×
Pays : États-Unis Label : Cleopatra Genres et styles : darkwave / industriel / metal / new wave Année : 2020
Powerman 5000

The Noble Rot

· par Roxane Labonté

Powerman 5000, pour ceux qui ne le connaissent pas – ou l’auraient oublié – est un groupe nu-metal/industriel qui a laissé sa marque en 1999, avec l’album Tonight the Stars Revolt!. Celui-ci a permis aux natifs du Minnesota de se distinguer de ses semblables, les propulsant à Hollywood. Certifié platine par la RIAA (plus d’un million d’exemplaires vendus), l’album a atteint le numéro 29 sur le Billboard 200 et l’extrait When Worlds Collide a été utilisé dans plusieurs jeux vidéo, films et séries télé, dont Beverly Hills, 90210. 

Dans leur premier opus Mega!! Kung Fu Radio (1997), les membres se sont aventurés dans le funk et le hip-hop, avant de trouver leur place dans un créneau plus lourd et d’y rester ensuite avec la constance d’un marathonien. Qu’en est-il de la dixième proposition de ces vétérans? 

S’ils se sont toujours inspirés de la science-fiction, ils offrent un hommage bien senti aux années 80 avec The Noble Rot. À l’image du single Black Lipstick, l’album est plutôt ancré dans le dark wave et le new wave, façon The Cure et Depeche Mode. La voix sous-terraine et vaguement érotique du chanteur n’a pas changé en 25 ans ; Michael Cummings est toujours expert en matière de vocal frying et autres ronronnements qui ne laissent pas de glace. Si certaines paroles semblent un peu trop faciles, la critique sociale est toujours bien présente. Special Effects démontre par exemple le dégoût envers les faussetés des réseaux sociaux. Bref, ce qu’on peut retenir de PM5K, c’est que le groupe ne se répétera jamais, et on est enthousiastes pour la suite.

Inscrivez-vous à l'infolettre