Alex Henry Foster : improviser sur Windows in the Sky

Entrevue réalisée par Michael Guitard-Dubuc

Alex Henry Foster s’est entretenu avec Pan M 360 pour l’enregistrement d’un concert enregistré à guichets fermés au Club Soda dans le cadre du Festival de jazz de Montréal, et dont l’album qui en témoigne sera lancé le 16 avril.

Genres et styles : rock alternatif

renseignements supplémentaires

Alex Henry Foster est le chanteur du groupe Your Favorite Enemies. Depuis quelques années, sa carrière solo connaît également un succès considérable. Il dévoilait en 2018 Windows in the Sky, premier album qui se trouva au sommet des palmarès canadiens pendant plusieurs semaines. Ce succès lui permit d’être une tête d’affiche au Festival de jazz de Montréal en 2019. Dans ce contexte, il a interprété la matière intégrale de Windows in the Sky en y ajoutant de longues séquences improvisées. Le chanteur montréalais a aussi écrit deux livres sur le groupe Your Favorite Enemies ; le premier aborde le succès de l’album Between Illness and Migration et l’autre son amitié avec les membres du groupe. Il rédige présentement un troisième livre.

PAN M 360: L’album du concert Standing Under Bright live au Festival de jazz de Montréal sera disponible le 16 avril. Quels sont tes souvenirs de cet évènement?

ALEX HENRY FOSTER: Au début, je n’étais pas certain de vouloir faire de la scène avec ce projet puisque c’était très personnel puisque l’album parle de la mort de mon père. Je ne savais pas si j’étais en mesure de soutenir tout ça émotionnellement. C’est avec les encouragements de Laurent Saulnier, du Festival de jazz de Montréal, que j’ai changé d’idée. Je me rappelle que la base du concert était le ressenti. C’était juste de l’improvisation lorsque j’étais avec les musiciens sur la scène. Personne n’avait de partitions lors du concert, j’y allais avec ce que je ressentais lorsque c’était le temps de guider les musiciens. Être très bien entouré m’a permis de vivre le moment et de ne pas me soucier des détails techniques. Nous avons fait un concert de deux heures et quart et l’album dure environ une heure, pour te montrer à quel point nous avons fait de l’improvisation. Ce n’était pas lourd et j’ai vraiment laissé aller les choses.

PAN M 360: D’ailleurs, il y aura un film sur ce concert. À quoi peut-on s’attendre de ce long-métrage?

ALEX HENRY FOSTER: C’était censé être un soir et c’était terminé. Je n’avais pas l’intention de faire un film et de mettre le tout sur le marché. Je savais que le concert était filmé pour le festival, mais je ne savais pas qu’on avait tout ce contenu. Pour le film, je ne voulais pas intégrer beaucoup d’éléments pour que ça devienne un outil commercial. Ce n’est pas la nature du projet. Je veux que les gens regardent le concert et le vivent. On m’a demandé si je voulais des images en arrière-plan, mais je ne voulais pas puisque je ne trouvais pas ça pertinent de me voir avant le concert. En gros, je voulais que les gens vivent le concert au lieu d’avoir à le leur expliquer.

PAN M 360: Aurais-tu accepté de faire le film si tu avais su que tout était filmé pour en faire un?

ALEX HENRY FOSTER: Honnêtement, je crois que j’aurais dit non. Une chose est certaine, c’est que le concert aurait été complètement différent. Oui, les caméras étaient là, mais ça n’avait pas un impact sur le concert. Si j’avais su qu’on allait faire un film avec le concert, il n’y aurait pas eu autant d’improvisations puisque j’aurais eu peur de prendre des risques. Je crois que ça aurait été un échec.

PAN M 360: Pourquoi avoir choisi la Virginie comme lieu de vie?

ALEX HENRY FOSTER: Ça fait maintenant 3 ans que j’habite là, après avoir vécu à Tanger pendant 2 ans. Je suis tombé sur une maison que je trouvais vraiment incroyable. Je suis dans les montagnes et dans la forêt avec mes chiens et c’est magnifique. Après avoir quitté Tanger, j’avais besoin d’un endroit plus tranquille pour écrire et travailler. Je ne cherchais pas nécessairement en Virginie, mais une occasion s’est présentée.

PAN M 360: De quoi parlera ton prochain livre If Only the Voices In My Head Couldn’t Lie?

ALEX HENRY FOSTER: C’est un voyage personnel qui explique comment je me suis senti sur scène et comment j’ai vécu ma vie à Tanger pendant deux ans. Contrairement à mes deux autres livres sur Your Favorite Ennemies qui était plus des « storybooks », celui-là est beaucoup plus intime et il explique mes pensées. Il va plus avoir de liens entre le lecteur et moi.

Tout le contenu 360

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Oumou Sangaré | La superdiva du Wassoulou chante Timbuktu à MTL

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

Totalement Sublime| Totalement Immersif | L’univers ambient d’Albédo et Parhélie à la SAT

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Inscrivez-vous à l'infolettre