on sait.

Mardi soir à la Maison symphonique, force était de constater que son travail était on ne peut plus concluant. Les arrangements symphonique n’étaient pas un simple tapis harmonique tissé par les cordes; l’usage des cuivres, bois, percussions et claviers ont été effectivement au cœur du groove, contribuant ainsi au punch du rap et du chant soul/R&B.

Et c’est pourquoi PAN M 360 veut en savoir davantage sur le travail d’un arrangeur de cette envergure, cette fois au service du hip-hop. 

PAN M 360 : Comment se passe la première approche avec les artistes, avant que le travail à faire se précise?

BLAIR THOMSON :  Chaque fois, je rencontre d’abord, les artistes, j’essaie de savoir qui ils sont. J’écoute leur matériel, j’étudie leurs paroles et j’essaie de trouver la porte d’entrée.  Avec le hip hop, la différence est de ne pas écrire d’une manière through-composed (intraduisible), c’est à dire avec une nouvelle musique fournie par la partition pour chaque strophe d’une chanson, sans reprise. La plupart de mes arrangements sont faits sans reprise alors que c’est différent avec le hip-hop. C’est un peu contre mon instinct d’arrangeur, car normalement je ne fais aucune répétition, à la manière d’une partition de musique classique. C’est ainsi que j’ai travaillé, par exemple, pour Half Moon Run. Dans une partition écrite dans la tradition classique, tu tournes à gauche, tu tournes à droite mais il n’y a pas de reprise d’une séquence déjà jouée.

PAN M 360 : Quelles sont les conséquences dans l’écriture des arrangements d’une manière hip-hop ?

BLAIR THOMSON : Normalement, la  partition continue de défiler sans répétition, alors que dans le hip-hop, on doit procéder à des reprises de ce qui a été joué. C’est  d’ailleurs ce concept de reprise qui propulse le hip-hop.  Ça fait partie de l’esthétique de cette forme… et c’est contre tous mes instincts d’arrangeur!  Mais il faut accepter cette esthétique lorsqu’on porte le chapeau d’arrangeur. Il faut se mettre dans les chaussures de la forme pour laquelle on travaille. Ce genre de contrainte est somme toute très intéressante pour moi. Dans le contexte de ce programme, je dois répéter en boucle des séquences de 2, 4 ou 8, comme la forme hip hop le suggère. Mais j’ai quand même assez d’espace pour trouver des sonorités intéressantes.  Ce fut fascinant de travailler sur le rap keb, comme ce fut le cas des arrangements pour I Am, écrits il y a trois ans même si le concert n’a pas encore eu lieu à Montréal.

PAN M 360 : Y a-t-il d’autres particularités dans la façon d’arranger le hip-hop dans un contexte symphonique?

BLAIR THOMSON : Un autre élément unique dans le rap : plusieurs échantillons du beatmaking ne sont pas accordés à la justesse d’un orchestre, soit la note la à 442 hz. C’est très spécial. Parfois c’est plus haut que 442 et c’est souvent c’est plus bas… ça peut descendre jusqu’à 415 hz !  Alors je ne peux avoir de sons trop proches des échantillonnages dans certains contextes.   Je dois plutôt écrire autrement et faire en sorte que l’orchestre ne se « frotte » pas aux échantillons. Les cordes peuvent s’adapter, mais pas le clavier ou la harpe, par exemple. Il peut aussi arriver que les cuivres doivent jouer faux intentionnellement, afin de respecter les fréquences des échantillonnages (rires)! Par exemple, pour l’album  L’école du micro d’argent de I Am, les modifications de hauteur de fréquences ont été plus extrêmes car cet enregistrement remonte à 1997.  Aujourd’hui, les décalages sont moins pronncés car la technologie a changé depuis. 

PAN M 360 : Comment maximiser le groove hip-hop dans un contexte symphonique où les interprètes n’ont pas cette culture ou cette éducation musicale ?

BLAIR THOMSON : Les rythmes sont générés à la fois par l’orchestre et par les pistes rythmiques de chaque beatmaker.  La plupart du temps, il y a un beat électronique derrière mais, de leur côté, les percussionnistes de l’OSM ne chôment pas je vous l’assure ! Comme dans les concerts classiques, tous les musiciens doivent suivre le chef qui a un click-track à l’oreille. 

PAN M 360 : C’est une somme importante de travail, somme toute! Et aussi une exigence de collaboration avec la cheffe Dina Gilbert.

BLAIR THOMSON : Oui!  Il y a 24 arrangements au total, les partitions existent désormais, on ne sait pas ce qui peut se produire par la suite. Dina Gilbert et moi-même voulions travailler ensemble depuis  longtemps et voilà, ça arrive enfin. La complicité est superbe, je suis vraiment heureux de travailler enfin avec Dina. Comme moi, elle aime le hip-hop, elle est la cheffe idéale pour ce genre de concert. C’est toujours un plaisir d’écrire pour l’OSM, peu importe la complexité des musiques mises en cause. Je suis gâté!

CRÉDIT PHOTOS: ANTOINE SAITO

Tout le contenu 360

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | Le jazz incendiaire et engagé de Irreversible Entanglements

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Suoni per il popolo | On pique un jasette avec une légende de la musique contemporaine : Howard Skempton

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Tali Rose partage son Piknic Electronik

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica pour enfants | Denis Gougeon et Julie Daoust nous causent « biscuits, tempêtes et mélodies »

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Festival Classica – Fauré et Dubois au siècle dernier

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Habitat Sonore au Centre Phi| Playlist estivale et lieu idéal pour l’écoute active et immersive

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité,  joie, insolence

Piknic Électronik | Pretty Privilege, transidentité, joie, insolence

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni | Sarah Davachi et l’enjeu d’être jouée par No Hay Banda

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Suoni Per Il Popolo | The Jellicle Kiki Ball

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Centre PHI | KALLITECHNIS incarne sensualité et introspection.

Festival Classica – Hommage à Queen

Festival Classica – Hommage à Queen

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Vincent Lauzer parle de la programmation de Montréal baroque 2024

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Au Gala de la Terre, l’Orchestre de l’Agora, Natasha Kanapé Fontaine, Claudie Bertounesque, Richard Strauss, Élizabeth St-Gelais | Nicolas Ellis explique

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Bell Orchestre immersif et interactif: House Music devient Sound House à la SAT

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | La parole de Georges Sand, les mots de Denis Plante

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un anniversaire symphonique pour Starmania et Jacques Lacombe

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Festival Classica | Un hommage à Théodore Dubois signé Lavigueur et Sinfonia

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

Dumai Dunai sort son premier album… et en cause

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

SAT Dômesicle | Elena Colombi, beaucoup de la tête pour le corps

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Humidex Records fête ses cinq ans à la SAT!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Jill Barber : en français encore et toujours!

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

Festival Classica – Piazzolla, de New York à Paris

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

38e Nuits d’Afrique | Sépopo Galley explique la programmation

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Karina Gauvin dans les traces de Marie Hubert, Fille du Roy

Inscrivez-vous à l'infolettre