×
Pays : États-Unis Label : Serjical Strike Genres et styles : électro-punk / électronique / expérimental / trame sonore Année : 2020
Jimmy Urine & Serj Tankian

Fuktronic

· par Roxane Labonté

Pour créer Fuktronic, Jimmy Urine, cerveau avant-gardiste derrière les fresques salaces électro-punk de Mindless Self Indulgence, s’est joint en 2012 à Serj Tankian (System of a Down). Avec le temps, cette collaboration a porté fruit et le tandem a élaboré la bande son d’un film imaginaire avec la participation d’amis musiciens et acteurs, scénario en prime. Le projet était donc plutôt attendu. 

On retrouve sur Fuktronic des personnages créés de toutes pièces : des gangsters britanniques et russes qui jurent tous les deux mots et une femme fatale, une Française arrogante (jouée par Chantal Claret de Morningwood), entre autres. La qualité des nombreux accents utilisés, bien qu’ils soient comiques et exagérés, démontre le grand talent des participants.

Par ailleurs, les habiletés de réalisateur de Jimmy Urine sont mises en valeur; on reconnaît entre mille le son qui a fait la marque de commerce de MSI pendant plus de 20 ans. Les guitares électriques incisives côtoient les arpèges étincelants du synthétiseur, et le tout est soutenu par un rythme tonitruant qui fait avancer les chansons comme dans un marathon. On reconnaît aussi la griffe de Serj Tankian sur certaines chansons, saupoudrées d’influences provenant des traditions arméniennes (Guns). Avec leur tempo plus lent, leur son de guitare clair et leur piano doux, celles-ci sont tout à fait planantes.

Toutefois, l’intensité décroît durant l’écoute, comme si l’apogée était atteinte dès la première pièce (Chase). Ladies et Kit Kat Klub font un peu ralentir la cadence et les événements de la deuxième moitié sont assez flous. Ce n’est peut-être pas un album qu’on va écouter en boucle, mais ça reste tout de même un divertissement captivant, qui permet de laisser libre cours à l’imagination.

Inscrivez-vous à l'infolettre