×

25e Veillée de l’avant-veille: on enterre 2022 au MTELUS!

Interview réalisé par Jacob Langlois-Pelletier
Genres et styles : trad

renseignements supplémentaires


La 25e présentation de la Veillée de l’avant-veille, l’incontournable célébration de la musique trad et folk québécoise,  a lieu au MTELUS ce soir, le 30 décembre. PAN M 360 s’est entretenu avec le chanteur de Le Vent du Nord et cofondateur de l’évènement, Nicolas Boulerice, afin d’en connaître davantage sur le spectacle et l’état de la scène trad au Québec. 

« Le trad n’est pas le style musical le plus populaire, mais c’est une musique forte qui nous appartient et qui provient de nos racines » soutient Nicolas Boulerice. Clairement moins médiatisé que les styles musicaux à la mode, le trad est néanamoins ancré dans notre culture québécoise. L’authenticité et l’énergie de cette musique attirent les gens de partout dans le monde et plusieurs festivals se déroulent chaque année dans la province. 

 « La Veillée de l’avant-veille, ça s’adresse à monsieur et madame tout le monde, depuis 25 ans », souligne notre interviewé. 

Pour l’édition 2022, le Vent du Nord sera accompagné de Biz (Loco Locass), Stéphane Archambault (Mes Aïeux), Dâvi Simard et des musiciens de Grüv’n Brass.

Lors de cette soirée, les gens sont invités à  festoyer, chanter et danser « Il y a de la contredanse, de la danse en ligne et des sets carrés. C’est incroyable de voir 1000 personnes danser et chanter sur des airs trads », fait observer le chanteur et multi-instrumentiste. 

PAN M 360 : Comment La Veillée de l’avant-veille est-elle née? 

NICOLAS BOULERICE : La Veillée de l’avant-veille, c’est un gag qu’on a fait il y a 25 ans et qui perdure encore aujourd’hui. Un jour, on s’est dit qu’on allait créer une soirée au cours de laquelle on allait pouvoir danser et chanter avant le 31 décembre. On voulait se rassembler pour célébrer la nouvelle année, et le 31 décembre on avait toujours des soirées avec nos familles respectives. On y a pris goût et beaucoup de personnes ont embarqué dans notre délire. 

PAN M 360 : Quel est le but premier de l’évènement? Qui s’y rassemble depuis 25 ans?

NICOLAS BOULERICE : Le but c’est de faire une soirée entièrement trad et qui s’adresse à tout le monde, en plein cœur du centre-ville de Montréal. J’insiste, c’est vraiment un évènement pour monsieur et madame tout le monde. Habituellement, ce ne sont pas des jeunes qui ont les moyens de se payer des billets pour des spectacles trad. Lors de la Veillée de l’avant-veille, c’est différent, il y a beaucoup de jeunes qui y sont pour découvrir ou redécouvrir notre musique québécoise. On dit toujours que la musique trad n’a rien à voir avec le Temps des fêtes, mais au Québec le trad est au cœur des festivités. On joue le jeu et on accepte ce fait, le temps d’une soirée. 

PAN M 360 : Comment l’événement se renouvelle-t-il pour sa 25e édition? 

NICOLAS BOULERICE : On aime beaucoup être dans la continuité, mais on adore essayer de nouvelles choses et s’amuser autrement. Par exemple cette année, on invite Biz (Loco Locass) et Stéphane Archambault (Mes Aïeux) à se joindre à nous. Aussi, sept musiciens du groupe Grüv’n Brass band vont nous accompagner sur scène. L’artiste Dâvi Simard va assurer la première partie. Dans un de ses récents projets, il fait le pont entre la musique trad et électronique. Sa musique est vraiment intéressante. Il va aussi y avoir une dizaine de danseurs et une « calleuse » pour initier les contredanses, les danses en ligne et les sets carrés. 

PAN M 360 : Quel est l’état de la scène trad au Québec en 2022 ? 

NICOLAS BOULERICE : Ayant la face dedans depuis de nombreuses années, je suis peut-être biaisé à ce niveau. Cependant, les chiffres ne mentent pas. Il y a quelques années, il y avait seulement une dizaine de festivals de musique trad au Québec. Cette année, il y en a eu 33. Aussi, les gens ne connaissent plus vraiment Soirée canadienne– autrefois diffusée à la télévision de Radio-Canada. À mon sens, cette émission avait une esthétique poussiéreuse et idéaliste. On avait l’impression  que les gens présents dans l’émission étaient costumés et jouaient un jeu devant de faux décors, entourés de mauvais musiciens et de chanteurs qui chantaient trop vite et trop haut. Pourtant, je comprends ce qu’il y avait de beau dans cette émission  et son importance au Québec. Toutefois, j’ai l’impression que ça a laissé des cicatrices concernant la musique trad. Maintenant, il y a une génération entière qui ne connaît pas Soirée canadienne, et c’est tant mieux pour le trad. Je trouve que ces jeunes ont une plus grande ouverture envers cette musique. Ils interprètent le tout différemment et se l’approprient à leur manière. Selon moi, c’est pour le mieux.

PAN M 360 : Qu’est-ce que la musique trad vous procure? 


NICOLAS BOULERICE : C’est une immense fierté personnelle de pouvoir encore aujourd’hui chanter  en français des chansons qui proviennent de nos grands-parents. Le trad c’est une musique extrêmement réjouissante. Quand on en joue lors d’une fête comme la Veillée de l’avant-veille, c’est très dur de ne pas terminer la soirée avec le sourire collé aux lèvres. C’est une musique contagieuse.

Crédits photo : Guillaume Morin

LA VEILLÉE DE L’AVANT-VEILLE A LIEU CE SOIR VENDREDI, 20H, AU MTELUS. POUR BILLETS ET INFOS, C’EST ICI

Inscrivez-vous à l'infolettre