Nuits d’Afrique: Naxx Bitota, propager la joie à tout endroit

Entrevue réalisée par Arielle Caron
Genres et styles : Afrique / afropop / rumba congolaise

renseignements supplémentaires

Originaire du Congo, Naxx Bitota a découvert sa passion pour la musique à un très jeune âge. Après avoir fait partie de nombreuses chorales, d’abord dans son pays natal, puis en Belgique, c’est à son arrivée au Québec, en 2008, qu’elle s’est mise à envisager une carrière professionnelle. C’est ainsi qu’elle a commencé à se produire sur plusieurs scènes locales et internationales, faisant danser les foules avec une musique inspirée du Mutuashi et de la rumba Congolaise. L’année dernière, elle a fait paraître un premier album, Kuetu, par lequel elle rend hommage à ses origines et traite de sujets profonds, tout en inspirant la joie et la bonne humeur.

PAN M 360 l’a rencontrée pour parler avec elle de son parcours, de Kuetu et de ses trois performances au Club Balattou qui auront lieu cette semaine dans le cadre du Festival Nuits d’Afrique, auquel elle participe pour la septième année de suite.

PAN M 360 : Pour commencer, pouvez-vous me raconter brièvement votre parcours? Comment la musique est-elle arrivée dans votre vie?

Naxx Bitota : La musique est arrivée très tôt dans ma vie. Je viens d’une famille dans laquelle tout le monde fredonne toujours quelque chose, et fredonne bien! (rires) J’ai souvenir que quand j’avais environ huit ans, ma mère nous mettait en rang, moi et mes sœurs, et nous apprenait à chanter. Je n’ai pas arrêté depuis!

Plus tard, alors que mes parents avaient dû quitter le Congo, j’y suis restée et me suis inscrite dans des chorales, ce que j’ai fait à nouveau à mon arrivée en Belgique. Puis, j’en ai fondé une lorsque je suis arrivée au Québec, qui a quatorze ans aujourd’hui. C’est aussi à mon arrivée ici que j’ai commencé à envisager et à planifier une carrière professionnelle.

PAN M 360 : Vous êtes née au Congo, mais avez ensuite habité en Belgique, puis maintenant au Québec. Est-ce que le fait de vivre à ces endroits a influencé votre musique?

Naxx Bitota : C’est surtout le Québec qui a influencé ma musique. En arrivant ici, j’ai eu envie de l’ouvrir un peu plus, pour qu’elle soit plus écoutable et que plus de gens y accrochent. Au Congo, par exemple, on fait des chansons de 9 à 12 minutes, mais au Québec, si je veux que ça passe à la radio, il faut réduire un peu, et ajouter un peu de français.

PAN M 360 : Comment décrivez-vous votre musique?

Naxx Bitota : Je la décris comme une musique qui amène la bonne humeur, même quand les chansons traitent de sujets assez sensibles ou tabous. C’est important pour moi de parler de ces sujets, mais j’ajoute une petite touche d’humour pour que ça passe mieux.

PAN M 360 : Votre premier album, Kuetu, est sorti l’année dernière. Que vouliez-vous transmettre avec ce projet?

Naxx Bitota : Avec cet album, je voulais surtout rendre honneur à mes racines. On le devine par le titre, qui signifie  »chez nous ». Bien que je sois très éclectique et je peux aller dans tous les sens, je voulais d’abord faire un clin d’œil à l’endroit d’où je viens. Je souhaitais dire merci à ma culture, à tout ce qu’elle m’a appris qui a fait de moi qui je suis aujourd’hui. Je voulais me rappeler d’où je viens, pour ensuite pouvoir continuer mon chemin.

Par-là, je ne veux pas dire que mes prochains albums seront très différents, mais ils le seront certainement au niveau de la langue. Il y aura plus d’anglais et de français.

PAN M 360 : Comment s’est déroulée la dernière année depuis la sortie de cet album?

Naxx Bitota : Certaines de mes attentes n’ont pas été remplies, mais j’ai aussi eu de très belles surprises. J’ai quand même eu de bonnes petites tournées, et j’ai pu faire des spectacles là où je ne m’y attendais pas, à Londres, en Colombie et en Colombie-Britannique, par exemple. Je suis super contente du retour, et je continue à travailler pour la suite.

PAN M 360 : Vous vous produisez à trois reprises au Festival Nuits d’Afrique : avec Oluwa Banjo d’abord, Léonie Langa ensuite et enfin en solo. À quoi peut-on s’attendre de ces prestations?

Naxx Bitota : On doit vraiment s’attendre à ce que ça décoiffe! On se base sur le principe qu’à l’heure où on passe, il n’y a pas d’autres spectacles en salle et dehors, donc il va sûrement y avoir beaucoup de gens au mythique Club Balattou. S’ils n’ont pas bougé aux autres spectacles, ils vont danser au mien!

PAN M 360 : Vous n’en êtes pas à votre première fois à Nuits d’Afrique! Que préférez-vous de ce festival?

Naxx Bitota : Ce que j’aime particulièrement, c’est qu’il ramène vraiment beaucoup de couleurs de l’Afrique. Bien qu’on en trouve un peu dans quelques festivals, il n’y a souvent que quelques gouttes. À Nuits d’Afrique, on retrouve des artistes qui proviennent des quatre coins de l’Afrique, on traverse le continent au complet.

PAN M 360 : Finalement, quels sont vos projets pour la suite?

Naxx Bitota : Après Nuits d’Afrique, je vais faire des spectacles en Abitibi, en Gaspésie et à Rouyn-Noranda. Je vais également me produire dans le reste du Canada. C’est entre autres ce que j’aime de cet album ; comme j’ai des bons retours au Canada, ça me permet d’aller faire des spectacles à travers le pays et de le visiter par la même occasion.

Naxx Bitota se produira au Club Balattou le 11 juillet avec Oluwa Banjo, le 12 juillet avec Léonie Langa, et en solo le 13 juillet.

Tout le contenu 360

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

À la table d’Annie-Claude Deschênes : entre ustensiles et expérimentation sonore

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

OSL | Naomi Woo | Musique du Nouveau Monde

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Anderson & Roe, grands innovateurs du duo pianistique

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Hawa B or not Hawa B ? L’EP « sadder but better » y répond !

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Shades of Bowie, pièce composée pour l’homme derrière Blackstar

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Isabella D’Éloize Perron – à la conquête de l’Amérique avec Vivaldi et Piazzolla

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Shaina Hayes et son Kindergarten Heart

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

Piano Symphonique | Julia Mirzoev, Braden McConnell & Antoine Rivard-Landry

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

La recette de « l’acclimatisation » de Jean Jean Roosevelt? Produire un album à Montréal!

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

In Pursuit Of Repetitive Beats : connexion humaine via la RV

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

Un nouveau festival de jazz fondé par Martha Wainwright

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

La grande transition d’Anton Webern par le Quatuor Molinari

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

Semaine du Neuf | Il n’y a pas de musique sans vent. L’être contre le vent de Matthias Krüger

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

L’électro swana de Deena Abdelwahed: syncrétisme, engagement, nouvelle norme

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Nicolas Boulerice et Frédéric Samson inaugurent le CoolTrad

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | L’Ensemble Hopper, fréquences liégeoises

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Cléo Palacio-Quintin nous parle du Vivier Mix

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Pierre Jodlowski et la « dramaturgie compositonnelle »

Semaine du Neuf | Architek Percussion et  2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | Architek Percussion et 2 compositrices canadiennes: Sabrina Schroeder et Nicole Lizée

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | L’Afghanistan psychédélique de Sam Shalabi et Shaista Latif

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Sixtrum : la magie des percussions… aquatiques!

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Beethoven 3.0 par l’ensemble collectif9

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

Semaine du Neuf | Les expériences haptiques et interdisciplinaires de Jimmie Leblanc et Fareena Chanda

The country chaos of Nora Kelly

The country chaos of Nora Kelly

Inscrivez-vous à l'infolettre