×
folk-pop / hip-hop / indie pop / soul/R&B / synth-pop

Karim Ouellet (1984-2022), dans le trio des 37

par Alain Brunet

Constaté lundi dernier dans un local de répétition à Québec, le décès de Karim Ouellet complète un trio funeste, soit celui d’artistes excellents du Québec contemporain, morts prématurément à 37 ans : Dédé Fortin (1962-2000), Lhasa (1972- 2010)… Karim Ouellet (1984-2022). 

Bien au-delà des fans de Karim Ouellet et de sa génération trentenaire encline à l’indie pop, tous les amoureux de la chanson de qualité vivant en Amérique française ont été touchés d’une façon ou d’une autre par ce nourrisson d’Afrique de l’Ouest, adopté par une  famille de Québec, pleinement épanoui chez les francophones du Québec jusqu’à ce que les ondes mortelles ne l’emportent contre toute attente.

Issu de la scène musicale de Québec une décennie plus tôt, il en est assurément devenu une des figures emblématiques comme le sont les mecs d’Alaclair Ensemble, les rappeurs Souldia et Koriass, le groupe Men I Trust, sans compter sa sœur Sarahmée qu’on imagine dévastée. 

On se souviendra de lui comme un as de la pop indé, parolier doué, multi-instrumentiste, réalisateur, leader, artiste sensible… éminemment fragile en fin de parcours.

Karim Ouellet a parfaitement intégré les codes de la culture keb et de la pop occidentale de qualité, tout en y greffant plusieurs extras afro-descendants, soul et reggae entre autres, pour ainsi s’aménager un très beau terrain de jeu, très prisé par l’audience indie keb franco. 

Ses chansons s’inscrivaient dans une mouvance indie pop, diversifiée, raffinée, de belle facture. Qui plus est, Karim Ouellet fut un des rares à faire une quasi pop FM sans renoncer à tout ce qui l’en distinguait.

Mais… que s’est-il passé ces dernières années ? On le saura peut-être… ce qui, à l’évidence, ne nous le ramènera pas.

Quelle tristesse.

Une vie de musique : Karim Ouellet (1984-2022)

  • Karim Ouellet émerge à Québec vers 2007. Il est alors actif au sein du collectif Movèzerbe.
  • Il fréquente alors Claude Bégin (Alaclair Ensemble) dont il partage les inclinations musicales : rap keb, soul/R&B mais aussi pop totalement assumée.
  • Au Festival international de la chanson de Granby, Karim Ouellet se distingue jusqu’en ronde finale en 2009.
  • Avec Thomas Gagnon Coupal et Claude Bégin, il enregistre en 2011 l’album synth-pop-folk Plume, dont le titre se veut un clin d’œil aux breakup songs de l’Américain Bon Iver, remarquables  dans l’album Flume
  • Plume est sacré “Album pop de l’année” au GAMIQ en 2011.
  • Finaliste aux Francouvertes en 2011.
  • L’album Fox, désormais un classique de la pop québécoise, est lancé en novembre 2012. Le single L’amour se trouve au faîte du  palmarès francophone, Fox consacre Karim Ouellet parmi les vedettes montantes de la francophonie d’Amérique.
  • Karim Ouellet  est choisi Révélation Radio-Canada 2012-2013 (chanson).
  • On lui décerne le Prix Félix-Leclerc de la chanson en 2013.
  • Il rafle un prix Juno de l’Album francophone de l’année en 2014.
  •   Après sa sortie, Fox récolte cinq nominations aux galas de  l’ADISQ.
  • En 2014, il fait des premières parties des supervedettes  francophones d’Europe M et Stromae.
  • Sorti en mars 2016, Trente, son dernier album studio sous étiquette Coyote Records, fut enregistré de nouveau avec Claude Bégin. Les ambiances cyberfolk et synthpop servent des diffractions autobiographiques.
  • L’EP Aikido sort en octobre 2016, une année des plus prolifiques pour Karim Ouellet
  • En 2017, Karim Ouellet lance deux singles, La mer à boire et Parachute.
  •  Depuis 2019, un album était en chantier, endossé par Barclay Canada.
Inscrivez-vous à l'infolettre